Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 23:43

critique de Police Mon Amour
de Joël Jégouzo pour K-libre
source

 

Nouvelles chroniques de la vie ordinaire des flics de quartier, amères, résolues, en forme d'adieu au métier de policier... Bénédicte Desforges récidive. Un nouvel opus de chroniques ordinaires d'une vie de flic pourrait-on croire. De nouvelles anecdotes donc, la police en est riche. Du cocasse, du nostalgique, de l'éprouvant. Les folles poursuites dans les rues au volant de voitures délabrées, ponctuées de scènes de vie d'un commissariat de quartier désemparé, impuissant à répondre aux besoins en sécurité d'une société plus désemparée encore que ne le sont ses flics.
Rien de bien nouveau croit-on en première lecture, l'exercice pourrait être repris, encore et encore, tant la comédie humaine y prête depuis ce poste d'observation. Et puis c'est autre chose qui monte sous une écriture plus amère que dans le premier opus.

Bénédicte Desforges convoque bien encore la troupe des Anciens pour tenter de donner un peu de corps au métier, mais on sent que l'énergie n'y est plus. Qui veut être flic de nos jours ? Pour faire partie de ces métiers impossibles : éduquer, soigner, réprimer ? Les mêmes histoires donc, la peur récurrente et le manque de moyens, la moquerie des braqueurs, les dialogues loufoques patrouillant une société dégradée, aux abois.
Les mêmes histoires, c'est cela l'insupportable peut-être. Et des commissariats au sein desquels la parole se dérobe, même celle du trop plein d'anecdotes justement, où l'on palabre autour d'une cafetière tel un vieux rescapé, sans parvenir à donner du sens à ce que l'on dit. Demain il n'y aura plus d'Anciens observe l'auteure, les flics ne font pas exception. Il n'y aura que des nouveaux, des jeunes trop vite jetés dans l'incroyable dénuement de leur service.

Une fin de partie en somme que ce dernier opus, et c'est là que Bénédicte Desforges touche au plus juste, à signer des adieux émus, enfiévrés d'une sourde colère. Car elle est terrible, cette police exsangue, qui n'a plus besoin des hommes a-t-on décidé en haut lieu, quand seules les statistiques comptent. Terrible, ce tableau d'une société dans laquelle les flics ne servent plus qu'à arrêter des voleurs de boîte de thon de six ans...

Citation :
"Moi, je regardais vers nulle part, j'avais juste un voleur de six ans à mes côtés, un voleur de boîte de thon."

 

BD Flic

Partager cet article

Published by bénédicte desforges - dans revue de presse
commenter cet article

commentaires

Denis 04/10/2011 09:53


Bonjour Bêné,

Je vais ... au poil!....

Ouah!


Tu as raison, c'est pas grave du tout....

Pensées @micales pour les jours à venir, et les suivants.

Denis.


bénédicte desforges 04/10/2011 10:34



Waf waf.
Bien à toi, sale bête ^^



Denis 03/10/2011 18:38


Hi Bêné.

Comment dire,

Affaire de la PJ de Lyon et autres déclarations du ministre...
: Je me sens comme un chien accusé d'avoir la rage, condamné par contumace

@micalement,

Denis.


bénédicte desforges 04/10/2011 00:43



Hi Denis.
Comment vas-tu ?
Ce qu'on pourrait avoir envie de dire à propos de ce taulier est tellement politiquement incorrect qu'on s'abstiendra, hein. Et puis c'est pas si grave d'avoir la rage... ou d'être un chien
^^
B.



"Sans la police,
tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre."

Henri Jeanson, pataphysicien

« Le Flic de Bénédicte Desforges séduit avant tout par sa sensibilité à fleur de peau, sa révolte et sa tendresse. »
Lire
« La révélation du printemps »
Le Nouvel Observateur
« Avec sa fougue guerrière, sa rectitude et sa grande gueule, on irait bien au feu avec elle. »
Les Inrockuptibles

Police Mon Amour

« B.Desforges [...] récidive avec Police Mon Amour, dévoilant le quotidien des flics de base. Au fait, qu'en pense son ministre de tutelle, Brice Hortefeux ? »
France-Soir février 2010
chronique du livre [lire]
par Philippe Sage
« B.Desforges a osé écrire tout ce qu'on n'ose pas dire dans la police... »
France inter
« Chroniques poignantes. Une femme flic qui raconte magnifiquement, et dans un style époustouflant, son quotidien. On est happé. »  Biba

FLIC-BD

Mis en images par Séra, Flic est une adaptation en bande dessinée du livre éponyme de Bénédicte Desforges, publié en 2007 et immédiatement devenu un succès de librairie. Dans cette série de récits courts directement inspirés de son expérience et de son parcours de policier, elle brosse un saisissant portrait de ce métier complexe, en prise directe avec toutes les expressions, souvent contradictoires, de la condition humaine... note de Casterman [lire]

France info  Le livre du jour :

rechercher

 

 

 

undefined

banner Banksy ©