Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 16:08

doc-seropo

source Nouvelobs.com
ministère de la santé
AiDES

  Non mais quand même, c’est complètement affolant ce médecin qui profitait de l’anesthésie générale de ses patientes pour s’accoupler avec elles. 
  Et enceintes en plus, quel vicelard.

  Indécent, scandaleux, ce titre s’étale absolument partout, avec un goût infect d’obscurantisme :
  Un médecin séropositif pratiquait des avortements.

  Oui, et alors ?

  Ça s’est passé en Espagne (le délai pour l’IVG est plus long), et il faut impérativement retrouver les centaines de Françaises ayant consulté ce médecin.
  On nous cacherait donc quelque chose ?
  À Barcelone, les médecins ne portent pas de capotes aux mains pour opérer ?
  Ou alors les gynécologues-obstétriciens travaillent sans les mains ?
  Et bien oui, il y a peut-être une pratique locale incongrue, allez savoir, et puis il faut bien trouver une explication à cette panique des autorités sanitaires françaises.
  Parce que, soit dit en passant, en Espagne, ils s’en foutent un peu des analyses sérologiques de leur toubib.

  Mais ici, pas loin de l’Espagne, dans le pays des droits de l’homme séronégatif, on se pose des vaches de questions. On fait dans l'irrationnel, et on a la nostalgie des débuts du SiDA, rappelez-vous de ce virus envoyé par dieu pour punir les pédés et les dépravés de leurs sales moeurs, et leur frénétique lubricité…

  Je ne vous ferai pas l’affront de vous rappeler les modes de transmission du VIH.
  Autant dire qu’un médecin les connaît par cœur, c’est à peine s’il se poserait la question de savoir si son patient est séropositif ou sujet à une autre infection, quand il l’opère, tant les règles d'asepsie sont absolues quelque soit le risque de contamination.

  Mais là, on outrepasse les dispositions légales pour semer la peur, parce que ça, la peur, c’est formidable pour téléguider les foules.
  VIH = mort
  IVG = mort, quel joli binôme de circonstance...
  Parce que la loi, elle dit quoi au juste ?
  Et bien la loi, elle ne dit rien.
  AUCUNE profession ne requiert d’obligation légale de déclaration de séropositivité. Aucune.
  Aucune exclusion ou interdiction d’exercer quoique ce soit ne peut exister sur la base d’un dépistage VIH positif. (infos vérifiées auprès de Sida Info Droit)
  Jusqu’en juin 2006, c’était pourtant le cas pour les pilotes de ligne, allez savoir pourquoi. Mais aujourd’hui, même eux peuvent emmener leur VIH en voyage.

  Alors tout ça pour quoi ?

  J’en sais rien. 
  On dit qu’une ligue anti-IVG est à l’origine de ce vent de panique.
  Sur l'absolu principe de précaution, mais surtout principe de méconnaissance et de trouillomanie paranoïaque franchouillarde, on pourrait redouter des projets de loi obligeant certains citoyens à déclarer VIH, hépatites, et quoi d'autre ?
  On pourrait imaginer un retour vers le moyen âge, et un bannissement des séropo, et autres pesteux de ce monde si sain qui nous entoure… 

  Mais en attendant, je tiens à mon intégrité immunologique, et dans le doute, merci de prendre toutes les précautions d’usage et de latex avant de laisser un commentaire ici.
 
  Sauf toi mon Amour, parce qu’en toi j’ai confiance ♥

Partager cet article

commentaires

la maman des poissons 02/10/2008 22:53

Ben voilà, c'est comme d'habitude : le Conseil National du Sida c'est des gens qui connaissent bien le problème, mais ils n'ont pas de pouvoir ... la DGS est d'accord pour considérer le risque comme "faible" ?? Ils sont toujours d'accord pour pas fâcher et être d'accord avec tout le monde ... et ActUp parle haut et clair http://www.actupparis.org/article3525.html

En tout cas, c'est un sujet qui fait couler de l'encre !!

le flic 03/10/2008 00:30



Je remets le lien pour clic : Act Up-Paris & Sidaction

Moi ce que je vois dans cette salade, c'est qu'ils auront beau apporter tous les rectificatifs, et démentis quant aux risques médecin/patient, les mots ont été lancés, et ouvrent des portes qui
auront bien du mal à se refermer.
Tout apport d'information par les associations seront perçues par le bon peuple éduqué dans la logique de la trouille, comme une contradiction partisane face à l'autorité d'un ministère, ou d'une
DGS. Ça a l'air de passer inaperçu, mais là, on a fait un bond de 20 ans en arrière.
Et j'imagine mal qu'il ne s'agisse que d'un loupé, ou d'un excès de zèle. Un communiqué de ce genre, avec battage médiatique, sujet au JT, et rappel de centaines de patientes, n'est pas un
fait du hasard. Il ne faut surtout pas que cet "incident" amène à légiférer puisqu'actuellement la loi française ne prévoit rien dans ce sens, et plaide pour la confidentialité et la non
discrimination. Autant s'appliquer à faire respecter tout ça, à commencer pour ceux qui ont autorité... et pouvoir. Si des réunions de travail débouchent sur une loi, elle sera forcément
réductrice (surtout ces temps-ci...) Il va s'agir d'avoir de la mémoire, et de guetter propositions de lois, et débats.
Bon courage + bonne journée ! <



Josey Wales 01/10/2008 06:05

Dépêche AFP - Mardi 30 Septembre 2008 - 19h13

TITRE : Sida : l'alerte sanitaire sur des IVG à Barcelone jugée disproportionnée

Le Conseil national du sida et deux associations de lutte contre le sida ont regretté l'alerte lancée par les autorités sanitaires françaises à propos d'IVG pratiquées à Barcelone par un médecin espagnol porteur du virus du sida, jugée trop alarmiste.

