Rap, buzz et police

18 Août 2010

rue89ico 

morsay


Envoyez-moi des commentaires ! Faites-moi de la pub !
Cliquez sur mes clips, bande de fils de putes ! (...) Cliquez ! Bande d’enculés !
Cliquez, bande de salopes ! Clique, salope !

(dit Morsay à haute et intelligible voix)

  C’est pourtant clair, non ?

  Il a tout compris, Morsay.
Comme d’autres plus récemment, il a parfaitement intégré le fait qu’il trouverait son compte dans cette frénésie qui consiste à partager ses petites indignations avec le plus grand nombre, et qu’il s’offrirait une belle publicité sur le dos de ses détracteurs les plus virulents. Ceux-là mêmes qui braillent encore plus fort et violemment pour montrer à quel point ils supposent que leurs colères sont exemplaires, bien argumentées, et essentielles à l’information de leur entourage.

  Et c’est le principe du buzz. Le buzz, vous savez bien, cette espèce de bruit de chiottes qui se propulse le plus vite possible dans les médias en général, et sur internet en particulier.
La teneur informative du buzz est généralement très inférieure à celle du scoop.
Le scoop est une information (au sens large) plus ou moins qualitative, dont la plus grande satisfaction revient à celui qui en est le découvreur. Ensuite, un scoop peut buzzer. Ou pas.
Et donc, en marge de ce qui se dit, se rédige, se chante, ou s’invente, l’initiateur d’un buzz ne peut jouir que de sa capacité de propulsion, de sa vitesse de propagation et du potentiel de ses destinataires à relayer. Le succès du buzz réside en la motivation et l’intention commune des buzzeurs.
Un buzzeur ne buzze pas n’importe quoi, il sait ce qu’il fait et pourquoi il le fait. Ça tombe bien, faute d’inspiration et de talent, c’est souvent son seul fond de commerce et tout ce qu’il sait faire. Un buzz sinon rien.

  Les messages et tentatives de rap postés sur YouTube qui appellent à la violence contre la police ne sont pas si fréquents qu’on veut bien le dire. Mais plus on en parle, plus ils le sont. Et plus ceux qui en parlent sont les meilleurs attachés de presse dont ces petits cons pouvaient rêver.
Personne ne semble avoir compris – ou beaucoup font mine de l’ignorer - qu’un message non entendu, ou tombant dans une sourde oreille, n’est pas un message.
Parce que ces menaces et appels au meurtre n’en sont pas. Ils sont de la provocation.
Ils s’adressent bien davantage à l’objet de leur hargne – la police – qu’à leur entourage direct, les jeunes-des-cités-des-banlieues-avec-capuches, Toufik, Mamadou et Charles-Henri, qui ne prendront pas les armes parce qu’un type jonglant avec un vocabulaire très limité et un calibre en plastique éructe devant une webcam.

  Aucune chanson, aussi hargneuse soit-elle, n'a jamais tué personne.
En revanche, ça agace prodigieusement et ça peut être répréhensible par la loi.
La Justice peut et doit se faire sans tapage. Et surtout sans le parasitage de justiciers amateurs.

  Parce que in fine, on a vu quoi sur le champ de bataille du web 2.0 ?
Une horde de gens d’une haine et d’une violence indicibles libérer leur parole comme aucun rappeur ne l’a encore fait. En quelques jours, les fantasmes les plus aboutis se sont déversés sur internet. Tout y est passé.
Peine de mort, expédition punitive, pendaison par les couilles, dépeçage de nègres, vivisection de bougnoules, projets de ratonnade, brulage de mosquées, louanges répétées du Front National et de son avenir radieux, lynchage de bobos amateurs d’arts de rue, OPA hostile sur Libération et Rue89, mise à mort des journalistes et de la gauche complice, etc.
Un vrai génocide contre un éphémère sacrifice de poulet médiocrement déclamé.
Et un rap qui finit par faire figure de chant grégorien face à ce déchainement de haine ou aucune subtilité de supplice n’a été oubliée. Le tout jeté tel quel et sans Bescherelle, par tous ceux que le panurgisme le plus décérébré peut coller au derche des petits Goebbels d’internet.

