Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 23:06

 

Hebdoff

 

  Synergie-Officiers, un syndicat qui a le sens de l’humour, indique – du haut de sa très haute bienveillance – une façon de quitter la police nationale.

  Dans sa feuille de chou du 20 avril, drôlatiquement intitulée Hebd’OFF, ces représentants du personnel qui se sous-titrent pour la défense de tous les Officiers de la Police Nationale, vous indiquent qu’en période de disette d’effectifs et de déficit de vocations policières, la meilleure chose est peut-être de prendre de la thune et partir sans se retourner.
  Bah oui quoi, la réduction des effectifs de police, l’hypothèse (excessivement) plausible de se voir à moyen terme, peu à peu remplacés par des polices municipales, des sociétés de sécurité privées et des caméras de vidéosurveillance, tout ça, tout ça...
quelle importance...
  Il n’y a pas de lutte finale, pas que ça à foutre.
  Positivons, anticipons chers collègues, et tirons-nous avant que le bateau coule !

  Le recrutement, le maintien de l’emploi et des prérogatives républicaines de la police nationale, et toutes ces revendications hors propos... à d’autres !

  Le syndicat Synergie-Officiers, entendez "syndicat défendant les intérêts des cadres officiers", vous transmet le texte du décret portant sur l’indemnité de départ volontaire de la fonction publique.
  Et là, t’es content d’avoir cotisé.

  J'ai l'honneur de porter à votre connaissance le décret suivant :

 

indemnité de départ volontaire de la fonction publique

Textes de référence : Décret 2008-368 du 17 avril 2008
Circulaire DGAFP B7 n°2133 du 21 juillet 2008



Une indemnité de départ volontaire peut être attribuée aux collègues qui quittent définitivement la fonction publique à la suite d’une démission régulièrement acceptée.

Conditions
Avoir accompli la durée totale des services exigés à l’issue d’une formation (par exemple après engagement décennal ou congé formation) ;
être à plus de 5 ans de l’âge d’ouverture des droits à pension (les parents de 3 enfants doivent choisir entre cette indemnité et la liquidation anticipée de leur pension, sans pouvoir cumuler les deux dispositifs) ;
ne pas être admis à la retraite, licencié ou révoqué ;
ne pas percevoir l’indemnité de résidence à l’étranger.
Les collègues en disponibilité, en congé de présence parentale ou en congé parental peuvent bénéficier de cette indemnité.

Démarche
Avant de demander sa démission, le collègue doit adresser à l'administration une demande d’attribution de l’indemnité de départ volontaire, en précisant son motif qui peut être :
pour créer ou reprendre une entreprise ;
pour mener à bien un projet personnel.
L'administration doit accueillir "favorablement" les demandes liées à la création d’entreprise, mais peut refuser les demandes autres au motif des nécessités de service. L’administration informe le collègue demandeur de sa décision et du montant de l’indemnité qui lui sera attribuée. Ce n’est qu’après cette étape que le collègue présente sa démission à l’administration, qui dispose d’un délai de 4 mois pour lui répondre.

Montant de l’indemnité
L’indemnité correspond à 24 fois un douzième de la rémunération annuelle brute perçue l’année civile précédant la demande (traitement indiciaire brut + indemnité de résidence + supplément familial de traitement + primes + indemnités). Pour une demande faite en 2008, on prend donc en compte la rémunération annuelle 2007. Pour les collègues qui étaient en disponibilité ou congé parental l’année civile précédente, la référence sera la rémunération perçue la dernière année civile rémunérée.

Versement
Dans le cas général, l’indemnité est versée en une seule fois.
Dans le cas de démission pour création d’entreprise, l’indemnité est versée en deux fois : une moitié à l’envoi du K-bis attestant de l’existence de l’entreprise dans les six mois suivant sa démission, l’autre moitié à l’issue du premier exercice à l’envoi des pièces justifiant la réalité de l’activité de l’entreprise.

Attention : si, dans les cinq années suivant sa démission, un collègue est recruté en tant qu’agent titulaire ou non titulaire pour occuper un emploi dans l’une des trois fonctions publiques, il doit rembourser le montant de l’indemnité de départ volontaire au plus tard dans les trois ans qui suivent son recrutement.

 

 

  Finalement, je vais étudier cette possibilité.
  Après vous le déluge.

 

Hebd'OUF en pdf

Published by le flic - dans syndicalisme
commenter cet article
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 22:38

 

 

J'avais découvert ce texte en 2007. Il est rédigé par des fonctionnaires de police.
Cet appel n'a eu aucun écho et c'est dommage.
Dans ces lignes, aucune complaisance corporatiste, mais un message qui va bien au-delà, vers la police et les institutions.
Avec de l’espoir et un rappel salutaire des fondamentaux du métier de policier.
Sans résignation.

