Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 23:57

 

 

  Il était resté entre deux mondes. Celui d’avant, et la police. Il se trouvait beau en uniforme, mais il avait parfois du mal à soutenir le regard des autres, ceux du monde d’avant, sans que son regard à lui ne devienne méchant, triste, perdu. Son arme et sa casquette se mettaient alors à peser de tout le poids de ses incertitudes. Il aurait voulu qu’on l’aime ou qu’on le craigne, il ne devait pas le savoir lui-même. Mais il aurait voulu que tout ça ait du sens.
  Alors de temps en temps, il disait qu’il en avait marre. Entre les gamins ricanant « Je suis mineur, et je t’emmerde ! » et les dealers qui nous narguaient « Attends que je passe chez le juge, connard, et on en reparle demain ici-même… », il se demandait pourquoi il s’était levé le matin, et pourquoi il était là. Et nous, on lui répondait qu’il avait dû voir trop de films, de jolis films américains avec de jolies fins, et des héros bien à leur place, tandis qu’ici bas, chez nous, les héros ne peuplaient que les cimetières. On n’était pas grand-chose, il fallait qu’il s’y fasse, on n’avait pas toujours raison face au bon sens et à l’instinct, et il fallait aussi qu’il l’apprivoise, et qu’il s’y plie.
  Il devait oublier son impuissance face à ces gens qui prenaient plaisir à se faire du mal, ou qui partaient mourir ou tuer idiotement dans des accidents, à ces autres, ces nuisibles, toujours impunis, ou si peu… Et puis les insultes, ou encore ces moments où il faut s’agripper par le col avec d’autres gens aussi perdus et tristes que lui, jusqu’à se battre pour retrouver la marge des deux mondes, et peut-être dans l’osmose de la brutalité, trouver un semblant d’explication.
  Alors il répétait encore et encore qu’il en avait marre.
  Il fallait qu’il se contente de l’instant, de l’adrénaline, de la liberté, du travail bien fait. Comme nous.
  Il avait un nom de fauve et des yeux noirs. Il en avait marre, mais il travaillait bien, et nous on l’aimait. C’était un bon flic comme il aurait été un bon voyou.
  Il avait simplement vu trop de films.
  Alors quand il a démissionné, il est entré dans le bureau du patron en mettant un coup de pied dans la porte.
  « Qu’est-ce qui vous prend ? a hurlé le commissaire.
  - Ta gueule, a simplement répondu l’autre, j’en ai marre et je m’en vais ».
  Et lentement il a sorti son arme de l’étui et l’a jetée sur le bureau. Et puis le ceinturon avec la matraque et les menottes. Et sa carte tricolore qu’il a lancée en travers de la grande table vernie et bien rangée.
  « Je démissionne. »
  Il est parti et on ne l’a plus jamais revu.
  Jusqu’au jour où quelqu’un l’a aperçu et a fait mine de ne pas le reconnaître. Il avait retrouvé une frontière entre deux mondes. Il vendait L’Itinérant à un carrefour, loin, très loin de là.

 

 

extrait de Police Mon Amour 2010

Published by bénédicte desforges - dans chroniques d'un flic ordinaire
commenter cet article
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 23:49

 