  Alors l’intérêt de tout ça ?
Aucun, bien au contraire. Définitivement contre-productif.
Si un clip reste confidentiel, il y a non évènement à ceci près que sa seule mise en ligne suffit à ce qu’une plainte soit recevable.
La publicité excessive faite par buzz interposé et orchestré à dessein démontrerait finalement que l’instrumentalisation sert bien davantage d’exutoire à ceux qui condamnent ? Très probablement.

  Si ce sont les policiers eux-mêmes, l’hyper médiatisation de leur colère est du pain béni pour l’enfumage. Parlons d’un inconnu, sortons-le du néant d’internet, offrons-lui son heure de gloire, sommons le ministre de l’Intérieur de faire justice (de toute façon, le code de déontologie l’y oblige, il l’a déjà fait), saisissons les syndicats qui à leur tour joueront des coudes à qui sera le premier à pérorer dans les médias.
Et par notre indignation démesurée, donnons à cette gesticulation un rang d’importance supérieur aux véritables problèmes de l’institution police, lesquels réclament réflexion et propositions concrètes, qui sont un exercice plus difficile.

  Et derrière et autour des policiers, se démènent leurs pires ambassadeurs. Une cohorte de crétins plus royalistes que le roi, les violents, les racistes, les rageux nostalgiques, tous ceux qui alimentent cette hystérie sécuritaire du moment, et qui repartiraient volontiers en croisade s’ils n’étaient si bien à s’exciter collectivement et confortablement sur internet en attendant qu’on leur ouvre les isoloirs.
Sous prétexte de souci citoyen, et de concert avec une armée de Dupont-Lajoie déchainés, ils se proclament solidaires de la police en ne jurant que par la violence et les armes. Quelle différence avec Abdul X et les autres ?
Voilà un soutien inconditionnel – dont on se passerait bien - de tous les abrutis d’un bord extrême de l’opinion publique, jouissant du fantasme de l’homme en uniforme et en arme, au détail près qu’ils ne sont pas disposés à partager une seule seconde de ce qu’il y a de plus pénible dans l’exercice de ce métier : la haine quotidienne.

  Alors après, il se passe quoi ?
Une condamnation pénale très certainement.
Mais encore plus sûrement, l’apparition d’un titre ou deux dans les bacs à la FNAC.

  Joli combat. Merci pour tout.

Plus de commentaires sur Rue89

Bénédicte Desforges

#actu police, #revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Redbaron 21/04/2013 06:11

@scitec nutrition, ja, sur la route avec la voiture qui roule plus, que la nourriture c'est le capot dans les gencives, que le bras est cassé et ne veut plus ouvrir la portière, que le pied est
écrasé sur le champignon par le moteur et autres choses "gore"...
Tout seul sur le périph' ou le chemin de campagne isolé, le temps est ralenti par l'adrénaline et la noradrénaline, et ça donne le temps de penser, ja!

Bernard 16/04/2013 19:52

Buzz contre-productif ? pas pour les fachos en tout cas qui se ruent comme des morts de faim sur ce genre de truc. La question du moment c'est : "nom et prénom des agresseurs".
RIP pour la Police de Proximité.

scitec nutrition 15/07/2011 14:31


On découvre que vous des être humains et avec de l'humour en plus !

Parfois on en doute sur la route ! ! !


Lislamiste 31/10/2010 17:55


Je pense que c'est faire beaucoup de pub à ces dégénérés (qui soit-dit en passant ne savent même pas "rapper", alors qu'ils se revendiquent de cet art) que de poster leur vidéo.
Ce sont des imposteurs sans talent et sans compétences au même titre que des loana, des michael vendetta, version vulgaire et inculte (voir analphabète).
Ils n'ont aucune légitimité dans le rap, et le monde du rap leur décerne sans broncher la médaille de la nullité.

