Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 21:45

 

police-gendarmerie1

 

 

Je me fais le relais d’un jeune homme à qui tout réussit, mais qui ces temps-ci, se colle des migraines à force de succès aux concours, et… de ne pas savoir choisir entre la police et la gendarmerie.
Il a besoin de conseils, des avis éclairés des uns et des autres, et il attend vos remarques avec intérêt et impatience. Voilà ce qu’il nous dit :

 

« Je vous écris car je suis dans ce que l'on pourrait appeler une impasse.
Je suis actuellement gendarme-adjoint dans une brigade territoriale.
J'ai réussi le concours de sous-officier de gendarmerie, et je viens d'apprendre que je suis également reçu au concours de gardien de la paix, affectation île de France.
Soit dit en passant, ce concours-là me crée l’obligation de passer un minimum de 8 ans à Paris.

Pour ce qui en est de l’avenir immédiat et de la scolarité, si je choisis la filière gendarmerie, je rentrerai en école de sous-officier dans quelques mois. Mais si je choisis la police, je devrai encore attendre environ un an et demi avant l'incorporation dans une école de la paix.

Ensuite, je sais que chacun des choix qui s’offrent à moi présente des avantages et des inconvénients.
Par exemple, coté police, il y a beaucoup de postes en DOPC en première affectation, coté gendarmerie, les horaires sont souvent lourds, le risque d'être affecté dans un coin perdu n’est pas négligeable, avec tous les problèmes de vie de couple et vie de famille, changements de mode de vie que cela suppose. Et j'en passe.

De plus, tout ce qui précède, c’est sans parler de la fusion et de l’avenir de ces deux institutions, qui ont autant de dénominateurs communs (prévention, répression, ordre public, et tutti quanti) que de différences (civils et militaires…)

Voilà où j’en suis de ma réflexion sur ma carrière professionnelle, je tourne en rond, et je n'arrive pas à déterminer si je dois lier mon destin à la police ou la gendarmerie…
Et là, je dois faire un choix rapidement !

Quel est votre avis sur la question, et que feriez-vous à ma place ? »


Partager cet article

Published by bénédicte desforges - dans actu au jour le jour
commenter cet article

commentaires

Celio 26/05/2016 18:13

N'oubliez pas qu'en gendarmerie( sous officier) on signe un contrat d'engagement de 6 ans. A terme vous passez un examen, le CAT, qui conditionnera votre passage de carriere. En police la titulatisation s'effectue 1 an apres la sortie d'ecole. Vous devez rester 8 ans en region IDF

Jean-Christophe 20/07/2012 17:08

Gros dilemme en effet que de choisir entre deux maisons assez différentes mais aux missions semblables.
Pour ma part j'intègre l'école de sous-officiers de Chaumont fin juillet, et je n'ai pas tenté la police: mentalité personnelle, goût pour le milieu rural, allergie aux syndicats. Mais la police
est évidemment aussi respectable que la gendarmerie, et cet article et les commentaires donnent enfin l'image de deux institutions amies et non plus ennemies. Quelle idiotie monumentale que de se
tirer dans les pattes mutuellement alors qu'on poursuit le même but: service public de la sécurité intérieure et extérieure!
Qu'un jeune choisisse l'une ou l'autre des maisons il méritera le respect de ses concitoyens et la solidarité de ses collègues des deux bords. Il n'y a qu'un uniforme: il est bleu, blanc et
rouge.
La passerelle permet en outre aujourd'hui de réparer une erreur d'aiguillage!

rob 03/07/2012 18:15

Bonjour,

Je suis le jeune à l'origine de cet article que benedicte m'a très aimablement proposé de poster sur son blog!! ;-)
J'ai également parlé avec des personnes ayant fait la passerelle GN-PN, ils ne feraient pas chemin inverse.
C'est ainsi que, en m'étant énormément torturé l'esprit.., que j'ai décidé que ce serait la police nationale.
Certes tous les postes en sortie d'école ne sont pas glorieux mais il faut se donner à fond pour être le meilleur.. De plus la vie à paris ne me fait pas peur!
Voilà. En tout cas je remercie toutes les personnes qui ont répondu à cet article, et ce de manière détaillée en plus!
Merci à vous, merci à bénédicte et vive les force de l'ordre!

bénédicte desforges 03/07/2012 19:55



Ah quand même !
Te voilà donc l'âme en paix, avec un merveilleux avenir devant toi (pas taper! pas taper!)
À bientôt pour fêter ça à Paris






Alo 03/07/2012 15:08

Je suis dans ton cas, c'est très difficile au lieu de se réjouir d'avoir réussi deux concours très sélectifs nous voilà à nous torturer pour choisir notre avenir.
Je compte renoncer à ma candidature de gendarme. Certes, on passera nécessairement par la case Paris en tant que gardien de la paix, mais il existe tellement d'unités et de possibilités
d'avancement qu'il y aura toujours moyen de s'épanouir par la suite et moi qui suis de la campagne je pense qu'il y a tout de même possibilité de s'y sentir bien.
Le loyer sera à payer et un sacré loyer, mais comme ça a été dit précédemment c'est un peu le prix de la liberté, toi qui a été GAV tu sais que c'est pratique d'avoir ton logement gratuit mais ce
n'est pas évident de rester en permanence sur son lieu de travail et avec ses collègues.
Bon courage pour ton choix! Le mien a été fait avec beaucoup de difficultés et quel que soit le tien, ce sera le bon celui d'avoir intégré les forces de l'ordre. On se retrouvera peut-être à
l'école de police ;-)

Nichevo 02/07/2012 17:39

"Dans la gendarmerie, tous les gendarmes rient...! " (Communication du SIRPA)

Faites votre première expérience en gendarmerie les gars... et revenez nous vite...!

"Sans la police,
tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre."

Henri Jeanson, pataphysicien

« Le Flic de Bénédicte Desforges séduit avant tout par sa sensibilité à fleur de peau, sa révolte et sa tendresse. »
Lire
« La révélation du printemps »
Le Nouvel Observateur
« Avec sa fougue guerrière, sa rectitude et sa grande gueule, on irait bien au feu avec elle. »
Les Inrockuptibles

Police Mon Amour

« B.Desforges [...] récidive avec Police Mon Amour, dévoilant le quotidien des flics de base. Au fait, qu'en pense son ministre de tutelle, Brice Hortefeux ? »
France-Soir février 2010
chronique du livre [lire]
par Philippe Sage
« B.Desforges a osé écrire tout ce qu'on n'ose pas dire dans la police... »
France inter
« Chroniques poignantes. Une femme flic qui raconte magnifiquement, et dans un style époustouflant, son quotidien. On est happé. »  Biba

FLIC-BD

Mis en images par Séra, Flic est une adaptation en bande dessinée du livre éponyme de Bénédicte Desforges, publié en 2007 et immédiatement devenu un succès de librairie. Dans cette série de récits courts directement inspirés de son expérience et de son parcours de policier, elle brosse un saisissant portrait de ce métier complexe, en prise directe avec toutes les expressions, souvent contradictoires, de la condition humaine... note de Casterman [lire]

France info  Le livre du jour :

rechercher

 

 

 

undefined

banner Banksy ©