undefined


  Depuis le début de l’après-midi, je regarde l’heure tourner. L’envie d’aller travailler et d’être déjà à ce soir. Je vais peut-être même y aller un peu en avance, et en profiter pour cirer mes godasses et nettoyer mon pétard. Ce soir, on va essayer de serrer des roulottiers, des casseurs de voitures qui écument un parking. Enfin, un parking, il faut le dire vite… un espace sous un pont de l’autoroute, sur lequel des habitants de la cité d’en face garent leurs voitures pour économiser le coût d’un emplacement au sous-sol de l’immeuble, où de toute façon leurs véhicules n’encourraient pas moins le risque d’être abîmés ou volés.
  Tous les soirs ou presque, dès que tombe le jour, il y a du dégât sous ce pont. Et tous les soirs ou presque, on passe par là, on se cache dans une petite impasse d’où on peut surveiller sans être vus, et on attend. Et on se dit qu’on finira bien par les faire en flag. Ce soir, il pleut un peu, et j’imagine bien les roulottiers préférer opérer à l’abri sous leur pont favori, plutôt que le long des trottoirs. J’ai un bon pressentiment.
  Mais c’était sans compter les aléas de l’emploi du temps des grands de ce monde.
  « Changement de programme, ce soir, vous allez tous sur le bitume. Le chef d’État va prendre un avion à Villacoublay et vous, vous allez faire un jalonnement sur les quais. » nous apprend-on à l’appel.
  Et voilà comment en un mot, un fantasme de flagrant délit se transforme en certitude de passer une soirée sous la pluie en bordure de caniveau à regarder passer les voitures : bitume…
  Nous montons tous dans un car qui va nous déposer l’un après l’autre sur nos points. Certains seront à des carrefours et couperont la circulation quand le cortège officiel passera, et d’autres jalonneront le bord de la voie rapide pour surveiller la présence d’éventuels piétons. Mais vu la pluie qui tombe de plus en plus fort, il y a fort à parier qu’il n’y aura guère de passants.
  À mon tour, je descends du car et je prends possession de mon bout de trottoir sur une grande ligne droite bordée par le mur d’un garage désaffecté. Il y a au moins deux heures à attendre, il va falloir que j’évite de regarder ma montre. L’endroit est sinistre, il pleut et il fait froid, et la nuit arrive. Je ne pense même plus aux roulottiers, j’essaye de ne penser à rien. Je regarde passer les voitures, lumières blanches dans un sens et rouges dans l’autre, ligne blanche au milieu. L’eau de la pluie, l’eau de la Seine, l’eau du caniveau, l’eau qui rentre dans mes chaussures. Je persiste à tenter de ne pas penser, mais je ne pense plus qu’au froid qui m’envahit par les pieds et par les mains. Plus de deux heures ont passé quand le car s’arrête devant moi, et que le brigadier baisse sa vitre.
  « Il va avoir du retard.
  - Combien de temps ?
  - On n’en sait rien. Et si ça se trouve, il empruntera un autre itinéraire… »
  C’était déjà arrivé. Des heures à attendre, gants blancs et fourragère rouge au bord d’une avenue, le passage d’une voiture officielle qui n’était jamais passée, préférant un autre trajet par mesure de sécurité.
  Le car repart me laissant dans ma flaque d’eau, et à mon exercice d’abstraction du temps perdu. Plus tard, cédant à la lassitude et la fatigue, je regarde ma montre. On devrait déjà avoir fini, il est plus de minuit. Et il pleut toujours. Et je pense à mes collègues qui doivent penser la même chose, et maudire les improvisations des élus du peuple.
  Soudain, un bruit. Un bruit dans le ciel, qui me fait toujours penser à la Chevauchée des Walkyries. Un hélicoptère. Un hélicoptère qui passe au dessus de nous et se dirige vers l’ouest. Vers Villacoublay.
  Le président de la République vient de passer.

 

 

récit extrait de Police Mon Amour 2010

Published by bénédicte desforges - dans chroniques d'un flic ordinaire
commenter cet article
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 23:42

 

 

  C’est un tout jeune flic, il est stagiaire, l’école c’était avant-hier ou presque. Il n’a pas vu grand-chose.
  Il est heureux, il a été affecté dans le commissariat qu’il souhaitait, il a imprégné sa mémoire tant qu’il l’a pu des histoires des vieux, des anciens qui racontent les choses avec plein de distance et de gravité dans les yeux. Et qui donnent le mot de la fin avec un sourire complice et fraternel.
  Un jour, il sera comme eux. Il aura des histoires à raconter, d’autres à partager entre flics, et quelques unes à taire. Ou à oublier.
  Il se lève tôt, prend un café en laçant ses chaussures et en écoutant la radio en sourdine. Il passe un blouson de cuir et une écharpe bleu marine, met un tour de clé dans la serrure, et descend l’escalier. Il fait froid, il prend la voiture pour se rapprocher de la gare. 
  Sur le chemin, il y a eu un accident et une voiture est en feu. 
  Il voit qu’il y a des gens dedans. Il s’arrête et court vers la voiture. Il ouvre une portière, la poignée est brûlante. Il y a là une famille, avec ses deux enfants. Il remonte le col de son blouson haut sur son visage. Il sort un corps inanimé, il entend des cris dont il ne savait pas qu’ils pouvaient exister. Il se brûle. Il sort un second corps, sans vie. Après, il ne peut plus rien. Les cris cessent. La voiture en garde deux dans sa carcasse.
  Quelques semaines plus tard, on lui annonce à l’appel que va lui être remise la médaille du courage et du dévouement. Il n’est pas fier, parce qu’il aurait préféré que tout ça n’arrive jamais. Fier, ce n’est pas le mot. Il aurait été fier s’il avait pu sortir les deux parents de là. Il aurait été fier si le grand n’avait pas déjà été mort, et qu’il ne restait pas de ces gens-là qu’un tout petit vivant. Mais il se dit qu’une médaille cacherait un peu les cicatrices qu’il a aux mains et à la mémoire. Et que sa famille serait fière de lui, surtout son vieux, un ancien, avec qui il ne sera pas obligé de rentrer dans les détails.
  Il y a ce jour-là avec lui, un autre flic qu’il ne connaît pas, dont on lui dit qu’il a sauvé un homme de la noyade. Tout le monde s’aligne en silence. Un commissaire qu’il n’avait non plus jamais vu, s’approche d’eux, et tour à tour leur serre la main. « Je vous félicite. » Et il leur remet une feuille de papier paraphée sur laquelle est inscrit Acte de courage et de dévouement. Il fait deux pas en arrière, tout le monde se raidit, et salue avant de quitter la salle d’appel.
  Le jeune flic attrape doucement son brigadier par la manche.
  « Et ma médaille ?
  - Ah. On ne t’a pas dit. Il faut que tu la payes. Ça coute dix-sept euros. »