J’aimerais rentrer en contact avec ce qui reste de ce collectif...

 

 

Appel (extraits) d’un collectif de policiers républicains (*).


   L’organisation, les méthodes et les objectifs de la police nationale ont subi ces dernières années des remaniements de grande ampleur qui ont rendu notre travail plus pénible et plus dangereux, en même temps qu’il en devenait de plus en plus contre-productif. La « culture du chiffre », la notation « au mérite », le mépris envers les « crapauds » enseigné dans les écoles de police, un esprit de corps dévoyé en véritable loi du silence, la suppression de la police de proximité et de la plupart des actions socioculturelles ont transformé notre mission de protection de la population en affrontement quotidien avec celle-ci. Les nouveaux délits de voie publique et l’obligation de résultats chiffrés ont transformé la lutte contre le trafic de drogue en chasse au petit consommateur de shit (…), la lutte contre la délinquance et la criminalité violente en recherche d’outrage-rébellion par la provocation gratuite et délibérée (…).

   Si les comportements les plus graves (violences, rackets, racisme) sont le fait d’une petite minorité de fonctionnaires indignes de la République, leur couverture systématique à tous les niveaux de la hiérarchie, allant jusqu’à la falsification des procès-verbaux, et la répression des collègues cherchant à s’y opposer, font rejaillir leur faute sur l’institution tout entière. De plus, les pressions hiérarchiques, désormais privées de contre-pouvoir judiciaire par la fusion des corps d’OPJ et de gardien de la paix, sont telles, l’appréhension des réactions du public si grande, la formation des jeunes collègues et leur encadrement sur le terrain si défaillants, qu’aucun de nous n’est désormais à l’abri d’un dérapage ou d’une perte de contrôle de la situation (…).

   La police nationale est subséquemment de plus en plus considérée par la population, et jusque dans les rangs de certains de nos collègues les plus inexpérimentés, comme une force étrangère à la population, qu’elle devrait « mater » et non protéger (…). Notre travail consiste aussi à réunir des preuves indiscutables contre les délinquants et les criminels, et pas seulement à les amener menottés devant le procureur : la culture du résultat, de la quantité de procédures, s’avère ici contre-productive puisque, en amenant des délinquants endurcis à être libérés faute de preuves, elle induit chez eux un sentiment d’impunité qui les conduit à repousser toujours plus loin les limites de la violence, à l’endroit du public comme des fonctionnaires de police.

   Nous avons choisi ce métier mus par un idéal de service, pour faire respecter les lois de la République, protéger la vie, les biens, les droits de nos concitoyens. Nous sommes fiers de cet idéal que nous portons chevillé au coeur, nous sommes fiers d’être policiers. Mais nous avons honte de ce qu’on nous fait faire, de l’image que donne d’elle-même notre institution (…).

   Nous ne signons pas ce texte et le regrettons sincèrement. Nous constatons, non sans tristesse, que les circonstances actuelles ne le permettent pas (…).
Les « brebis galeuses » ne sont plus aujourd’hui les fonctionnaires corrompus, violents, racistes ou gravement - alcooliques, mais ceux qui s’opposent à leurs agissements (…).

   Nous gardons cependant bon espoir : de même que la grande majorité des fonctionnaires de police souhaite accomplir son noble voeu de protection des biens et des personnes dans la dignité et le respect des lois de la République (…), de même la grande majorité de la population souhaite vivre en paix et respecter la loi et ses représentants. Nous entendons contribuer par ce texte au sursaut républicain qui rendra à la police nationale son honneur, sa fierté et la sympathie de la population, et réaffirmons notre confiance dans l’esprit républicain du peuple français, de ses représentants élus et de ses fonctionnaires de police (…).


(*) Une trentaine de fonctionnaires de police, pas ou peu gradés, en tenue ou en civil, affectés sur la voie publique, CRS, BAC, en région parisienne, Rhône-Alpes et Nord-Pas-Calais.

2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 18:11

 

 

  Quelques lignes et une vidéo pour recadrer la place du football, du rugby et du macramé dans le travail quotidien de la police.

  « La police n’est pas là pour organiser des matchs de football », ça vous dit quelque chose ? Évidemment. On parle là de police de proximité.

