“actu police”

16 Mai 2013

PSG


Mon interview pour Le Courrier de l'Atlas à propos des "bousculades" dans Paris après la victoire du PSG :


Le Courrier de l’Atlas : Que vous inspirent les événements survenus place du Trocadéro et aux Champs Élysées le soir de la fête de la victoire du PSG ?

B. D : Toujours le même effarement de voir à quel point la violence est vite désinhibée dans ce genre de circonstances. Et puis de l’exaspération à entendre les débats du lendemain, et à assister à la compétition de langue de bois des uns et des autres. Entre ceux, le cul vissé sur les fauteuils de l’Assemblée Nationale, qui n’ont vu que l’extrême-droite et les ultras ravager Paris, et les autres qui en ont profité pour lancer une charge outrancière et hors sujet sur l’immigration.
Avec tout ça, une conférence de presse lamentable d’un préfet de police à coté de la plaque, un maire de Paris d’une absolue mauvaise foi, et un ministre de l’Intérieur qui à force de dédouaner tout le monde de toute responsabilité, indique clairement la sienne, et qui s’appliquant à citer les loupés de ses prédécesseurs comme autant de circonstances atténuantes, a apporté la démonstration qu’il était plus soucieux de sa propre exposition que de sa mission d’homme d’État. Une telle défaillance d’un service public aurait justifié une analyse plus sincère et rationnelle, et un peu moins de dénis de réalités.

À qui incombe la responsabilité ?

La responsabilité incombe à ceux qui ont prévu un service de maintien de l’ordre inadapté et insuffisant en dépit des mises en garde des services de renseignements et des préconisations de groupes dédiés aux violences urbaines qui ont une bonne connaissance des phénomènes de bandes et savent anticiper selon les contextes et évènements. Dire, comme Manuel Valls l’a fait, que les coupables sont les casseurs est aussi idiot que de dire qu’on est mouillé à cause de la pluie, avec un parapluie fermé à la main.
La responsabilité est donc clairement celle du préfet de police et du ministre de l’Intérieur. Mais le plus dérangeant a été d’entendre de la bouche de Jean-Jacques Urvoas (député socialiste et président de la commission des lois, rapporteur d’un texte préconisant un renforcement du contrôle des services de renseignement français, et qui fut secrétaire général du PS pour les questions de sécurité) que ce sous-effectif policier était voulu par les Qataris qui ne souhaitaient pas de flics « visibles » au Trocadéro.
[RMC le 14 mai 2013].
Sous-entendre que les actionnaires d’un club de foot puissent avoir le dernier mot sur un dispositif de maintien de l’ordre, et les desideratas du privé l’emporter sur l’intérêt général, en l’occurrence l’ordre public, est effarant dans un État de droit disposant d’une police nationale et républicaine.
Il appartenait donc au préfet de police de faire preuve de plus de professionnalisme et moins de clientélisme face aux propriétaires du PSG, et de ne tenir compte que des impératifs de sécurité publique pour que la fête puisse avoir lieu dans de bonnes conditions. Ce qui était tout à fait jouable. Les effectifs de police et gendarmerie étaient en nombre insuffisant et ils le savaient. Des collègues engagés sur ce maintien de l’ordre et rodés à ce type de mission me l’ont confirmé, ils ont fait ce qu’ils ont pu mais ont été débordés.

Fallait-il autoriser le rassemblement ?

Étant donné les incidents et les violences de la veille, au soir de la victoire du PSG, la prudence aurait voulu, au pire que ce soit annulé, au mieux que le dispositif policier soit considérablement renforcé et assorti de toute une gamme de mesures préventives et de contrôle en amont (métros, RER, etc.) comme ça s’est déjà fait sur d’autres évènements ou manifestations, et ce qui permet d’anticiper et d’adapter au mieux les mesures de sécurité.

Les solutions pour empêcher ce genre de débordements ?

