Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 17:42

 

  Vous pouvez ne pas être au courant, parce que peu d’écho est donné à ces morts-là, mais ces temps-ci, il semblerait qu’on dépasse le quota de minutes de silence dans les services de police.
Peut-être qu’un jour on les regroupera pour en faire des heures à décompter du temps de travail, allez savoir.

  Le suicide dans la police, on en parle très peu. Même dans la police.
  Hors période d'élections professionnelles, les syndicats ne semblent pas trouver en ces drames un sujet très porteur, préférant gérer leurs sempiternelles petites guerillas d’intérêts, et autres pousse-toi-de-là-que-je-m’y-mette, quand ce ne sont pas des indignations qu’on pourrait qualifier de comiques si la cotisation n’était pas si chère.

  L’administration a mis en place il y a quelques années une structure, le SSPO (Service de Soutien Psychologique Opérationnel), composée de psychologues à qui les fonctionnaires de police peuvent faire appel. Mais ce système, même s’il part d’une intention louable, a ses limites. Un flic n’a pas forcément envie de confier ses difficultés à quelqu’un qui a une place trop proche de l’organigramme policier.

  Les flics eux-mêmes ont du mal à parler, se retranchant derrière une obligation de réserve dont on ne sait plus trop ce qu’elle doit recouvrir, et dont la marge avec la liberté d’opinion ou simplement de s’exprimer est incertaine.

  Quant au nombre de suicides, là encore c’est le flou. Et c’est dommage dans une administration qui sait à ce point jouer de précision sur les chiffres, que ce soit le nombre de délinquants recensés dans la nuit du 12 octobre au 28 juin, ou un objectif de gardes à vue à la décimale près pour la semaine dernière.
Pour le suicide, à part une estimation officieuse de un par semaine, pas moyen de savoir. Le chiffre selon la police n’est pas disponible.
Et l’autisme est bien partagé.

  Mais il y a une raison à tous ces suicides, une seule et même raison invoquée : "les problèmes personnels"...
Quelle bonne blague, ces mots prétextes qui ne veulent absolument rien dire, et qu’on assène en urgence, avant les obsèques, comme un rempart contre une accusation qui ne manquerait pas de tomber.
Bien sûr qu’un suicidé a eu des problèmes personnels, un très gros problème même, un problème fatal dirigé contre sa personne pourrait-on dire.

  D’ailleurs, on se suicide partout à cause de problèmes personnels, et les patrons sont des Pilate, la profession n’a rien à voir avec tout ça, même quand on se pend dans un atelier ou qu’on se tire une balle dans la tête dans un commissariat de police. Il ne faut surtout pas y voir de message subliminal, mettre fin à ses jours sur son lieu de travail n’est qu’un hasard de la vie…

  Admettons pour les problèmes personnels. Mais dites-moi, pourquoi les flics en auraient-il plus que dans d’autres professions après tout ?
Et d’ailleurs qu’est-ce au juste qu’un problème personnel ?
Et s’il s’agissait dans la plupart des cas d’une perte de repères, de vies de famille ou vies de couple qui explosent en plein vol ? Si les fonctionnaires de police ne sont pas recrutés en fonction d’une sensibilité exacerbée, s’ils ne sont pas plus sentimentaux et sujets au bovarysme, plus vulnérables psychologiquement que la moyenne des Français, quel peut être le dénominateur commun de tous ces flics qui se suicident ?
Voyons voir… j’ai bien une idée : et si c’était leur métier ?

  Si c’était ce métier qui contribuait plus que pour d’autres à dégrader l'estime de soi, et la vie privée au point qu’elle ne soit plus un refuge, au point qu’il n’y ait plus de vie après le boulot ?

  Le métier de flic de terrain n’engendre pas tous les jours la joie de vivre. Par définition, là où il y a besoin de police, ça ne va pas fort.
  La police doit gérer une gamme très large de dysfonctionnements humains et sociaux, et mettre les mains dedans. Dont la délinquance sous toutes ses formes.
C’est pourtant un métier qui pourrait être – et qui l’est dans certains contextes – très épanouissant et valorisant.
  Les facteurs extrinsèques du métier de flic ne sont pas ceux qui changent le plus. La délinquance et la sécurité sont des préoccupations sociales permanentes dans le temps. Les délinquants n’ont jamais été d’aimables, respectueux et inoffensifs personnages. En outre, si la mutation de la délinquance est une chose, l’augmentation exponentielle qu’on nous annonce dans divers scenarios catastrophe éminemment politiques en est une autre. (l’écho fait par les médias donne l’illusion de l’émergence de certains crimes et délits dont la fréquence n’a pourtant pas varié depuis des décennies.)

  En tout état de cause, la déprime policière est bien moins liée à la difficulté de lutter contre la délinquance et à tout ce que cela suppose de désamour, d’irrespect et d’impopularité, qu’aux conditions de travail ET une certaine façon de travailler.