Leur succès n'est dû qu'à leur médiatisation et la vulgarité de leurs vidéos. Médiatisation qu'il acquiert notamment grâce à ceux qui relaient leurs vidéos (ados pré-pubères excités de voir des
voyous arabes de banlieue insulter à tout va) et aux plateformes qui acceptent de laisser de tels immondices de vulgarité et de violence.

Et au final, ils batissent des succès et finissent pas se faire l'argent (et beaucoup d'argent) grâce à ça.

Ils méritent une bonne peine de prison et qu'on n'en parle plus.


Erlikhan 15/10/2010 10:54


"Gardez-moi de mes amis, je m'occupe de mes amis" disait Jules César :)


Narnokatt 05/10/2010 13:40


Plus ou moins dans la même veine, qu'est-ce que vous pensez de ça :
http://www.politis.fr/Si-Tu-Veux-La-Guerre-Prepare-La,11732.html


jacou le croquant 31/08/2010 14:05


j'ai oublié son nom, c'est qui déjà ce capuché de base qui cherche le buzz pour derrière trouver le fric ?. Son art c'est quoi déjà ? Dans les chiottes des gares on trouve parfois des paroles comme
ce type en écrit. A côté de cet insignifiant-minable petit truand des mots en carton pâte, Oxmo Puccino est un génie. j'aime beaucoup ce que fait ce type, ce qu'il dit aussi. Alors voilà, à chaque
fois qu'une merde apparait sur la toile pour chier sur le monde sans talent, parlez d'un autre : Oxmo Puccino, la belle poésie, la belle révolte, la belle envie de partage d'un gars qui a des
couilles et du talent ! jacques dor


Salvatore nyctalope sa mère ! 29/08/2010 17:02


Bénédicte, tu shootes un peu rapidement en touche les propos de Prudence. Si je ne suis pas adepte du "c'était mieux avant" et de la "déclinite", il ne demeure pas moins que la délinquance a
énormément changé en moins de 10 ans. Pire ou pas n'est pas la question. Elle a juste changé et c'est un fait. Même moi qui n'ai pas 20 ans de VP voit le changement.
Comme dit un collègue, en 5 ans de VP, tu es out si tu ne captes pas le changement.

Et notre jeunesse délinquante change et pas qu'un peu. Beaucoup plus jeune, beaucoup plus violente, beaucoup plus fascinée par la violence gratuite.
Dire que la violence à la TV, dans le rap, dans les jeux n'est pas la cause du malaise, probablement. La dislocation des familles, l'explosion des familles RSA de père en fils, la panne de
l'ascenseur social, une éducation nationale en berne dans ces zones (60% de réussite au bac dans ma ville pour 87% dans le reste de la France), etc... C'est sûr que des raisons pour expliquer
l'explosion des familles cas soc' et délinquantes, on peut en trouver bien d'autres que le rap de merde.

Pour autant, quand un gamin est à moitié analphabète et que les seuls mots qu'on lui donne pour se représenter le monde sont ceux de ces illettrés de la boîte à rythme, quand les seuls mots pour
exprimer ses sentiments, et en particulier sa colère, se limitent à une litanie d'éructations haineuse de poujado-rappeursavec comme seules valeurs une voiture allemande, des fringues de mac' et
une pute soumise, que crois-tu que cela peut donner ?
On construit son monde avec des mots, l'Education Nationale et les parents ayant démissionné pour ces mômes, vois les mots qu'ils ont pour construire leur monde ! Balade toi sur les skyblogs des
mouflets. Ils sont cyniques comme des adultes, on tapine auprès des mioches comme s'ils étaient des rois et avec comme seules grilles d'analyse : star ac' et les bouffons de la rime pauvre.

