Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 décembre 2007 4 20 /12 /décembre /2007 04:05
ben on ne la connaît pas, et on s'en fout ! :o)


  Il y a des choses plus intéressantes que l’état-civil d’un auteur, non ?
Son livre, et ce qu'il y a écrit dedans par exemple… 


  J’ai parlé du blog , juste avant que le livre sorte en librairie. Et comme j’avais aimé le blog évidemment j’ai aimé le livre. Et comme j’ai aimé le livre, j’ai suivi son actu sur la blogo et je me suis amusée des réactions des z'uns des z'autres.

  Beaucoup de fans bien sûr. Mais j’ai relevé que ce qui intriguait pas mal de monde était la non-identité de Brad-Pitt Deuchfalh.
Brad-Pitt c’est le point d’interrogation. C’est un piapiapia récurrent dans la communauté des blogueurs. A un point que, souvent, du bouquin certains n’en retiennent qu’un anonymat qui agace.
Et c’est quand même marrant que dans un monde constitué presque exclusivement de pseudonymes et d’avatars, et qui s’en satisfait plus que bien, l’anonymat d’un blogueur-auteur perturbe à ce point.
La blogosphère et tout le tremblement, l’espace de toutes les libertés ? Tu parles ! Mais c’est d’un conformisme tout ça !
On veut bien célébrer les atypiques mais seulement s’ils sont agréés. On cultive l’ethnocentrisme bloguien pour disculper les égocentrismes individuels, alors quand un Brad-Pitt renonce à un narcissisme de contexte in real life, ça énerve. Et ça énerve d’autant plus, que ça cache forcément quelque chose, au vu de ce qui s'écrit un peu partout.
Et quand l’intelligentsia, les grands maîtres à penser de la sphère - ceux du genre à ânonner trois lignes d’introspection, ou un jet d'acide à la gloire de leur propre pertinence à parler de tout ce qu'ils seraient incapables de faire, le tout pour la statistique et la visite de leurs courtisans quotidiens - se penchent sur la prose de BPD pour tenter une définition de la littérature d’aujourd’hui et de demain, on se demande où se trouve l’imposture.

  B
rad-Pitt Deuchfalh, c’est l’avatar absolu et un auteur à part entière.
Brad-Pitt Deuchfalh est Brad-Pitt Deuchfalh. La belle affaire… L’avatar sort de la blogosphère en publiant un livre, et ne se plie pas à l’usage du coming-out. Il ne se montre pas. L’avatar ne décline pas son pedigree, ses goûts et ses couleurs. L’avatar ne fait pas comme tout le monde. Il est connu en restant inconnu.
L’auteur talentueux de
la vraie vie d’un garçon de quinze ans
, et roi de la déconnade joue le jeu jusqu’au bout.
Merde, mais que ça fait du bien !
Pourquoi ne pas voir une forme d’humilité à rester en retrait de son œuvre ? A laisser parler l’écrit et se considérer comme le simple porteur d’une histoire ?
Pourquoi faut-il toujours une explication à tout ?
Qu’est ce que ça peut faire que l’auteur soit hermétique quand ce qu’il donne à lire est tellement généreux et touchant ?
Et si l’anonymat était une façon d’aller plus loin dans le récit ?

  Moi j’ai aimé que l’auteur de ce livre (et du blog) soit anonyme.
Tout au long de ses rocamboleries et insignifiances, il est Brad, il n’est que Brad. L’auteur est le personnage au moment où il raconte. Aucune superposition d’image sur celle qu’on imagine de Brad le narrateur. Il peut y avoir symbiose d'imaginaires. Pas de parasitage.
Ce livre est une merveille. Le Petit Nicolas peut aller se rhabiller. Je préfère ranger La Vie Rocambolesque et Insignifiante de Brad-Pitt Deuchfalh à coté du Petit Prince ou de Tistou Les Pouces Verts. Tous les secrets de l’enfance habitent ce livre.

Une lecture pour tous ceux qui ont été des enfants et des adolescents. 
Et pour les enfants et les adolescents.

Et pour Noël, ça le fait aussi.