 

 

d’après l’histoire d’Alex

extrait de Police Mon Amour 2010

Published by bénédicte desforges - dans chroniques d'un flic ordinaire
commenter cet article
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 08:54

 

Mardi 21 août 2012

 

Et voilà.
FLIC la bande dessinée du très talentueux Séra, arrive demain en librairie.
Merci mille fois à lui, et merci à Guillaume Prieur chez Casterman. Cette bédé, tous ces moments que j'y ai revus, ces bouts de vie de flic et de vie de rue, mes adorables fantômes revenus à la grâce de la plume et de la couleur, des souvenirs enfin apprivoisés, si magnifiquement dessinés, c'est un cadeau incroyable.

 

FLIC-BD-22aout

Published by bénédicte desforges - dans chroniques d'un flic ordinaire
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 16:39

 

champagne

  Il arrondissait ses fins de mois de gardien de la paix en travaillant de temps en temps au noir. Il avait un physique avantageux, belle gueule et sourire charmeur, et la nuit il faisait le portier à l'entrée de soirées chics et parisiennes. Ni vu ni connu, tout petit fonctionnaire de la République, il s'exerçait au cumul de mandats en dépit des mises en garde du sacro-saint règlement. Une ou deux fois par mois, il faisait fi de cette interdiction de se disperser, et veste noire dans la nuit noire, il se pensait à l'abri de l'œil de Big Brother. Jusqu'au jour où, parmi un petit groupe d'invités luxueusement vêtus et parfumés, lui était apparu comme une mauvaise blague, le regard étonné son commissaire.
  « Oh ! Que faites-vous là ? Vous êtes aussi convié ? lui avait dit celui-ci.
  - Euh... Pas vraiment... avait répondu le flic pris au dépourvu, et à court d'arguments crédibles.
  - Ne me dites pas que...
  - Eh si, patron !
  - Vous savez que vous enfreignez gravement le règlement ? Et aussi la législation du travail ?
  - C'est pas si grave que ça, patron. Une fois de temps en temps pour trois sous...
  - Une fois ? Une fois de trop !
  - Patron... Vous me faites rentrer maintenant que vous êtes là ? J'ai envie de petits-fours...
  - Faites le malin, tiens ! Demain, je vous fais rentrer à l'IGS par l'entrée des artistes !
  - Présentez-moi quand même votre invitation, monsieur le Commissaire, j'ai aussi des consignes à appliquer. »
  Sorti par son patron de sa clandestinité noctambule, il avait fini sa carrière d'aimable portier au conseil de discipline après un passage à l'IGS où il avait exposé sa difficulté à boucler ses fins de mois devant un inspecteur perplexe, mais amusé par sa vision de la lutte des classes administratives. Il s'était donc présenté devant l'assemblée de ses juges, spécialistes ès sanctions et syndicalistes, et aussitôt l'un d'eux lui avait reproché d'être venu sans cravate, desserrant la sienne de sa main propre et blanche pour pouvoir lui aboyer dessus à son aise.
  À ça, le flic avait rétorqué en souriant qu'il travaillait au noir précisément pour s'en payer une...

 

 

texte extrait de Flic, chroniques de la police ordinaire 2007

Published by bénédicte desforges - dans chroniques d'un flic ordinaire
commenter cet article

"Sans la police,
tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre."

Henri Jeanson, pataphysicien

« Le Flic de Bénédicte Desforges séduit avant tout par sa sensibilité à fleur de peau, sa révolte et sa tendresse. »
Lire
« La révélation du printemps »
Le Nouvel Observateur
« Avec sa fougue guerrière, sa rectitude et sa grande gueule, on irait bien au feu avec elle. »
Les Inrockuptibles

Police Mon Amour

« B.Desforges [...] récidive avec Police Mon Amour, dévoilant le quotidien des flics de base. Au fait, qu'en pense son ministre de tutelle, Brice Hortefeux ? »
France-Soir février 2010
chronique du livre [lire]
par Philippe Sage
« B.Desforges a osé écrire tout ce qu'on n'ose pas dire dans la police... »
France inter
« Chroniques poignantes. Une femme flic qui raconte magnifiquement, et dans un style époustouflant, son quotidien. On est happé. »  Biba

FLIC-BD

Mis en images par Séra, Flic est une adaptation en bande dessinée du livre éponyme de Bénédicte Desforges, publié en 2007 et immédiatement devenu un succès de librairie. Dans cette série de récits courts directement inspirés de son expérience et de son parcours de policier, elle brosse un saisissant portrait de ce métier complexe, en prise directe avec toutes les expressions, souvent contradictoires, de la condition humaine... note de Casterman [lire]

France info  Le livre du jour :

rechercher

 

 

 

undefined

banner Banksy ©