  Une petite phrase devenue slogan qui a fait beaucoup de mal.
  Reprise en boucle, de ministre de l’Intérieur en ministre de l’Intérieur, de débat d’experts en propagande tout-sécuritaire.
  À un point tel que même certains fonctionnaires de police la radotent à l’infini, telle quelle, sans chercher à savoir son origine, et croyant ainsi énoncer une définition par l’absurde de la police de proximité.
  Trimbalée par le téléphone arabe, cette phrase a beaucoup de déclinaisons. La police n’est pas là pour faire du sport avec les jeunes, la police n’est pas là pour taper dans le dos des délinquants mais pour les arrêter, la police n’est pas un travailleur social, et j’en passe, et des pires.
  Donc, la police n’est pas là pour organiser des matchs de football.
  La police de proximité se résume désormais à cette phrase. Pour le citoyen lambda, à qui on n’a pas tout dit, et qui n’aime pas trop imaginer son impôt investi dans des maillots de sport pur lycra Police Nationale, la police de proximité = football avec la racaille. Et football n’est pas synonyme de lutte contre la délinquance, que l'on sache. Alors évidemment, la police de proximité, il s’en méfie, il se dit que ce n’est pas efficace, que ça ne sert à rien, et que les bobo-gauchos-socialos ont asservi une police nationale pourtant bien disposée à droite, à leurs caprices populistes. Il était grand temps que ça cesse, parce que la police n’est pas là pour organiser des matchs de football, qu’on se le dise.

  Ça c’est un beau boulot de communication...

  Cette fameuse phrases se répète depuis plus de 7 ans.
  Énoncée ainsi et privée de son contexte, elle est une évidence.
  Voilà l’histoire. C’était en 2003 à Toulouse. Monsieur Havrin, alors directeur départemental de la sécurité publique et ses effectifs en ont fait les frais.
  Et petit détail en plus, ce n’était pas un match de football mais de rugby.

 

 

(à suivre)

8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 12:30

 

france-inter logo


6 avril 2010

 

et une chronique de Police Mon Amour sur 1001 livres 1001livres

Published by le flic - dans revue de presse
commenter cet article
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 00:38

 

tomb raider

 

   Ça sort aujourd’hui, c’est tout neuf, tout beau, tout propre sur soi, et ça vous est vendu comme un film qui enfin met des gardiens de la paix en vedette. C’est sûrement pour ça qu’ils sont en civil sur l’affiche.
   Ce film, j’ai pu le voir l’autre jour, en avant-première chez Gaumont avec d’autres fonctionnaires de police. Que des fonctionnaires de police. Une avant-première pour flicards. C’est peut-être pour ça qu’on n’a pas pu discuter avec l’équipe du film après la projection. Ils n’étaient plus là.
   Juste avant, on nous a présenté la productrice et le réalisateur. Il m’a dit qu’il avait donné mon FLiC à lire aux deux comédiens pour qu’ils en inspirent leurs personnages. Vous m’en voyez très flattée, je lui ai dit. Mais je le savais déjà, j’avais lu et vu des interviews où mon livre était cité (une révélation, oui, on y lit que les flics ont un petit cœur sensible qui bat sous le gilet pare-balles). Mais ce n’est pas tout. Ils se sont également préparés à endosser le rôle en faisant des séances de tir (à balles réelles, précise-t-il), en observant la gestuelle du gardien de la paix dans son milieu naturel, et en se baladant pendant deux mois avec une carte de police sur eux - ça le fait marrer d’insister sur ce détail. Pourquoi pas, après tout. J’en suis presque à souhaiter qu’ils s’en soient servi pour éprouver la brème-power...
J’étais donc plutôt curieuse de voir le film.
   La communication autour de la promotion de Gardiens de l’ordre semblait être basée sur cette particularité, la descente aux enfers de deux gardiens de la paix, avec insistance sur le grade, l’uniforme, et tout le tralala.
   Il s’agissait sans doute de faire la différence avec les polars à la française, de se distinguer des styles dominants de Melville et de Marchal, et leurs sombres héros de police judiciaire. Et pourquoi pas - sans finir par un suicide ou tragiquement, dans le whisky-prozac - louer les rustiques qualités des flics de base, ces mal-aimés, pour attirer un public séduit par la dimension réaliste de ces gens simples à qui tout peut arriver, bref un bon public formaté à la sympathie pour l’ordre plus que la paix, et les métiers prolo-insignifiants. Le tout assaisonné d’une étonnante insistance sur le titre de mon livre – FLiC, requalifié d’autobiographie d’une gardienne de la paix – en guise de notice d’emploi du flic avec intense imprégnation de réel, comme s’il s’agissait de clamer cette caution de crédibilité empruntée malgré moi, sans avertissement et sans sommation.
   Bref, qu’importe. Les acteurs sont beaux l’un et l’autre, on n’allait pas devoir entrer en empathie avec un Pinot, flic simple et bedonnant, et c’était plutôt de bon augure.

