Lettre à Nadir Dendoune

4 Février 2013

Mise à jour 14 févier : Nadir est libre


à propos de la détention et la justice en Irak (+ Google trad) :

Nadir-Dendoune2

Nadir,

Je t’écris cette petite bafouille que tu ne peux pas lire tout de suite. Et en fait, ça m’arrange bien que de là où tu es, dans cette maudite prison irakienne, tu ne puisses pas lire l’inquiétude qui ne me quitte pas, tout comme ta famille et tes milliers de potes qui se font un sang d’encre sans nouvelles de toi. Franchement Tocard, on n’est pas tranquilles.

Mais je t’écris quand même, de cette façon, parce que je veux que d’autres sachent qui tu es et ce qui t’arrive, et qu’ils joignent leurs voix aux notres, parlent de toi, le plus possible, le plus fort possible, puisque là, tout de suite, c’est bien la seule chose qu’on puisse faire pour que tu deviennes une urgence, et que tout soit fait pour te sortir de ce merdier.

Je ne te raconte pas les médias, tu les connais mieux que moi. Ils sont comme tu peux les imaginer en ce moment même. Frileux pour la plupart. Plus ils ont de l’audience, et moins ils sont audacieux. Faut croire que pour eux, tu es une cause inconfortable… Un peu comme Salah Hamouri, et c’est bien ça qui me fout les boules. Et pas qu’à moi. Inévitablement, nous avons tous fait un petit tour d’horizon des bons clients, têtes de gondole et autres icones qui, dans la difficulté, ont pu s’assurer du soutien sans faille des politiques de tous bords, de l’opinion et des faiseurs d’opinion… et de l’autre coté des projecteurs, les autres. J’ai bien peur que tu sois parmi ces autres-là… Tu n’as pas d’étiquette, tu n’es la caution ou le porte-drapeau d’aucun apparatchik, tu n’as pas vendu ton âme, tu n’es pas un suceur de roue, et tu es un peu trop Nadir avec une tête de Nadir.

Nadir, tu es un électron libre, pour toi il n’y a pas de demi-mesure, encore moins de compromis, mais tu es exactement ce qui fait trop souvent défaut à la presse. Intègre, sincère, indépendant, libre, courageux, oui mon Tocard, terriblement courageux… Tu n’es pas un planqué, tu n’as jamais choisi la facilité, le confort et la gloriole. Quand il faut y aller tu y vas, et tu rapportes dans tes bagages des tonnes de vérités. Des vérités aveuglantes, des vérités pas bonnes à dire, qui dérangent et mettent en porte-à-faux tous ceux qui font semblant de ne pas savoir, ou ceux qui adoptent des postures de salon, et renient leur simulacre d’engagement dans la minute qui suit, dès qu’il s’agit de d’assumer vraiment la charge d’une cause. Et je ne parle même pas de risque, ce vrai risque, pour soi et sa liberté, que tu n’as jamais hésité à prendre. Je pense à la Palestine évidemment, mais pas seulement.

Je pense aussi à tous tes défis, tes folies en solo, tes milliers de kilomètres à vélo pour le HIV, ton ascension de l’Everest en bon Tocard de la montagne, et à ton geste tellement émouvant quand, la gueule toute cramée, tu as déployé au sommet du monde, ce petit drapeau algérien tout secoué par le vent, et ton bout de carton tout pourrave en forme de cœur avec le numéro de ton département chéri marqué dessus, comme autant de clins d’œil à tes lointains ports d’attache, toi qui passes ta vie à larguer les amarres.

Tu n’as pas attendu de devenir journaliste encarté pour être ce que tu es et faire ce que tu as fait. C’est peut-être juste une façon utile de faire entendre des causes justes, désespérées, des causes que les versions officielles camouflent ou travestissent, pour que leurs drames ne viennent pas éveiller les consciences et la révolte.

Et te voilà barré en Irak, là où il y a dix ans tu étais déjà parti avec ton drapeau blanc de toujours, faire le bouclier humain au service d’un peuple dramatiquement éprouvé. Pour une promesse, et parce que tu es un mec qui n’a qu’une parole, tu y es retourné. Et puis il y a ce chapitre de ton journal de bord inachevé, Devenir invisible, qui sonne comme un mauvais présage. Et te voilà au trou à Bagdad. Tout ça pour quelques photos sans autorisation, disent-ils.

Nadir, je souhaite que tout ça n’ait été qu’un excès de zèle, une sorte de garde à vue irakienne à géométrie variable. Je veux bien comprendre que là-bas ils fassent fort dans le principe de précaution, mais tout de même… Ils n’avaient qu’à te coller dans un avion et bouffer ton visa.

J’espère et je croise les doigts pour qu’ils t’aient plutôt retenu pour ce que tu fais, des photos donc, et du journalisme. Parce que ça, c’était "presque" prévisible, et la liberté de la presse s’en accommodera s’ils te foutent dans un avion dans les heures qui viennent.
Mais si c’est pour ce que tu es, militant et pacifiste, si le reste est un prétexte, il faudra bien considérer que cette liberté supérieure à toute autre, celle qui est un délit dans bien trop de pays, la liberté de pensée et d’opinion, est ta compagne de cellule.

On est nombreux derrière toi Nadir, jamais assez, mais quand même, je t’assure qu’il y a du monde. Alors rentre vite, on t'attend, viens te reposer un peu avant de repartir là où le monde a besoin de journalistes qui travaillent avec leur cœur et leur conscience.

Allez, te fais pas prier, reviens maintenant ! Ta race !

Je t’embrasse fort et à très vite.

BD

Pétition

Bénédicte Desforges

#au jour le jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :