Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 22:59

SGP-Unité-Police-FO-poulet

 

Alors comme ça, on s’agace, on vitupère, on fait sa poulette scandalisée. On se bouleverse, on en appelle à la censure, et on injonctionne le préfet sur papier à entête. Et on alerte la presse.

SGP-Unité-Police-FO-le-dernier-ferme-la-porte vient de montrer son vrai visage, celui, empourpré et rageux, du coq de combat qu’il promettait d’être.
C’est bien remarque, on croyait que ce syndicat était moribond, ou pire, se complaisait dans la complaisance, et en fait non pas du tout, on peut même dire qu’on a affaire à un syndicalisme extrêmement réactif.

Voilà deux fois en deux ans que les poulets de Loué font leur pub avec des images désuètes de poulets en bleu, et voilà deux fois que ce syndicat s’en émeut et s’insurge furieusement à grand renfort médiatique, comme… comme si… je ne sais pas, moi… comme si par exemple, le service public se cassait la gueule dans la spirale d’une RGPP impitoyable, avec la même détermination que si l’insécurité et la violence étaient très préoccupantes et que les moyens manquaient pour les combattre, avec la même hargne que si l’administration avait décidé de supprimer des effectifs, qu’il fallait se démerder avec du matériel pourri et des véhicules à l’agonie, ou que les flics étaient accusés de procéder à des contrôles d’identité au faciès à tout bout de champ (quoique non, là, le syndicat a très gentiment participé à l’élaboration d’un projet mort-né) ou encore, que les fonctionnaires de police subissaient un régime d’exception face à la présomption d’innocence, que les relations avec la justice étaient calamiteuses, que le taux de suicides était particulièrement inquiétant, etc, etc, comme si ce poulet fermier entraînait toute la maison Poulaga à la catastrophe, en fait.

Mais heureusement, dans le monde du syndicalisme policier, tout va plutôt bien, on ne se disperse pas, on ne verse pas dans la communication futile, on a le sens des priorités, et le temps de s’essayer au décryptage d’affiches publicitaires entre le fromage et le dessert. Quitte à récidiver, et à faire une tragédie d’un seul poulet béat de bonheur sur son tracteur, un combat syndical d’envergure, et une lutte sans merci pour restaurer l’image de la police nationale.

Quelle démonstration de force ! Quel super pouvoir syndical que voilà !
Tout ce buzz médiatique sous le regard effaré de la majorité des vrais poulets !... des vrais flics voulais-je dire, pas vraiment en phase avec les indignations de salon du syndicat majoritaire, et qui ne trouvent cette image ni malveillante, ni outrageante, même plutôt amusante. Des vrais poulets de terrain qui aimeraient trop souvent voir leurs syndicats s’agiter avec autant d’énergie pour des choses plus graves. Des vrais poulets qui savent aussi discerner les revendications utiles des protestations indigentes, et à l’occasion prendre la liberté de rire d’eux-mêmes… voire se déguiser en poulet pour réclamer moins de salades et plus de blé

Le slogan de la pub est d’ailleurs plaisant : un bon poulet est un poulet libre. Voilà du pur slogan de compétition, une formule qu’on aimerait presque reprendre à son compte, un beau slogan pondu par un poulet de Loué alors qu’on aurait tant apprécié qu’il le fut par un syndicaliste éclairé. Mais non, faut pas rêver, pas de ça chez nous. Par ici on se fait encadrer l’humour et la dérision par des petits-pères-la-morale psychorigides, et on ne s’occupe plus guère de la liberté d’exercer le métier de flic correctement.

Bien davantage que la campagne de pub des poulets de Loué, la médiatisation du spasme agroalimentaire du SGP-Unité-Police-FO (le dernier ferme la porte, merci) syndicat majoritaire des gardiens de la paix, aura eu pour effet de ridiculiser toute une profession.


Partager cet article

Published by bénédicte desforges - dans syndicalisme
commenter cet article

commentaires

rouve 21/01/2014 00:04

au secours j ai connu une époque ou je voyais des policiers et des syndicaliste unis et je me réveille 20 après avec un ordinateur et en faisant des recherche historique je tombe sur ce site !
continuer a faire du prosélytisme c est comme ça que vous aboutirez c est sur!

bénédicte desforges 21/01/2014 00:26



Plait-il ?



Tuco49 22/09/2012 15:17

Bonne réponse !...
Je te concède qu'il était de la reponsabilité de ce haut responsable, chef de toute une armée de poulets d'élevage de se rappeler de ce poulet de plein air...
Je te concède qu'il aurait peut être du se rappeler de sa propre intervention devant ses collègues... Peut être que s'il avait écrit son discours et surtout s'il y avait cru, il s'en serait
rappelé...
Et enfin, comme je l'ai dit, je pense qu'il y a autre chose à combattre qu'une campagne de pub amusante dont il n'a fait qu'augementer l'impact...
Prochaine manif, je t'invite, et je te présenterai notre "poussin"...
@+

bénédicte desforges 22/09/2012 15:47



Ah oui ! ^^
Pour ce gros poulet, je traverserai toute la France s'il le faut !
Côt !