Alors non, je ne pense pas que s'inquiéter de ce rap ou de tout autre musique prônant des idées de beaufiot violent analphabète soit sans conséquence. Maintenant je te rejoins sur le fait que
l'interdiction ne fait que donner de l'importance à ces cloportes.
Pour ma part, la solution serait simple. Outre l'espoir vain d'un retour de la culture comme clef de voûte de notre civilisation, je pense surtout qu'il faudrait organiser régulièrement de grands
dîners de cons avec ces stars du rap en prime time... Pour les aider dans la traduction des mots de plus de trois syllabes, je leur accorderais même la présence d'un "Ardicon".

Mais on peut rêver... Dans une France où il faut s'excuser de ne pas être mono-neuronal et savoir poser une bonne question, ça semble mal barré.

A moins que tout ceci soit un malentendu.
Peut-être veulent-ils dire "la police nycthémère !" et ainsi nous rejoindre dans notre combat sur nos conditions de travail, comprenant que nous travaillons jours et nuits... Décidément, la
jeunesse, toujours à la pointe du combat !


le flic 01/09/2010 17:35



Et dire que bientôt on va voir débarquer la délinquance des vieux (avec Annie Cordy en chant de guérilla, va savoir...)
Bref. Je maintiens ma démonstration du buzz contre-productif puisqu'en fait, c'était ça le sujet
(cf mon commentaire n°8)



franck 29/08/2010 00:18


bonne analyse , mais nier l influence de textes sur le comportement des gens est une erreur. certaines paroles nous rendent nostalique, amoureux, nous énerve, alors pourquoi ne pourraient elles pas
nous rendre violent , en rage , vindicatif. enfin large débat.
quand a la médiatisation , moi je crois qu'il s'agissait de faire du buzz pour éviter la propagation d'autre information (style affaire woerth bettencourt). allumer un contre feu pour en éteindre
un autre, technique médiatique trés connue. malgré tout , pour nous policiers , que faire , je suis dubitatif quand a la réponse.
quand a la police de proximité je vais t en donner mon expérience. des collégues ilotiers , a 3 ou 4 , qui se retrouvaient face a des bandes constituées , violentes ou pas, provocatrice c est sur
et ces memes collégues qui se faisaient insulter , cracher dessus en permanence.
j ai été installer avec un GSI dans le secteur , 2*11 sur des secteurs . les gens nous ont raconté le harcelement que subissaient ces dits policiers de proximité et venaient nous serrer la main
d'avoir rétabli la tranquilité dans leur quartier. on s est imposer a ces bandes et ont a dialogué aprés . je ne crois plus au discours pour certaines situations . si ton intercoluteur n est pas
receptif , il te dira toujours oui, t endormiras avec tes propres paroles , et continuera sans rien changer.


le flic 01/09/2010 17:30



Salut Franck.
C'est vrai que des textes, des mélodies, des musiques, nous touchent au point d'influer sur les émotions. Et je suis d'accord que ces sentiments peuvent se décliner sur toute la gamme que tu
décris. Mais là, je parlais plus particulièrement de lien de cause à effet vers un passage à l'acte. Pas un état d'esprit.
Tous les jours, ce qui se passe dans certains quartiers démontre une hostilité grandissante envers la police AVEC passages à l'acte de plus en plus fréquents. Je pense qu'il y a des causes plus
réalistes et plus flagrantes que les influences supposées du rap, des causes que le politique pourrait prendre en compte sereinement et rationnellement, ces causes que tous les flics connaissent
pour les approcher au quotidien.
Et en tant que flic, on est en droit d'attendre une défense de la profession moins populiste et plus constructive qu'une plainte du ministre contre un rapeur.



Tanguy, panneaux solaires 27/08/2010 18:34


Vous trouvez ça putassier ? C'est votre avis, laisser l'adresse de son site après avoir lu un article et avoir laissé un commentaire qui n'a rien d'hors sujet, je ne vois pas trop ce que ça a de
putassier.

J'écoute du rap personnellement et Morsay n'a rien de bon niveau musical et c'est l'avis qui est partagé par l'immense majorité des gens qui écoutent du rap. Je n'ai rien contre la police, comme
l'immense majorité des gens qui écoutent du rap. Ce que je dis est vrai, ces paroles sont destinées aux ados dans leur phase rebelle.