Comme pour toutes les manifestations d’envergure et fortes en enthousiasme, le dispositif de maintien de l’ordre doit être approprié et en nombre suffisant, et le lieu (ou l’itinéraire) doit être déterminé de façon à ce que la sécurité des participants puisse être assurée, et qu’il n’y ait de casse ni sur les lieux ni aux alentours. Il y a fort à parier que les victoires du PSG (à supposer qu’ils renouvellent le miracle !) se fêteront désormais sous haute surveillance.
Ceci dit, il ne faut pas se leurrer ni être dupes, les bandes qui ont semé le trouble, et commis des actes de violence sont étrangères au football, et se plaisent à se mêler à toutes sortes de manifestations ou gros mouvements de foule, autant d’occasions d’agressions, de vandalisme ou de pillages.

Propos recueillis par Nadir Dendoune


source : Le Courrier de l’Atlas - jeudi 16 mai 2013

Voir les commentaires

26 Février 2013

26 février 2013
crédit photo : Eric Feferberg©

 

selon les médias : plusieurs centaines
selon l'état-major PP : pas loin de 6000.
 

Voir les commentaires

B. Desforges

#actu police

25 Janvier 2013

Valls-Reuters
©Reuters

En matière de police, les sirènes que l’on entend finalement le plus ne sont pas le chant des lumières bleues qui tournent et clignotent, mais celles des discours monotones et attendus des statistiques de la délinquance.

Nous aurions aimé croire, éternels naïfs que nous sommes, et après avoir assisté à toutes les hystéries électorales, que dans ce domaine « le changement c’était maintenant ».

L’automne dernier, devant les cadres de la police, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, volontaire et déterminé, pointait à mots à peine couverts, la réalité de la communication sur les chiffres de la délinquance constatée sous le précédent gouvernement :
 

« Tout d'abord, nous devons franchir une étape vers plus de fiabilité de la statistique publique de la délinquance, et de sincérité dans son maniement. Il faut sortir de l'instrumentalisation politique et médiatique permanente de données, trop hétérogènes pour être significatives, ou trop agrégées pour ne pas être manipulables.

Vous connaissez, mieux que moi, l'art et la manière de piloter habilement un taux d'élucidation global ou un volume "attrape-tout" d'infractions révélées par l'action des services (IRAS) ; les secondes pouvant d'ailleurs servir à gonfler artificiellement le premier.

Les reports statistiques du fait d'enregistrements clos le 26ème ou 27ème jour du mois, les déqualifications judiciaires injustifiées, les déperditions entre le logiciel de rédaction de procédures et le logiciel de centralisation statistique : toutes ces pratiques, là où elles avaient cours, doivent cesser sans délai ! C'est une obligation de service public.

J'entends mettre un terme aux pratiques statistiques ayant dérivé vers une "politique du chiffre", devenue pour vous une équation impossible.
Des pratiques qui ont pu, d'autre part, vous détourner, vos collaborateurs ou vous-mêmes, des missions véritablement prioritaires du traitement de fond des problèmes de délinquance. »


[discours cadre sur la sécurité - 19 septembre 2012]


La cause paraissait entendue, et le changement était peut-être pour maintenant : comme nous le répétons tous les deux depuis des années, les chiffres statistiques de la délinquance constatée, de même que ceux du réel taux d’élucidation, étaient bidonnés. Donc faux. Tout simplement. Nous pouvons même affirmer qu’ils étaient prédéterminés par des instructions précises d’objectifs à atteindre chaque semaine, chaque mois, chaque année.

À l’aune des communiqués réguliers des glorieuses victoires du Chemin des Dames de la lutte pour la sécurité depuis 2002, parfois pour seulement quelques dixièmes de point de baisse artificielle, l’imposture n’était pas neutre. Il aurait été simple à Manuel Valls de la faire établir clairement par une volée d’audits dans les services de police les plus représentatifs, en comparant tout bonnement par sondages le taux de variation entre les infractions réellement constatées et celles présentées après rectifications dans les statistiques officielles. Cela aurait déjà évité les éternelles querelles de politique partisane sur la progression ou non de la délinquance.
Sauf que…
Lui posant la question d’une telle « opération vérité », le 2 juin 2012, Jean-Jacques Urvoas, ancien secrétaire général des questions de sécurité au PS, répondait : « Impossible. Le gouvernement ne peut pas prendre le risque de se mettre à dos le corps des Commissaires. »

Serait-ce donc là le nœud du problème de communication de Manuel Valls sur ces fameux chiffres, et sur les récurrentes polémiques comparatives avec ceux de l’ancien gouvernement comme nous l’avons vécu ce mois de janvier 2013 ?

