Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 13:01

 

 

Ça va sans dire, mais ça va mieux en le disant : Faites attention à vous, vous êtes des cibles. Des cibles faciles et visibles, et tellement symboliques... Aujourd’hui encore la police a payé le prix fort pour que vive la démocratie. Faites gaffe, on n’a pas du tout envie de vous offrir des fleurs…
Attention aussi aux infos qui circulent. On a tous reçu des messages, des mails, des textos. Des infos qui souvent ont précédé ce qui est paru dans la presse. On imagine bien que les services intervenants intègrent au mieux le fait qu’il faut tenir compte du brouhaha numérique, de cette maladie du scoop et de l’exclu, et que l’enquête s’efforce d’avoir un temps d’avance sur la diffusion sauvage, mais il n’en reste pas moins que cette manie est gravement préjudiciable. A l’enquête en cours, au déroulement d’interventions et à la sécurité de ceux qui sont sur le terrain. Il n’y a rationnellement aucune utilité à rendre public ce qu’on sait ou croit savoir. C’est dangereux. Ou de se faire mousser en laisser à penser qu’on est dans le secret des dieux. C’est ridicule. Pas plus d’intérêt à diffuser des rumeurs en singeant une presse en quête de buzz et de scoop.
N’allons pas lire et ne donnons pas d’écho aux messages de haine, de provocation de ceux qui se satisfont du massacre d’hier, ça pourrait les réjouir. Ils ne sont que la gangrène d’une religion défigurée et éreintée par des dingues.
Gaffe aussi aux théories conspirationnistes débiles qui inévitablement circulent déjà. Notre collègue n’est pas mort, la video est un fake, les meurtriers sont téléguidés par l’occident, les Illuminati, Obama, le Mossad, etc. Pas la peine de perdre son temps là-dessus, ni d’y répondre, on se fait du mal pour rien, et pour des crétins. L’homme n’a pas marché sur la lune, parait-il…
Soyez prudents.
Tous ceux qui aspirent à la paix et la liberté sont derrière vous.

FB flic

Published by bénédicte desforges - dans actu au jour le jour
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 23:19

menottes

 

Il n’y a pas si longtemps, que n’entendait-on pas sur les traitements de faveur accordés aux "fils de", qu'ils soient ceux de Nicolas Sarkozy - ministre ou Président, avec une mention spéciale à la tragédie du jet de tomate, ou de Frédéric Péchenard, alors DGPN.

La presse, galvanisant les bonnes âmes offusquées, hurlait des jours durant au "fait du prince", au détournement de la police et de la justice, à la rupture d'égalité entre les citoyens face à la Loi, au comportement "monarchiste" du pouvoir.

Chacun dénonçait évidemment une injustice dans le traitement judiciaire dérogatoire d'indulgence pour les "enfants du pouvoir". Seule la gauche - c'est à dire le PS - allait permettre de revenir aux fondamentaux du Droit. Mais ça, c'était avant...

Où sont-ils aujourd'hui, les moralisateurs de comptoir, les indignés à la petite semaine, les révoltés du clavier, les bobolutionnaires de la morale, quand c’est le fils de la concubine officielle du Président qui bénéficie des stupéfiantes mêmes largesses pénales à chaque récidive ?

Et la ministre de la justice, d'ordinaire si prompte à empoigner l'étendard de l'égalité, à monter sur la barricade médiatique, et clamer à l’application d’une même Loi pour tous ? Qu'en pense t'elle des oukazes présidentiels autorisant l'impunité pénale au "fils de la dame de" ? Rien peut-être, elle regarde ailleurs, se rappelant qu’il y a quelques années, elle avait cherché à faire annuler purement et simplement la condamnation de son fils pour complicité de vol. Laxisme pour tous ? Pas tout à fait…

Pendant ce temps-là, le pétillant ministre de l'Intérieur communique à tout-va sur le nouveau Code de Déontologie de la Police Nationale. Et, telle une démonstration par l’absurde, il ne le respecte pas lui-même en permettant formellement que "le fils de" échappe en toute illégalité à une procédure pénale qui aurait dû être diligentée par ses propres services de police...
Il va sans dire qu’un gardien de paix lambda qui interviendrait pour minimiser la mise en cause judiciaire d'un de ses gamins - ou de celui d'un de ses proches - serait immédiatement sanctionné sans état d'âme, suspendu dans l'heure sans doute, puis trainé dans la boue médiatique avant d’être lapidé sur l’autel de la morale socialiste... Avec son Ministre en première ligne dénonçant avec la plus grande fermeté une conduite inacceptable.