 
Published by le flic - dans trucs en vrac
commenter cet article
9 décembre 2007 7 09 /12 /décembre /2007 01:43
Published by le flic - dans trucs en vrac
commenter cet article
8 novembre 2007 4 08 /11 /novembre /2007 06:09

 


      Brad Pitt nu          sexualité des adolescents   masturbation  vérité         sexe         jeunesse            adolescence           peur         amour      roulage de pelle      suicide                               zizi

(Mots-clés)      


  Ce blog, c’est une gourmandise de talent, d’humour et de sensibilité.
Un journal intime qui raconte la vraie vie d’un garçon de quinze ans.

  La Vie rocambolesque et Insignifiante de Brad-Pitt Deuchfalh, c’est mon méga coup de coeur bloguesque. Pendant longtemps, il a été ma blog’n roll à lui tout seul, mon blog préféré unique, mon incontournable, celui qu’on conseille même aux gens qui n’ont pas internet. Et même à ceux qui ne savent pas lire.
Un blog qui rigole dans la marge, qui fait des surprises, qui fait le con, qui pète et qui fait le décompte de ses premiers poils pubiens. Un blog avec des gadgets planqués partout comme s’il avait des poches qui débordent, comme un cahier de texte qui finit une année de collège, blindé de dessins gribouillés et de mots qui font marrer sur les pages du mercredi.
Mais surtout, au milieu de tout ça, il y a toutes ces histoires en forme de tranches de vie et d’anecdotes, une magnifique et émouvante balade de môme qui apprend à grandir les yeux grands ouverts sur le monde des adultes, sa famille, et sa destinée de gamin. Huis clos familial, papa obscur, maman ange, Crocheton le frangin imprévisible, des bagarres, des peurs et des rires, les vertiges de l’existence, et toujours l’imagination qui transfigure et qui poétise avec des mots limpides quand la réalité ne se laisse pas attraper.
Chaque nouvel épisode de la vie de Brad se déballe et se déguste comme un bonbon. Et sous un même emballage jaune et rose, chacun d’entre eux a un goût différent. La plume de Brad-Pitt Deuchfalh trempe dans l’insouciance enfantine, ou dans la raillerie et l’intransigeance adolescente, puis elle se prend à rêver avec une sensibilité désarmante.
Et chaque mot touche en plein cœur.
Parce que le narrateur est un magicien.

Mais qui est-il au fait ?

  Sur Brad-Pitt Deuchfalh, tout a été dit et supposé.
Il a quinze ans, enfin peut-être seize maintenant. A moins que…
C’est l’ovni absolu de la blogosphère.
La conclusion des nombreuses spéculations sur son compte est l’attribution d’un âge de quinze ans ferme, définitif et non négociable.
A ce jour, et à mon avis pour un bout de temps encore, Brad-Pitt Deuchfalh est un mystère très hermétique.
Ce qui ne l’empêche pas d’avoir des correspondances particulièrement poilantes avec les éditeurs qui l’ont sollicité pour transformer son blog en livre. Alors comme Brad raconte très bien les histoires, et que c’est un espiègle ado boutonneux, si si on y croit, on se demande quelle déconnade il va bien pouvoir nous sortir, et si tout ça est vrai de vrai… L’éditeur lui assure la prochaine sortie de son livre avec papier dans Le Monde et dans Télérama, rien que ça. Mais Brad, il s’en bat les flancs de ces journaux, lui ce qu’il veut, c’est le journal de Mac Do.
  

 

  

macdo.JPGouhahaha ! Bien joué !

Le 15 novembre donc, La Vie rocambolesque et Insignifiante de Brad-Pitt Deuchfalh devient un livre...

Brad, je te souhaite tout le succès qu’il est possible d’espérer pour ton livre, et une overdose de bonnes choses pour toi.
(Quand même... Comment tu lui en mets plein la vue à Crocheton sur ce coup-là ! Mouaaaarf, c’est énorme !)

Et j’espère aussi que le 16 novembre tu remettras ton slip, parce que hein, faut pas que déconner, han !
 


En attendant et pour retrouver Brad :

  

http://keiser.over-blog.com/

 

Published by le flic - dans trucs en vrac
commenter cet article
7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 00:35

Martine1.jpg    Martine2.jpg

Martine4.jpg    Martine3.jpg

Oui je sais, c'est déjà hasbeen.
La semaine dernière, tout le monde a fabriqué ses Martine sur son blog, et j'ai complètement oublié d'imiter les autres (c'est ballot quand même, roooo...)
C'est à présent chose faite.
 