90% des gens soutiennent ou sont indifférents à la police, on est loin d'un constat affligeant.

Par contre, 90% des gens sont contre les gens qui laissent des liens, vous voyez, la police est loin d'avoir de quoi se plaindre...


le flic 27/08/2010 19:35



Si si, c'est putassier.
Ni vu ni connu jt'embrouille, c'est putassier.
Surtout que vos visites de blogs de ci de là ne visent qu'à laisser un lien.
Sans quoi, vous liriez vraiment. Et vous auriez noté qu'au commentaire 8 j'ai reprécisé le sujet pour les mal-comprenants. Et qu'on ne parle ni de rap, ni de police, mais de buzz et des effets du
buzz.



Tanguy de Sysenr, Panneaux Solaires 27/08/2010 17:54


Morsay a besoin de vendre, c'est le nouveau moyen de communication, il l'utilise. Ca plaît aux ados qui entrent dans leur période rebelle. Néanmoins, je peux assurer que l'immense majorité des gens
ne voient pas les choses comme ça...


le flic 27/08/2010 18:15



Et le nouveau mode de communication pour vendre des pompes à chaleur, vous ne le trouvez pas un brin putassier ?



totoro 26/08/2010 13:29


j'imagine bien une recup d'Endemol sur ces ptits cons à pitbull, apres tout c'est le meme principe, les Loana utilisent une piscine et des seins en (plas)toc, les Morsay utilisent des jouets en
plastoc.
Vivement (C)rap acamedy (ou Wesh Wesh Story ?), avec 12 "rappeurs" et autant de chiens dans un lieu clos, ca devrait maintenir l'audimat pour les deuxieme partie de soiree.


Prudence 25/08/2010 19:13


Oui, une explication de texte est nécessaire. Non, elle n'est pas destinée à tous les crétins du monde. Elle nous est destinée à nous, pour comprendre (et je ne parle pas à titre individuel, mais
au niveau de notre institution). Vous le savez très bien. Alors pourquoi vous jouez à la contradiction primaire ?


le flic 25/08/2010 19:46



Vous êtes énervée ?
Moi je n'aime pas le raccourci entre tous-les-crétins-du-monde et les flics.
Vous êtes le maillon faible, au revoir.



Alex 25/08/2010 16:51


Mais oui, Prudence, c'est bien connu, la musique violente influence les moeurs et incite les criminels à passer à l'acte, c'est le même genre de raccourci qui a été fait suite au massacre de
colombine : les deux jeunes auteurs écoutaient du Marylin Manson et c'est à cause de lui si ils sont passés à l'acte...
Les raisons des passages à l'acte sont bien plus profondes que l'écoute d'une musique dite violente, que ce soit du rap ou du métal, le papi flingueur, nouvelle égérie du FN, qui fait l'actualité
en ce moment (buzz ? ) il écoute quoi comme musique, lui, qu'on se penche sur son problème ?


le flic 25/08/2010 19:41



Loin de moi l'outrage à l'hymne, mais il a peut-être forcé sur le sang impur pour abreuver son potager ? LOL©
----------dont bizoux--------- ♫



Prudence 25/08/2010 16:40


Si je devais proposer quelque chose, ce ne serait pas une interdiction de plus, encore moins une sanction pour la rapeur violent. Ce serait plutôt une écoute plus intelligente de ce que disent ces
rapeurs violents.


le flic 25/08/2010 18:54



C'est bien, mais faire une explication de texte à tous les crétins du monde risque d'occuper un bon bout d'éternité ^^



Prudence 25/08/2010 11:04


C'est une affaire d'homicide volontaire avec actes de torture et de barbarie, sur laquelle j'ai travaillé.

Dans les qualifications, l'énoncé des tortures infligées à la victime faisait une demi-page.