La "déontologie" c'est bon uniquement pour les simples flics. Quant à l'application stricte de la Loi, c'est juste pour les simples citoyens.
Le pouvoir, l’animal politique, il s'en contrefout de tout cela : les règles communes ne valent jamais pour lui...

Quant à la gauche, une fois encore, une fois de trop, elle apporte la preuve qu’elle n’existe pas. Le parti socialiste est un parti imposteur qui n’a plus rien à voir avec les valeurs fondatrices de la gauche des grands principes. Le parti socialiste est un parti bourgeois qui fonctionne en caste et pratique le privilège, le passe-droit et le mépris de classe.
La Loi, prétendument pour tous dans les discours propagandistes, mais bien plus certainement, pour tous selon la Constitution, pour eux, se décline selon la position statutaire de l’auteur ou de la victime de l’infraction. Comme dans le Droit médiéval.

Et à moins qu’il soit le lobby ou la communauté du jour - éphémère électorat à caresser dans le sens du poil - le peuple n’a aucune sorte d’importance. La caste politique peut s’en moquer avec application - même si elle se prétend socialiste - et il ne leur importe pas du tout de faire de leurs cas personnels des exemples de probité. Non, ils n’ont pas même cette sorte d’amour-propre, pas plus qu’ils n’ont de respect pour leur mandat et leur électorat. Pour eux, joindre l’acte à la parole est sans objet. Donner des leçons de morale à longueur de micros et d’incantations est plus facile et n’engage à rien. Inventer chaque jour une nouvelle disposition liberticide ou autre interdiction qui pourra être transgressée à coups de petits arrangements entre amis politiques, se fait sans états d’âme.

Le Code de déontologie est assené aux policiers comme si le postulat de l’exercice de leur métier était la suspicion, le Code de déontologie des journalistes n’a jamais vu le jour, quant à la déontologie du milieu politique, il n’en a jamais été question. Alors les fils de…

 

Marc Louboutin et Bénédicte Desforges

 

 

source : Passe-droit pour le fils de Valérie Trierweiler ? [Le Point 7 décembre 2013]

Published by bénédicte desforges - dans actu au jour le jour
commenter cet article
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 15:34

tribune de Marc Louboutin

ex lieutenant, auteur et éditeur

 

 

server

 

 

« En visant génériquement la prévention de la criminalité, ce régime d'exception s'appliquera à toutes les infractions. »

Oubliés les manifestations publiques et les hurlements médiatiques au "fascisme rampant"... Les projets de fichages et de contrôles globaux poursuivent de se multiplier tranquillement, quel que soit le pouvoir politique en place dans notre pays dont les droits de l'Homme sont dénaturés au point de ne plus se traduire qu'en stériles polémiques communautaires, comme autant de rideaux de fumée pour masquer la réalité.

On pourrait s'étonner qu'un ancien flic, dont la légende urbaine voudrait qu'il soit un fervent défenseur du contrôle général à tout prix, s'inquiète ainsi de cette modernité technologique qui veut nous mettre tous sous sa coupe. C'est sans doute que je dois être un des rares à ne pas avoir oublié un fondamental moribond de notre république :
"La garantie des droits de l'Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée."

La constatation évidente de ce qui s'est passé ces vingt dernières années montre que désormais la force publique est à la botte exclusive - pied droit ou gauche - du pouvoir politique et de sa communication. Et cela sans contrôle indépendant. Rassurer en promettant une commission nationale de contrôle, qui serait capable de vérifier toutes les requêtes relève de l'intox : si l'on s'en tient aux seuls chiffres actuels des 45 000/an, ne représentant que 123 dossiers par jour en travaillant 7j/7 et 24h/24, c'est dire l’impossibilité.

Comme d'ordinaire, pour justifier de telles mesures, les tenants de l'ordre, tous partis confondus, argumenteront de l'image d’Épinal avec comme leitmotiv Celui qui n'a rien à se reprocher n'a rien à craindre.