 

Published by le flic - dans trucs en vrac
commenter cet article
7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 02:14

LaChambred-AlbertCamus.jpg


  Il l’a dit sur son blog mais vite fait, presque gêné.
  Parce que quelques jours avant, il n’en savait encore rien.
  Alors le lendemain, il n’y croyait toujours pas.

  Mais pourtant, à la Forêt des Livres, manifestation littéraire organisée par Gonzague Saint-Bris, je l’ai vu en direct live, il ne l’a pas rêvé… Ron a reçu un prix pour son livre La Chambre d’Albert Camus ! Et son Laurier lui a été remis par Bernard Pivot… Oui, rien que ça !

  Pour les quelques extra-terrestres qui ne le connaissent pas encore, Ron est blogueur. Et infirmier. Et auteur.
  Son livre, La chambre d’Albert Camus, est né sur son blog. Des nouvelles qu’il a écrites dans un esprit que je comprends trop bien, où il raconte le quotidien de son métier, des histoires belles, tristes, dures, drôles, cyniques, étonnantes, tout ce qui est passé à portée de son talent à mettre des mots sur les choses, les gens, les émotions, l’indicible.
  Le livre de Ron est une œuvre littéraire parce qu’il y a la magie d’une écriture qu’il maîtrise à merveille, qui emporte tout, qui nous enferme avec lui dans ces chambres où la vie se bat pour continuer, et où Ron se bat pour la rendre plus belle quand elle ne tient plus qu’à un fil.
  L’auteur s’efface devant son récit, il n’est plus que ses mains et ses gestes, son regard dans lequel on rencontre mille autres regards, de ceux qui disent la joie à ceux qui ne disent plus rien.
  La Chambre d’Albert Camus est aussi un témoignage dans lequel Ron, par ses mots justes et vrais, milite pour l’humanité. Le livre nous regarde droit dans les yeux, nous bouscule et nous interroge. Il questionne l’institution toute entière, en ouvrant une porte sur un métier dont la pratique ne connaît pas les encéphalogrammes plats, sur les priorités d’un système, sur le droit à l’humain de le rester quelque soit son état…

  Comme me l’a écrit Ron, ce livre est tout ce qu’il avait dans son cœur.
  Quand vous le lirez, prenez-en soin, c’est un cœur pas comme les autres…

Le blog de Ron l’infirmier avec Le récit de la Forêt des Livres par Ron  !

 

 

Published by le flic - dans trucs en vrac
commenter cet article

"Sans la police,
tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre."

Henri Jeanson, pataphysicien

« Le Flic de Bénédicte Desforges séduit avant tout par sa sensibilité à fleur de peau, sa révolte et sa tendresse. »
Lire
« La révélation du printemps »
Le Nouvel Observateur
« Avec sa fougue guerrière, sa rectitude et sa grande gueule, on irait bien au feu avec elle. »
Les Inrockuptibles

Police Mon Amour

« B.Desforges [...] récidive avec Police Mon Amour, dévoilant le quotidien des flics de base. Au fait, qu'en pense son ministre de tutelle, Brice Hortefeux ? »
France-Soir février 2010
chronique du livre [lire]
par Philippe Sage
« B.Desforges a osé écrire tout ce qu'on n'ose pas dire dans la police... »
France inter
« Chroniques poignantes. Une femme flic qui raconte magnifiquement, et dans un style époustouflant, son quotidien. On est happé. »  Biba

FLIC-BD

Mis en images par Séra, Flic est une adaptation en bande dessinée du livre éponyme de Bénédicte Desforges, publié en 2007 et immédiatement devenu un succès de librairie. Dans cette série de récits courts directement inspirés de son expérience et de son parcours de policier, elle brosse un saisissant portrait de ce métier complexe, en prise directe avec toutes les expressions, souvent contradictoires, de la condition humaine... note de Casterman [lire]

France info  Le livre du jour :

rechercher

 

 

 

undefined

banner Banksy ©