   Ça commence fort. Tapage nocturne, ouvrez, c’est la police ! en restant bien devant la porte pour se prendre la balle là où ça fait 10 points cash (révoquez-moi ce moniteur de tir) et boum ! un flic meurt sous le coup de feu d’un jeune homme de bonne famille, sous amphétamine phosphorescente non répertoriée au catalogue. Le gardien de la paix Cécile de France riposte mais ne le tue pas, ce qui permet au gugusse de prétendre qu’il n’a pas tiré le premier. Pas de chance, l’IGS au grand complet fait une grève du zèle ou s’est tirée en pique-nique, et le commissaire peut donc, tout seul et sans enquête, conclure qu’il y a bavure parce que le type en question est fils de député, et ça ne se passera pas comme ça.
   Les deux gardiens de la paix, au lieu de s’émouvoir de la mort de leur collègue que personne n’a pensé à ramasser sur le palier et dont tout le monde se fout, ou de faire appel au Canard Enchainé pour dévoiler le scandale, décident de se métamorphoser en James Bond et Tomb Raider pour choper eux-mêmes le gros narcotrafiquant (les stups sont à la plage) et sauver non pas la pension de reversion et la mémoire de leur collègue qui est toujours sur le paillasson, mais leur boulot. On ne va pas se laisser révoquer comme ça, nonméooo !... boudiou, que c’est mesquin. Ils n’auront revêtu l’uniforme de gardien de la paix que les vingt premières minutes du film, le pari était trop dur à tenir jusqu’au générique de fin.
   On ne peut décemment pas infiltrer la pègre de la nuit et de la came avec un uniforme de gardien de la paix, faut pas que déconner.
   Ni en habitant un HLM pour flics, non, il est préférable d’aller péter les scellés d’un appartement cossu, ça va mieux avec une robe Prada, et ni vu ni connu je t’embrouille, nous voilà dans un trip typiquement marchalien, à savoir des flics ténébreux dans un habitat incompatible avec leur paye, qui vont résoudre seuls contre tous, un truc énorme avec leurs petites mains.
   Alors stop les incantations au réalisme et au charme du flic de base.
   Surtout qu’on s’en tape un peu du réalisme, voyez-vous, c’est bien une fiction qu’on regarde, pas un documentaire.
   Ce n'est pas que ça manquait de police-secours ou de timbre-amendes, de routine anxiogène ou de malfrats sans envergure, il ne fallait juste pas qu’il y ait cette image du personnage ordinaire qui, comme une larve maladroite sort de son moche cocon bleu marine, pour devenir un merveilleux papillon de nuit en robe noire et escarpins ou en costard sur mesure. Inexploitable, l’uniforme, pas moyen d’en faire une sape de héros, il n’est ici qu’un titre et un prétexte de marketing supposément original.
   Je t’en foutrais du flic de base, du gardien de la paix ou de l’ordre, quand il flingue tout et n’importe quoi à longueur de film, laissant des cadavres de dealers derrière lui pour finir comme dans un jeu vidéo, avec un big boss à effacer, dernier survivant du massacre d’un scénario anémique.
   Il me fait rire le gardien de la paix qui prend cent fois la pose pour tirer, tête légèrement penchée et maquillage en vrac, robe sexy cela va de soi, mais tout le monde n’est pas Nikita pour rendre une tuerie sublime, et un coup de feu émouvant.
   Le pari est raté encore une fois.
   Deux flics banalement borderline trainent le long d’une histoire prévisible leurs caricatures de gentils justiciers aux yeux tristes, face à des méchants qui ont des vraies têtes de méchants, et tout le monde tire sur tout le monde à la moindre contrariété.
   Affaire suivante.

 

 

"Sans la police,
tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre."

Henri Jeanson, pataphysicien

« Le Flic de Bénédicte Desforges séduit avant tout par sa sensibilité à fleur de peau, sa révolte et sa tendresse. »
Lire
« La révélation du printemps »
Le Nouvel Observateur
« Avec sa fougue guerrière, sa rectitude et sa grande gueule, on irait bien au feu avec elle. »
Les Inrockuptibles

Police Mon Amour

« B.Desforges [...] récidive avec Police Mon Amour, dévoilant le quotidien des flics de base. Au fait, qu'en pense son ministre de tutelle, Brice Hortefeux ? »
France-Soir février 2010
chronique du livre [lire]
par Philippe Sage
« B.Desforges a osé écrire tout ce qu'on n'ose pas dire dans la police... »
France inter
« Chroniques poignantes. Une femme flic qui raconte magnifiquement, et dans un style époustouflant, son quotidien. On est happé. »  Biba

FLIC-BD

Mis en images par Séra, Flic est une adaptation en bande dessinée du livre éponyme de Bénédicte Desforges, publié en 2007 et immédiatement devenu un succès de librairie. Dans cette série de récits courts directement inspirés de son expérience et de son parcours de policier, elle brosse un saisissant portrait de ce métier complexe, en prise directe avec toutes les expressions, souvent contradictoires, de la condition humaine... note de Casterman [lire]

France info  Le livre du jour :

rechercher

 

 

 

undefined

banner Banksy ©