C'est oublier un peu vite qu'à entendre les trois partis majoritaires de notre pays (n'en déplaisent aux aveugles, le FN en fait bien partie), chacun y va de dénoncer avec virulence ceux qu'il considère comme sa propre anti-France à combattre sans merci.
En fonction de l'évolution politique, du hasard des urnes ou des soubresauts gouvernementaux, nous sommes donc tous, camarades, susceptibles d'être dans une catégorie à "surveiller". Pour les sceptiques, demandez-vous si vous n'êtes pas classé par une de ces composantes politiques dans les tiers-mondistes, ou bien considérés comme un extrémiste quelconque, un agitateur, un simple contestataire, ou encore un populiste, un terroriste potentiel, un profiteur du système, un non-démocrate, un pas assez blanc ou que sais-je encore. Se rappeler au passage que le simple fait d'être catholique suffit à présenter une tête de nazi - donc à combattre - d'après les propos publics d'une des collaboratrices de C. Taubira, et cela dans l'indifférence générale...

Depuis 2002 nous voyons émerger dans les dénonciations politiques, dans les discours publics, avec une virulence de plus en plus affirmée, sans faiblir jusqu'aujourd'hui, la notion de délit d'opinion. C'est à dire le simple fait de ne pas être en phase avec le pouvoir en place. Et cela, même hors tout militantisme politique d'opposition. Il suffit de lire la presse aujourd'hui pour constater que les intersyndicales, hussards du PS en service commandé, lancent une grande offensive "anti-poujadisme", dont les manifestants représenteraient une gangrène pour la France...
Qui peut donc raisonnablement croire qu'il ne sera jamais "en infraction" en ces temps de fractures radicales des opinions françaises ?

Les contrôles de population, comme les hausses de rentrées fiscales, ne font jamais l'objet d'un retour en arrière par un nouveau pouvoir - le même qui avant son accession, alors dans "l'opposition",  hurlait à la mort lors de votes de lois et dispositifs fascistes, liberticides, nauséabonds, etc, etc.

C'est ainsi. C'est la règle. Le pouvoir aime SON pouvoir. Tout comme l'assurance d'user de son budget augmenté par ses faux ennemis. Croire le contraire et la primauté du principe de l’intérêt général pour la classe politique serait d'une naïveté confondante.

Tout comme de croire que le PS représenterait encore assez de valeurs dites "de gauche" pour s'abstenir de poursuivre cette grande œuvre commune à tous les partis d'instaurer un grand flicage généralisé et indifférencié.

 

Téléphone, Internet: l'État pourra bientôt tout espionner
[Figaro 26 novembre 2013]

Published by bénédicte desforges - dans actu au jour le jour
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 18:15

PSG

 

Mon interview pour Le Courrier de l'Atlas à propos des "bousculades" dans Paris après la victoire du PSG :

 

Le Courrier de l’Atlas : Que vous inspirent les événements survenus place du Trocadéro et aux Champs Élysées le soir de la fête de la victoire du PSG ?

B. D : Toujours le même effarement de voir à quel point la violence est vite désinhibée dans ce genre de circonstances. Et puis de l’exaspération à entendre les débats du lendemain, et à assister à la compétition de langue de bois des uns et des autres. Entre ceux, le cul vissé sur les fauteuils de l’Assemblée Nationale, qui n’ont vu que l’extrême-droite et les ultras ravager Paris, et les autres qui en ont profité pour lancer une charge outrancière et hors sujet sur l’immigration.
Avec tout ça, une conférence de presse lamentable d’un préfet de police à coté de la plaque, un maire de Paris d’une absolue mauvaise foi, et un ministre de l’Intérieur qui à force de dédouaner tout le monde de toute responsabilité, indique clairement la sienne, et qui s’appliquant à citer les loupés de ses prédécesseurs comme autant de circonstances atténuantes, a apporté la démonstration qu’il était plus soucieux de sa propre exposition que de sa mission d’homme d’État. Une telle défaillance d’un service public aurait justifié une analyse plus sincère et rationnelle, et un peu moins de dénis de réalités.

À qui incombe la responsabilité ?