Le ministre esquive, argumente des évidences de principe, tourne autour d’une vérité pas bonne à dire sans jamais la formuler, rien n’est vraiment clair. Il ne dira pas que les chiffres étaient simplement faux. Circulez y’a rien à voir…

Pourtant, c’est bien le discours qu’il avait publiquement (et médiatiquement) tenu aux cadres des forces de l’ordre On aurait été en droit de s’attendre à ce qu’il s’y tienne et en informe les citoyens en toute transparence.

Mais autant il est aisé d’expliquer qu’un commissaire de police peut difficilement refuser d’obéir aux instructions et impératifs du gouvernement en place, sauf à sacrifier son emploi, sa carrière et son métier, autant il est plus délicat d’établir que l’enjeu va bien au-delà.

Imaginons juste qu’un journaliste pertinent (il doit en rester qui ne prennent pas leurs informations uniquement de sources autorisées) pose publiquement une question rationnelle sur le bon fonctionnement d’une institution républicaine :
« Les chiffres fournis par la hiérarchie de la police durant des années étant faux, cette même hiérarchie étant gratifiée, dans le même temps, de primes annuelles conséquentes, (et y rajoutant celles dites de performance depuis 2011) ,plusieurs dizaines de milliers d’€uros dont une bonne partie tenait à cette production statistique, peut on en déduire que ces résultats « de commande » furent « achetés » par la précédente majorité? Et combien cela a-t-il coûté aux citoyens ? »

Impossible. Cela dépasserait l’entendement.

Tout aussi préoccupant, les instructions chiffrées ont-elles cessé depuis le changement annoncé de mai 2012 ?

Dans bon nombre de services de police, ce n’est absolument pas le cas. D’absurdes notes de service imposant des objectifs chiffrés à atteindre ont même été réitérées depuis l’élection présidentielle. Le ministre en a été avisé. Ces notes sont néanmoins restées en vigueur, et les policiers les ont appliquées jusqu’à fin 2012.

Le ministre de l’Intérieur, de tout évidence conscient d’un problème de crédibilité, promettait une « nouvelle méthode » plus exacte et transparente, d’évaluation du volume de la délinquance constatée, et des évolutions des catégories d’infractions. Lors de sa présentation des chiffres du 18 janvier, il réaffirmait cette promesse pour l’année 2013, sans véritablement de précisions.

C’est là où le bât blesse. Et sérieusement. Parce que quelques jours plus tôt, le Directeur Central de la Sécurité Publique demandait, lui, à tous ses Directeurs Départementaux, de commenter la délinquance constatée par leurs services pour les années 2012, 2011 et 2010, en utilisant comme références…deux notes de service et une circulaire ministérielle datant de… 2010.
 

politique du chiffre 2013
pdf2

En clair, il faut donc qu’au 28 février 2013, ces hauts fonctionnaires de la police aient commenté des chiffres considérés comme inexacts, ou pour le moins explicitement mis en doute, par le ministre de l’Intérieur lui-même, et ce en application stricte d’instructions établies sous la mandature de Brice Hortefeux !

Des consignes élaborées pour la police du temps de la présidence de Nicolas Sarkozy seraient donc ces "nouveaux outils statistiques"(sic) ?

Voilà pour le moins un « changement » incompréhensible. Et une valse à deux tons plus que troublante.

Marc Louboutin et Bénédicte Desforges
ex lieutenants de police et auteurs

bonus (26 janvier 2013) :

jju-26janv2013

Manifestement, l'amnésie est un syndrome bien partagé.
Même la mémoire à court terme n'y résiste pas.

Voir les commentaires

Bénédicte Desforges

#actu police, #politique du chiffre