La Direction générale de la Santé (DGS) avait invité les patientes françaises ayant eu recours à une interruption volontaire de grossesse dans des cliniques de Barcelone où avait exercé ce praticien à prendre contact avec leur médecin.

Le Conseil national du sida estime dans un communiqué le risque de transmission du VIH dans ces circonstances "infime". "Le CNS tient donc à rappeler (...) que, par lui-même, l'exercice de la médecine par une personne vivant avec le VIH ne constitue aucunement un risque de transmission de cette infection", a-t-il indiqué.

De leur côté, les associations Act Up-Paris et Sidaction ont jugé l'alerte "démesurée et injustifiée" et estimé qu'elle pouvait "accentuer la discrimination et la condamnation implicite à l'encontre des personnes séropositives (...) ainsi qu'à l'encontre des femmes ayant recours à l'IVG".

Ces associations demandent "une réunion de travail avec le ministère de la Santé pour aborder les critères d'attribution/définition du degré d'importance de certaines situations de ce genre qui permettent de déclencher une alerte sanitaire".

Dans son communiqué, la DGS rappelait "que d'après les données scientifiques disponibles, le risque de transmission du VIH du professionnel de santé au patient peut être considéré comme faible".

le flic 03/10/2008 00:30



Thank you honey bunny ! :o)



Monsieur Poireau 30/09/2008 21:37

Oh comme ça dit que plus personne n'a confiance en personne dans ce monde ! Même les médecins sont des salauds, y'a qu'à voir, ils ne mettent même pas une capote pour violer les femmes enceintes !
:-))

[On passe des femmes enceintes violées à l'avortement puis au médecins délétères ! Ca va ? :-)) ].

le flic 16/11/2008 16:11



Si c'était un effet de ta grande bonté d'aller poser tes blagues vaseuses un peu plus loin...



Lledelwin 27/09/2008 23:52

Moué... Moué... On parle du Sida, donc les trois lignes en gras choquent, mais si on élargit, que dit-on ? De faire gaffe à sa santé en tant que médecins. Que si on est malade et contagieux, on ferait bien de s'abstenir et songer à changer de job. Oui, ben j'aime autant, en effet, qu'on conseille aux médecins tuberculeux ou malade d'Ebola de pas s'approcher d'autres malades (qui ont, par définition, un système immunitaire de merde, sinon ils seraient pas occupés à tousser et cracher). Le tout est de s'accorder sur le "contagieux". Enfin, le sida, on est d'accord pour dire qu'en terme de contagiosité, on fait mieux : on l'attrape pas en reniflant sous le nez d'un type malade dans un bus bondé.

le flic 28/09/2008 01:58



Le problème posé est celui de la confidentialité.
Il y a en France, depuis que le virus VIH est identifié, UN seul cas de médecin l'ayant transmis a un patient. Il y a plus de quinze ans, à St-Germain-en-Laye très précisément.
Autant dire qu'on risque bien plus avec les maladies nosocomiales, à propos desquelles le ministère de la santé ne fait pas de dépêche alarmiste.
On risque même plus en traversant la rue pour aller chez le toubib...
Bref, pour moi le risque est un faux sujet.



la maman des poissons 27/09/2008 21:48

J'ai fini par retrouver le texte : http://www.web.ordre.medecin.fr/rapport/virus.pdf

Lisez bien la page 4, il y a 3 lignes en caractères gras ... bien instructives !!

Portez vous bien ...

le flic 27/09/2008 22:46



le lien

Merci beaucoup !
Tout le document est très intéressant.
Je note qu'il insiste plusieurs fois sur la notion de confidentialité.
Passez un bon week-end :o)

"Sans la police,
tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre."

Henri Jeanson, pataphysicien

« Le Flic de Bénédicte Desforges séduit avant tout par sa sensibilité à fleur de peau, sa révolte et sa tendresse. »
Lire
« La révélation du printemps »
Le Nouvel Observateur
« Avec sa fougue guerrière, sa rectitude et sa grande gueule, on irait bien au feu avec elle. »
Les Inrockuptibles

Police Mon Amour

« B.Desforges [...] récidive avec Police Mon Amour, dévoilant le quotidien des flics de base. Au fait, qu'en pense son ministre de tutelle, Brice Hortefeux ? »
France-Soir février 2010
chronique du livre [lire]
par Philippe Sage
« B.Desforges a osé écrire tout ce qu'on n'ose pas dire dans la police... »
France inter
« Chroniques poignantes. Une femme flic qui raconte magnifiquement, et dans un style époustouflant, son quotidien. On est happé. »  Biba

FLIC-BD

Mis en images par Séra, Flic est une adaptation en bande dessinée du livre éponyme de Bénédicte Desforges, publié en 2007 et immédiatement devenu un succès de librairie. Dans cette série de récits courts directement inspirés de son expérience et de son parcours de policier, elle brosse un saisissant portrait de ce métier complexe, en prise directe avec toutes les expressions, souvent contradictoires, de la condition humaine... note de Casterman [lire]

France info  Le livre du jour :

rechercher

 

 

 

undefined

banner Banksy ©