  On se suicide plus en Sécurité Publique qu’en Police Judiciaire.
  Le risque, la fatigue, les horaires difficiles et leurs incidences sur la vie privée, les coups au moral, les insultes, les atteintes à l’intégrité physique, bref tout ce qui jour après jour abime le flic en uniforme, ne peut être ignoré d’une société pour qui il est indispensable, et surtout du système qui l’emploie.

  Le policier se plaint de mésestime aussi bien de la part des citoyens qu’il sert (mais ça n’a jamais été au beau fixe), des médias qui ne font écho qu’aux incidents le mettant en cause (on ne parle que de ce qui est mal fait, ce qui est bien fait ne se remarque pas), que de sa propre administration (par le passé, il y a eu d’autres méthodes de management, quand on parlait de diriger du personnel et pas de gestion de ressources humaines… )

  La pression liée à la culture du résultat est insupportable, d’autant plus que la preuve de son incidence sur la délinquance est loin d’être faite.
  La hiérarchie est devenue comptable, gestionnaire de statistiques, elle se déshumanise alors même que le métier de flic est peut-être celui qui justifie le plus du besoin d’écoute et d’harmonie entre les grades.
  La dérisoire prime au mérite a créé une forme de compétition chez certains, fragilisant ce qu’il y avait de plus sécurisant et confortable : l’esprit d’équipe et la solidarité.
Jamais le policier en tant qu’individu n’a été aussi insignifiant.
Jamais il n’a été soumis à une telle pression.
« Ceux qui sont fatigués, dehors ! » disait il y a peu le chef de l’État, s’adressant aux policiers et aux gendarmes, le même jour qu’était annoncée une baisse d’effectifs considérable, et la consigne de mettre le paquet sur le Chiffre.
Ita misa est.
Il lui faudra faire plus avec moins…
Et sans se plaindre. Et en sortant de scène discrètement.

  Aujourd’hui, le réconfort moral souhaité par certains est loin d’être suffisant.
La meilleure cellule de crise psychologique est et restera toujours le huis clos de la voiture après une intervention difficile.
  Parler des suicides dans la police, sortir de la conspiration du silence, ce que tous les flics réclament à corps et à cris, ce n’est pas assez non plus. Un temps de visibilité, quelques lignes dans la presse pour faire le jeu médiatique, ça défoule, ça ne console même pas, et ça s’arrête là.

  Ce ne sont pas les métastases qu’il faut soigner quand le mal est fait, mais comme partout, comme pour tous, pour tout salarié, se demander comment on en est arrivé là. Et prendre parfois sa part de responsabilité, quand on a des fonctions de commandement. Ou de représentation des effectifs.
  Et faire preuve de maturité, se dire que si certains – des syndicats ou de l’administration policière – sont défaillants, il appartient à chacun de revisiter le mot solidarité. Et de voir comment il peut le décliner.

 

  

 

Autres articles liés au sujet :
Suicides dans la police : hasard ?
Le Chiffre
Muriel post-mortem

Partager cet article

commentaires

Keep in Touch – Calling List 07/05/2014 12:56

I agree to the fact that suicide in the police is a least discussed topic. I have heard that there exist some unions where the issues faced by cops are being discussed. Having a psychiatrist could
be a nice idea, but something much more efficient needs to be thought out. Thanks for discussing this.

SIMONET 19/10/2011 10:45


Mon mari (gardien de la paix à la courneuve) s'est suicidé le jour de ses 29 ans en septembre 2005.
Je trouve votre article formidable. Tellement de sujet tabous dans la police... La hierarchie afflige les conjoints dans ce drame en insistant sur des "problèmes personnels", en faisant courir des
bruits de couloirs... C'est minable. Il serait temps que les hauts fonctionneire prennent conscience du mal être des collègues et surtout qu'ils prennent leurs responsabilités...


bénédicte desforges 19/10/2011 11:08



Oui c'est minable, je suis bien d'accord avec vous.
Cette façon de nier que le domaine professionnel puisse gangréner la vie privée est abjecte.



naguima 14/03/2011 13:26


Je suis peinée et révoltée quand je vois un petit filet dans un journal écrit ou une petite phrase dite pendant le journal télévisé : suicide d'un policier, on suppose pour des raisons
personnelles. Oui, j'ai un énorme chagrin pour la famille, car c'est son métier qui l'a tué, révoltée car la course aux résultats vaut davantage que la vie d'un être humain.