Quand il a rédigé les qualifications, le Juge d'Instruction ignorait que le mis en examen (auteur des faits, reconnu coupable, jugement confirmé en appel), n'écoutait que du rap violent. Il n'avait
que ça comme musique. Il avait constitué une cassette "best of" avec ses chansons préférées.

Ce qui est frappant dans cette affaire, c'est qu'en prenant une phrase de chacune de ces chansons préférées, on reconstituait quasiment la demi-page de la triste énumération par le Juge des
tortures infligées à la victime.

Coïncidence ? Certainement pas.

Je n'en fais pas une généralité, loin de là, mais je refuse l'idée de rejeter d'office l'hypothèse que le rap violent peut faire des dégâts.


le flic 25/08/2010 13:07



Désolée, mais le raccourci est aussi simpliste que le cas de Florence Rey et son comparse s'inspirant de "Tueurs Nés".
Là vous incrimineriez donc les différentes représentations de la violence au prétexte de trouver un jour ou l'autre le cas pratique lui donnant un écho dans la réalité ? Et donc ? Vous
proposez quoi ? Une interdiction de plus ?
Les sociétés qui génèrent le plus de serial-killers, de crimes de sang et de suicides sont souvent les plus puritaines et les plus aseptisées.



Axel 25/08/2010 03:02


Comme toujours, un texte qui démontre de façon implacable, ce que nos chers journalistes pseudos indépendants oublient de montrer en se contentant de servir de caisse de résonance au pouvoir en
place.

Pertinent et juste, arguments qui font mouche. Si on arrêtait de faire de la publicité à ses gamins au raisonnement limité, on éviterait aussi de déchainer des raisonnement tout aussi limités en
face.
Raisonnement dis-je? Même le mot me parait inadapté dans ce cas.

En tout cas, je suis solidaire des forces de police! Je crois ou plutôt je revendique une Justice indépendante et impartial se basant sur le Droit et rien que sur le Droit.
A ce titre, je n'admettrai jamais les déferlements de sémantiques xénophobes des pseudos honnêtes gens.

Et si au final, on se servait de la "supposée haine" qu'expriment certains pour justifier nos propres préjugés ..... racistes?!

Quand aux syndicalistes, dites-leur si vous en croisez, que moi, simple citoyen lambda vivant dans une "cité" dite "sensible", je veux voir des bleus dans la cité, pas des espèces de "robocop" qui
débarquent comme en opération commando et repartent aussitôt, et au passage en ayant pris soin de terroriser tout le monde.

Pendant les émeutes de 2005, j'étais à l'église de mon quartier, quand une dame d'une 60aine d'années est arrivée, toute émotionnée après avoir du passer entre des jets de projectiles.
ses mots résonnent encore dans ma tête: "les jeunes me font pas peur, mais les policiers ils me font peur!".

A méditer, je dis.


Nocif 24/08/2010 22:43


Holà ce texte... ké smach... Là ça rigole plus.


Clafoutis 24/08/2010 10:13


Bonjour,

Il me semble que votre dernier post a été supprimé de votre blog.
Vrai ou faux ?
Est-ce à votre initiative où cela est dû à une intervention "extérieure" ?
Cette question figurait dans un commentaire envoyé sur le blog de M Moréas : ce commentaire a disparu. M. Moréas, contacté précise que les blogs du Monde sont "modérés" par il ne sait qui.
Tout ceci est bien troublant...
Votre avis ?


le flic 24/08/2010 11:47



Non, rien n'a disparu je vous assure :)
(et je ne vois pas comment Moréas aurait pu répondre à ça, mais bon)
Ici, il n'y a pas de modération autre que la mienne sur les commentaires.
Les blogs hébergés par des titres de presse ont peut-être une modération particulière en rapport avec leur ligne éditoriale, mais je ne crois pas qu'il faut être parano non plus.
Je vous laisse, j'ai le KGB sur l'autre ligne.



Laurent Dreikaus 23/08/2010 21:31


Béné, avec toi tout deviens limpide...Merci
Lire ton Blog est à chaque fois un plaisir renouvelé
En un mot..

Merci