La responsabilité incombe à ceux qui ont prévu un service de maintien de l’ordre inadapté et insuffisant en dépit des mises en garde des services de renseignements et des préconisations de groupes dédiés aux violences urbaines qui ont une bonne connaissance des phénomènes de bandes et savent anticiper selon les contextes et évènements. Dire, comme Manuel Valls l’a fait, que les coupables sont les casseurs est aussi idiot que de dire qu’on est mouillé à cause de la pluie, avec un parapluie fermé à la main.
La responsabilité est donc clairement celle du préfet de police et du ministre de l’Intérieur. Mais le plus dérangeant a été d’entendre de la bouche de Jean-Jacques Urvoas (député socialiste et président de la commission des lois, rapporteur d’un texte préconisant un renforcement du contrôle des services de renseignement français, et qui fut secrétaire général du PS pour les questions de sécurité) que ce sous-effectif policier était voulu par les Qataris qui ne souhaitaient pas de flics « visibles » au Trocadéro.
[RMC le 14 mai 2013].
Sous-entendre que les actionnaires d’un club de foot puissent avoir le dernier mot sur un dispositif de maintien de l’ordre, et les desideratas du privé l’emporter sur l’intérêt général, en l’occurrence l’ordre public, est effarant dans un État de droit disposant d’une police nationale et républicaine.
Il appartenait donc au préfet de police de faire preuve de plus de professionnalisme et moins de clientélisme face aux propriétaires du PSG, et de ne tenir compte que des impératifs de sécurité publique pour que la fête puisse avoir lieu dans de bonnes conditions. Ce qui était tout à fait jouable. Les effectifs de police et gendarmerie étaient en nombre insuffisant et ils le savaient. Des collègues engagés sur ce maintien de l’ordre et rodés à ce type de mission me l’ont confirmé, ils ont fait ce qu’ils ont pu mais ont été débordés.

Fallait-il autoriser le rassemblement ?

Étant donné les incidents et les violences de la veille, au soir de la victoire du PSG, la prudence aurait voulu, au pire que ce soit annulé, au mieux que le dispositif policier soit considérablement renforcé et assorti de toute une gamme de mesures préventives et de contrôle en amont (métros, RER, etc.) comme ça s’est déjà fait sur d’autres évènements ou manifestations, et ce qui permet d’anticiper et d’adapter au mieux les mesures de sécurité.

Les solutions pour empêcher ce genre de débordements ?

Comme pour toutes les manifestations d’envergure et fortes en enthousiasme, le dispositif de maintien de l’ordre doit être approprié et en nombre suffisant, et le lieu (ou l’itinéraire) doit être déterminé de façon à ce que la sécurité des participants puisse être assurée, et qu’il n’y ait de casse ni sur les lieux ni aux alentours. Il y a fort à parier que les victoires du PSG (à supposer qu’ils renouvellent le miracle !) se fêteront désormais sous haute surveillance.
Ceci dit, il ne faut pas se leurrer ni être dupes, les bandes qui ont semé le trouble, et commis des actes de violence sont étrangères au football, et se plaisent à se mêler à toutes sortes de manifestations ou gros mouvements de foule, autant d’occasions d’agressions, de vandalisme ou de pillages.

Propos recueillis par Nadir Dendoune

 

source : Le Courrier de l’Atlas - jeudi 16 mai 2013


Published by bénédicte desforges - dans actu au jour le jour
commenter cet article
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 22:56

26 février 2013

crédit photo : Eric Feferberg©

 

selon les médias : plusieurs centaines
selon l'état-major PP : pas loin de 6000.

Published by bénédicte desforges - dans actu au jour le jour
commenter cet article

"Sans la police,
tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre."

Henri Jeanson, pataphysicien

« Le Flic de Bénédicte Desforges séduit avant tout par sa sensibilité à fleur de peau, sa révolte et sa tendresse. »
Lire
« La révélation du printemps »
Le Nouvel Observateur
« Avec sa fougue guerrière, sa rectitude et sa grande gueule, on irait bien au feu avec elle. »
Les Inrockuptibles

Police Mon Amour

« B.Desforges [...] récidive avec Police Mon Amour, dévoilant le quotidien des flics de base. Au fait, qu'en pense son ministre de tutelle, Brice Hortefeux ? »
France-Soir février 2010
chronique du livre [lire]
par Philippe Sage
« B.Desforges a osé écrire tout ce qu'on n'ose pas dire dans la police... »
France inter
« Chroniques poignantes. Une femme flic qui raconte magnifiquement, et dans un style époustouflant, son quotidien. On est happé. »  Biba

FLIC-BD

Mis en images par Séra, Flic est une adaptation en bande dessinée du livre éponyme de Bénédicte Desforges, publié en 2007 et immédiatement devenu un succès de librairie. Dans cette série de récits courts directement inspirés de son expérience et de son parcours de policier, elle brosse un saisissant portrait de ce métier complexe, en prise directe avec toutes les expressions, souvent contradictoires, de la condition humaine... note de Casterman [lire]

France info  Le livre du jour :

rechercher

 

 

 

undefined

banner Banksy ©