un ancien de la PN s'adresse aux actifs 13/12/2009 23:11


Chers collègues,
Jadis, au Centre d'Instruction, on nous expliquait que la mission des gardiens de la paix était la protection des personnes et des biens.
Au début des années 70, la discipline était assez dure, mais, sur la VP, nous étions respectés.
Pour la plupart, nous étions fiers d'être flics, fiers d'appartenir à la "grande Maison", fiers de servir l'Etat.
J'ai lu vos commentaires, notamment celui de "Salvatore sous Guronsan". Je suis sincèrement peiné de constater à quel point les conditions de travail se sont déteriorées dans la PN.
Je suis parti en 2004, je savais que mes collègues allaient me manquer, des mecs supers, bosseurs, bons OPJ.
Certaines enquêtes étaient passionnantes, on ne comptait pas nos heures, la charge de travail était énorme, pas le temps de s'ennuyer...
Je dois reconnaître que la mentalité au sein d'un groupe PJ ou SIR c'est différent, rien à voir avec la tenue, un autre monde.
Le grade est secondaire, ce qui importe c'est d'être reconnu par tes pairs comme étant un bon OPJ, sérieux et travailleur. Je n'étais qu'un major OPJ, mais j'ai eu la chance de servir dans des
groupes et des services commandés (sauf une fois) par des Chefs dignes de ce nom, compétents, à la hauteur, des hommes humbles, malgré leur impressionnant niveau d'études.
Aujourd'hui, j'ai le sentiment que la PN (GN idem) est malade de la politique de répression. Les gardiens de la paix seraient-ils devenus des collecteurs d'impôts au nom de la sécurité routière
?
Au su des témoignages transcrits sur ce site et ceux entendus ici et là, on peut légitimement se poser la question: la sécurité des personnes et des biens est-elle, encore de nos jours, la mission
première de la police nationale ?
Il est bien loin le temps du SRF (les anciens des CRS se souviennent), et oui, on portait secours, on aidait les usagers. Parfois on verbalisait, mais pas systématiquement.
Courage Salvatore, ne quitte pas la PN, il ne faut pas renoncer. Essaye d'intégrer un service dans lequel la mission correspond à ta conception du métier de policier.
Ce n'est pas facile, mais ça vaut la peine d'essayer.
Amitiés à tous,
CA


SCHMITT Maurice 04/12/2009 14:04


Bénédicte bonjour.
J'ai entendu l'interview sur France Info le matin même où la discussion portait sur le nombre de suicides au sein de la police. N'étant pas un fan des policiers mais estimant qu'à juste titre ils
sont indispensables dans notre société afin que les lois en vigueur soient le plus possible "respectées" et surtout qu'ils garantissent par leur présence une paix sociale. Au gouvernement nous
avons des gens qui sont loin des réalités du terrain et il est plus facile d'acheter la paix sociale par du fric que de mettre en quantité respectable des hommes. La bataille des quotas ou chiffres
voulue par notre actuel président est une hérésie,et cela ne m'étonne guère de lire ou d'entendre que le nombre de dépressifs est en constante augmentation parmi les policiers. Ajoutez le devoir de
réserve, je comprends celles et ceux qui "pensent" servir le pays honorablement et le plus juste possible alors que la hiérarchie se fout éperdument des états d'âmes. Un monde dans lequel l'homme
n'a pas sa place au coeur des décisions et des choix est un monde minable j'attends le jour où la population française se soulèvera massivement et dans le calme pour faire comprendre à nos élus
qu'ils ne sont pas en place pour se faire des couilles en or mais pour défendre l'intérêt de tous les français. Retraité, 61 ans, marre des injustices et des magouilleurs de tous bords.(En plus
j'ai voté pour notre président alors ne me taxer pas de gauchiste, je veux juste un bon équilibre dans le respect de nos institutions)
Salutations à toutes et tous et merci de me lire calmement, car c'est une honte d'entendre que des concitoyens se suicident à cause de décisions débiles.


"Sans la police,
tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre."

Henri Jeanson, pataphysicien

« Le Flic de Bénédicte Desforges séduit avant tout par sa sensibilité à fleur de peau, sa révolte et sa tendresse. »
Lire
« La révélation du printemps »
Le Nouvel Observateur
« Avec sa fougue guerrière, sa rectitude et sa grande gueule, on irait bien au feu avec elle. »
Les Inrockuptibles

Police Mon Amour

« B.Desforges [...] récidive avec Police Mon Amour, dévoilant le quotidien des flics de base. Au fait, qu'en pense son ministre de tutelle, Brice Hortefeux ? »
France-Soir février 2010
chronique du livre [lire]
par Philippe Sage
« B.Desforges a osé écrire tout ce qu'on n'ose pas dire dans la police... »
France inter
« Chroniques poignantes. Une femme flic qui raconte magnifiquement, et dans un style époustouflant, son quotidien. On est happé. »  Biba

FLIC-BD

Mis en images par Séra, Flic est une adaptation en bande dessinée du livre éponyme de Bénédicte Desforges, publié en 2007 et immédiatement devenu un succès de librairie. Dans cette série de récits courts directement inspirés de son expérience et de son parcours de policier, elle brosse un saisissant portrait de ce métier complexe, en prise directe avec toutes les expressions, souvent contradictoires, de la condition humaine... note de Casterman [lire]

France info  Le livre du jour :

rechercher

 

 

 

undefined

banner Banksy ©