“au jour le jour”

27 Décembre 2007

  Une belle histoire de Noël tombe inopinément dans mes mails. Cadeau ! Une histoire de flics. Une non-histoire en fait, une affaire sans suite, un truc à faire perdre du temps à ces prolos de gardiens de la paix qui bossent les jours de fêtes avec des régimes spéciaux plein les fouilles. Mais tellement banal et symptomatique de ce qui est vécu au quotidien par mes collègues, que je vais répondre ici à ce mail. Dans un but informatif et pédagogique pour ceux qui doutent encore de l’immense variété de nos missions et du grand intérêt de certaines d’entre elles.

Extraits :
« À noël, j'étais seule chez moi à pleurer ([…] histoires de familles, etc.) et j'ai vu "débouler" 2 policiers (!) dont l'un était visiblement en colère et l'autre n'osait pas s'exprimer, du coup. C’est ma mère, qui avait peur que je ne me sois suicidée (elle avait déjà appelé ma voisine la veille, mais bon !) car je ne répondais pas au téléphone, je l'ai même décroché par moments (pour qu'elle sache que je n'étais pas suicidée, justement)
Bref, tout à coup, ça sonne la cloche et frappe très fort la porte, je descend, très "gracieuse" […] mais bref, j'ouvre.
j’étais très calme et il me dit : "vous voyez, hin, la police ça sert à quelque chose" (jamais dit le contraire, moi) et puis commence un questionnaire nom prénom, date de naissance ...là, j'ai "craqué" j'ai dit : "ah, non, j'ai rien fait, moi, allez voir ma mère, je ne veux pas être sur un fichier sarkozy"
Alors là, il est devenu encore plus rouge et a dit à son collègue "allez, viens, c'est pas la peine... " 


L’identité : elle ne sert pas à remplir les fichiers-Sarkozy, mais plus simplement à s’assurer qu’il s’agit bien de toi et de la bonne adresse, étant donné le coup de fil de ta mère et le motif de celui-ci. Tu aurais pu être quelqu’un d'autre à la même adresse, ou étrangère à l’intervention si l’adresse avait été mal transmise, ou s’il s’était agi d’un canular (bah, oui on se déplace aussi pour des canulars, pas de trêve des confiseurs pour ça). Bref, le policier n'est pas supposé savoir, ni te connaître, alors il demande. Ça peut effectivement s’appeler un contrôle d’identité, ce geste scandaleusement coercitif en attente d’interdiction par les Conventions de Genève et la Cour des Droits de l’Homme, et hautement symbolique de la répression policière, ça te va comme ça ?
Quant à aller voir ta mère, c'est vraiment pas son problème me semble-t-il, mais plutôt le tien. On sert à tout – et surtout à ce qui ne nous incombe pas – mais la médiation familiale entre adultes consentants à se pourrir la vie, c’est carrément pas de notre ressort, même si on est très sollicités pour ça.
Contrôle d’identité : normal.

[…] alors mes questions:
est-on passible de quelque chose si on ne répond pas (j'étais qd même chez moi sans rien demander à personne, lol)


NON t'es passible de rien du tout depuis l’abolition de la peine de mort.
T'as rien demandé à personne MAIS on a envoyé la police chez toi pour une sorte de motif qui parfois s’avère vrai. Le plus simple est de décliner son identité et chacun retourne à ses occupations. De façon accessoire, on peut aussi s’excuser auprès des flics de les avoir fait déplacer pour rien. Je doute que ça t’ait effleuré l’esprit aussi "gracieuse" que tu puisses être.

ont-ils droit de sauter le mur de cloture (la sonnette n'étant pas sur la rue et ils n'ont pas réussi à ouvrir le portail)

OUI ça s'appelle un cas de nécessité. Et quand il n’y a pas de sonnette, ça s’appelle aussi du bon sens.
Si t'es vraiment suicidée, ils font quoi d'après toi ? ils attendent que ton yorkshire ouvre la porte ? ils font venir un hélico pour franchir le mur sans le toucher ? ils défoncent le portail ? ils retournent au poste en disant « Ah ben on n’a pas pu ouvrir la porte et y’avait un mur, c’est ballot toud’même ces suicidés qui n’ouvrent pas les portes…» ?

est-ce que vous avez des primes si vous trouvez un suicidé? parce que là, ils avaient l'air visiblement déçus que je sois vivante…