Tuco49 21/09/2012 22:54

Désolé, là c'est pas loyal...
J'avais décidé ne plus m'époumoner sur les blogs ou forums, mais là c'est un coup bas Béné...
Comment tu peux démontrer l'incohérence d'une organisation toute entière en montrant le désaccord profond avec la PUb exploitant l'image du poulet et l'emploi de la même image par des délégués de
terrain sur leur manif ?...
Cela fait bien sûr les gorges chaudes d'un tas d'ignorant n'y voyant qu'une occasion de dire : "Wouai, c'est nous les meilleurs !... "
Tu sais mieux que quiconque que le délégué qui a organisé cette manif à l'origine du slogan ras le bol des salades , les poulets veulent du blé est certes dans la même organisation aujourd'huui que
son leader ( rapporchement unite et SGP ) mais est aux antipodes de ses idées et de l'image qu'il se fait du syndcalisme Policier... Donc pas étonnant que l'un s'offusque de la pub, et que l'autre
s'en amuse parce qu'il considère avoir des sujet plus important à défendre...
De grâce, laissez les petits militants en dehors de ça...
@+

bénédicte desforges 22/09/2012 01:08



Je sais que ce n’était pas réjouissant à lire pour toi.
Mais ce n’est pas un coup bas, surtout pas pour toi, tu sais très bien que le gros poulet des manifs a toute ma considération. Maintenant, tu ne m’empêcheras pas de penser que cette
"intervention" syndicale (celle de la pub) n’avait aucun sens, pire elle était à la limite de la provocation tant elle était futile et en décalage des réalités bien moins mises en avant. À mettre
sur le même plan que la défense du quart de pif des CRS qui avait été tant médiatisée grâce à ton syndicat, et pour le plus grand bonheur de tous les professionnels du commentaire sans intérêt,
sauf à rappeler qu’évidement le flic est un ivrogne et qu’il faut lui préserver cette particularité.
Mais vous avez la même étiquette, vous prenez cher collectivement, c’est comme ça. D’où je suis, je ne fais plus la part des choses, ni ne m’excuse d’égratigner ceux, très peu nombreux, que je ne
souhaite pas blesser. J’ai déjà dit ailleurs l’utilité du syndicalisme dans son exercice idéal, comme le dévouement et la sincérité des délégués et militants, et comme l’irrecevabilité des
critiques de ceux qui n’ont pas tenté une fois de prendre un mandat syndical.
Mon allusion au gros poulet qui en avait marre des salades était faite en direction des idéologues de salon qui vous cuisinent de la politique parisienne. C’était à eux de s’en rappeler de ce
poulet, et laisser celui de Loué s’amuser sur son tracteur. Question de cohérence et de responsabilité partagée. Notions périmées, semble-t-il.



benjamin borghésio 17/08/2012 11:52

Ils n'ont même pas de culture historique, ces syndiqués!
Après l'attentat du Petit Clamart, quand la DS du Grand Charles est arrivée les quatre pneus crevés, qu'il est descendu avec son épouse sur le tarmac (il allait prendre un hélico), tout le monde
était quand même assez ému. Et Tante Yvonne a dit bien fort "il faudra voir si les poulets n'ont rien"... toute l'escorte rosit de bonheur (comme si Mme de Gaulle parlait comme ça... elle
s'inquiétait pour les volatiles qu'elle avait achetée la veille, pour les cuisiner à Colombey)

bénédicte desforges 17/08/2012 11:58



Énorme ! ^^
Je ne connaissais pas l'anecdote (enfin, le Petit Clamart si, mais le spasme pour les poulets, non..) Merci !



jpFaymindy 09/08/2012 21:21

bravo bénédicte toujours aussi sensible aux inepties des syndicats

"Sans la police,
tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre."

Henri Jeanson, pataphysicien

« Le Flic de Bénédicte Desforges séduit avant tout par sa sensibilité à fleur de peau, sa révolte et sa tendresse. »
Lire
« La révélation du printemps »
Le Nouvel Observateur
« Avec sa fougue guerrière, sa rectitude et sa grande gueule, on irait bien au feu avec elle. »
Les Inrockuptibles

Police Mon Amour

« B.Desforges [...] récidive avec Police Mon Amour, dévoilant le quotidien des flics de base. Au fait, qu'en pense son ministre de tutelle, Brice Hortefeux ? »
France-Soir février 2010
chronique du livre [lire]
par Philippe Sage
« B.Desforges a osé écrire tout ce qu'on n'ose pas dire dans la police... »
France inter
« Chroniques poignantes. Une femme flic qui raconte magnifiquement, et dans un style époustouflant, son quotidien. On est happé. »  Biba

FLIC-BD

Mis en images par Séra, Flic est une adaptation en bande dessinée du livre éponyme de Bénédicte Desforges, publié en 2007 et immédiatement devenu un succès de librairie. Dans cette série de récits courts directement inspirés de son expérience et de son parcours de policier, elle brosse un saisissant portrait de ce métier complexe, en prise directe avec toutes les expressions, souvent contradictoires, de la condition humaine... note de Casterman [lire]

France info  Le livre du jour :

rechercher

 

 

 

undefined

banner Banksy ©