NON il n'y a pas de prime. T'as conscience de la question que tu poses, là ? Provoc ? J’ai jamais entendu un procès d’intention aussi idiot. Déçus, je n’irais pas jusque là, agacés de tomber sur quelqu’un de ton genre qui leur jette du fichier-Sarkozy à la face, et de se trouver au milieu d’une embrouille familiale, c’est possible. Des inconséquents incapables de régler leurs problèmes personnels au point de faire appel à la police soit par crainte légitime, soit par lâcheté, soit pour emmerder l’autre, c’est très courant. Ce qui est déplorable est que les urgences vraies ou fausses sont traitées de la même façon, et que policiers ou pompiers prennent quotidiennement des risques pour arriver vite sur des lieux de non-lieux.
(la prime à la connerie, on y a pensé, mais ça viderait les caisses de l’Etat…)

… ou alors ma mère les ont dérangé (t’es prof de quoi au fait ?) en plein milieu du repas de midi et il avait bu un ptit coup?

Ces jours-là comme les autres, on n’a pas vraiment le temps d’organiser des gros banquets pendant les heures de service. Et comme t’as l’air de tomber de l’armoire, je te répète que la permanence à domicile des effectifs des police-secours et autres voitures de patrouille, ça n’existe que dans ton esprit.
Ta suspicion d’ivresse est ridicule, autant que ton accusation d’impolitesse. Vu le ton que tu emploies et tes a priori de petit contribuable étriqué, j’ai un doute sur l’accueil que tu as réservé à ces policiers. Ça relève probablement de l’attitude très citoyenne qui consiste à nous prendre pour des cons, bons à tout entendre et tout supporter de la part de n’importe qui, tout en gardant un faciès impassible et stoïque.

[…] J'aimerai bien un regard extérieur à ici, mais interne à la profession, c'est pourquoi j'ai fait appel à toi, donne-moi ton sentiment.

Je voudrais bien savoir pourquoi tu me poses ces questions-là à moi. Tu crois quoi ? Que je vais prendre fait et cause pour toi, alors que manifestement tu as des réponses toutes faites et du mépris à revendre ?
Juste préciser un truc : il y a des gens qui se suicident VRAIMENT et particulièrement l’hiver et les jours de fête, et dans tous les cas de figures, la police va sur les lieux pour faire la part du vrai, des tentatives et du faux. Et voir des gens qui trouvent le moyen - et ils sont nombreux - de mêler les flics à leurs salades de famille, histoire de trouver un arbitrage facile et méprisable à merci, ça va un peu.
Je suis intervenue sur suffisamment de vrais drames, jours de fête compris, pour ne pas avoir envie de m’émouvoir sur ton histoire de noël foireux, et d’hystérie familiale. Il y a pire que d’être sans enfants le jour de noël parce qu’ils ont préféré leur belle-famille. Il y a aussi bosser les jours de noël, et se faire envoyer chier par des gens qui imaginent qu’on est à la fête, et que la priorité des priorités est de compatir à des non-évènements, quand il peut y avoir de vraies urgences ailleurs. Vraies urgences, tu vois ? Vraies détresses, vrais suicides, vraies annonces de suicide à familles anesthésiées, vrais accidents, vraies victimes aux mains de vrais délinquants, tout ça quoi.
Alors, abonder dans ton sens qui voudrait qu’un ignoble flic mal embouché t’ait agressée, comme tu dis, et bien je ne peux pas parce que tu n’es pas crédible.
Ta posture outragée me fait marrer. L’incorrection est de ton coté, simplement de n’avoir pas mentionné que ce soir-là, la police n’avait rien à faire chez toi.
Il n’avait pas l’air content d’être là, soit. Mais qu’avait-il à faire là ? Se faire engueuler à la place de quelqu’un d’autre ? Il a dit à son collègue « allez viens, c’est pas la peine », et quoi ?... Et ça suffit pour le taxer d’inhumain ? Le jour où tu verras des policiers faire abstraction de tout, avec un sourire figé et permanent, c’est que tu n’auras plus affaire au genre humain…

et si tu as des questions sur les profs, un jour...n'hésite pas. »

Ouais, bof…

Voir les commentaires

B. Desforges

#au jour le jour

27 Décembre 2007

 
  Passe la souris sur Rémi pour voir ce qu'il est devenu...

et clic sur la papatte          

Voir les commentaires

Bénédicte Desforges

#au jour le jour

25 Décembre 2007

ici on rigole pas avec la tradition, hé. 

Joyeux noël à tous !

 

Voir les commentaires

B. Desforges

#au jour le jour