Flic, prix Polar du meilleur album BD 2012

20 Octobre 2012

Polar logo

Prix Polar BD 2012


La force de l’album réside dans la puissance du graphisme qui transcende un quotidien fragmenté, livré par bribes. Véritable plongée à l’intérieur des états d’âme d’une femme, témoin d’une réalité pas toujours des plus reluisantes, Flic est un kaléidoscope de souvenirs entrechoqués prenant forme sous le trait de Séra qui sert un texte autant qu’il le porte et où l’important n’est pas dans la précision, mais dans l’impression.
BD-gest

Flic est un voyage au bout de la nuit, admirablement illustré par Séra, qui donne à tous ces personnages l'aspect de morts-vivants se débattant dans un cauchemar.
Actua Litté

Un reportage BD prenant forme de courtes scènes successives, et s'ancrant dans la réalité quotidienne des brigades intervenant à Paris. Un témoignage fort, froid et implacable, qui démontre aussi l'humanité des auteurs.
Planetebd.com

Flic fait figure d’ovni dans la production actuelle de la bande dessinée. Le dessinateur d’origine cambodgienne Séra adapte dans un style réaliste le best-seller de Bénédicte Desforges sur sa condition de flic en uniforme à Paris. Rien à voir avec ceux qu’on voit dans les séries policières. D’ailleurs, ceux-là sont tous en civil alors que ceux dont parle Bénédicte Desforges sont en uniforme, au plus près de la réalité, au plus près de la crasse sociale. D’ailleurs, la même phrase ouvre et conclut le livre : "Les gens aiment les séries policières, mais les gens détestent les flics".
Flic est une des très bonnes surprises de cette rentrée, gageons que de nombreux amateurs de bandes dessinées s'y retrouveront.
1001 BD

"Flic" raconte le quotidien des policiers à Paris. Le dessinateur Sera l'a mis en images, il a pour cela suivi des policiers, "pour mieux les comprendre" et ainsi rentre justice à un métier trop souvent méprisé…
France Info

[FLIC] fait un véritable carton en 2007. Cet album en est donc l'adaptation, dont les graphismes ont été confiés à l'excellent Séra.
Un dessinateur aux productions à notre goût trop confidentielles, tant son talent est à souligner. Son travail amène un tel supplément émotionnel qu'il relève plus de l'interprétation que de la pure adaptation. Armé d'une documentation qu'on imagine importante et pointue, Séra décline en images le phrasé froid mais profondément humain et réaliste de cette femme flic (..) On l'accompagne ainsi sur le bitume, de jour comme de nuit. On ne rigole pas vraiment, entre deux interventions, des cadavres, des camés et les prostituées ou travelos. On appelle ça les drames de la vie quotidienne et elle n'en a pas été épargnée non plus... De ce témoignage naît également une réflexion qui se transpose au lecteur. L'objectif n'est nullement de rendre des lettres de noblesse au métier de l'Intérieur (quoique Bénédicte Desforges et Séra y arrivent fort bien), mais de réfléchir à la place de chacun et finalement aux laissés-pour-compte qui finissent par sombrer dans la marginalité, voire dans la criminalité. On entend souvent de la part de flics un discours où ils expriment « faire du travail social ». L'expression est galvaudée, mais ce bouquin essentiel permet de se rappeler qu'ils sont un régulateur nécessaire des rouages de nos sociétés.
Planète BD

Bénédicte sait pertinemment que le flic est détesté. Cela ne l’empêche pas d’aimer son métier, sur lequel elle a également écrit dans deux livres, dont le titre évocateur « Police mon amour ». Phoussera Ing, alias Séra, amène à ce carnet de bord les ambiances dans lesquelles il est passé maître, jeux d’ombres et de lumière très sensibles.
Sud-Ouest blogs

Graphiquement, le travail de Sera sert parfaitement le sujet. Ses cases combinant différentes techniques illustrent plus qu'elles ne racontent, s'appuyant parfois sur des coupures de journaux ou des couvertures et gros titres de magazines. Le dessinateur parvient à la fois à traduire le déroulement des événements mais également tout l'impact "intérieur" qu'ils peuvent avoir sur les personnages. On pouvait difficilement imaginer une forme de BD "classique" pour une telle adaptation sans justement basculer dans des clichés trop ressassés. Ici, on ne peut que souligner l'alchimie réussie entre le texte (très majoritairement livré sous forme de narratifs) et les images. Un résultat hors du commun pour un livre-témoignage hors du commun.
Graphivore (Belgique)

C’est le genre de bande dessinée qu’on doit lire une fois, puis relire. Pour prendre le temps d’observer un peu. Pour saisir le rythme de ses dialogues intérieurs que nous propose Desforges. Pour apprécier le trait de Séra, dont le dessin est un complément fort adéquat à l’esprit et l’ambiance des récits qu’il illustre.
Voir.ca (Canada)

Flic déborde largement du cadre récréatif habituel de la BD pour témoigner du vécu au quotidien des simples flics de terrain. Ceux qui doivent affronter une réalité souvent sordide, sale et qui laisse des cauchemars comme séquelles.(…) Une fois refermé, l’album demande un certain délai de réflexion. Pour assimiler les horreurs racontées  dans cette pièce de théâtre urbain qui n’a vraiment rien de réjouissant. Comme ce souvenir de l’auteur relatif à cette femme médecin, mortellement poignardée par un voyou et qui décède dans la douleur dans les bras de l’auteur. Une scène admirablement dessinée par Séra. Artiste d’origine cambodgienne, il réussit à communiquer aux lecteurs la noirceur de la rue et les états d’âme des flics. Ses planches, bien rythmées, font partie de ce polar noir des années 2000.  Ultra réaliste et à  mille lieues de ces séries télévisées formatées.
L’Écho (Belgique)
 

10-11

Bénédicte Desforges

#revue de presse, #vies de livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
laisser un commentaire

FRED PAILLARD 30/10/2012 15:49

Simplement: FELICITATIONS A VOUS DEUX ET MERCI!

redbaron 27/10/2012 00:09

Bravo! Prosit!

Fabien C 23/10/2012 17:38

Félicitations !

Jayos 23/10/2012 11:15

Wouah !! Toutes mes félicitations, c'est formidable!

bd 22/10/2012 11:55



Alex 22/10/2012 11:21

Félicitations ! Ces éloges sont méritées. Entre tes textes qui ouvrent les yeux au monde sur le taf au quotidien et le coup de crayon magnifique de Séra, il aurait été dommage qu'il en soit
autrement.

---Dont bizettes.---

bénédicte desforges 22/10/2012 11:53



Merci Alex !
----Dont bizoux----



alain. 20/10/2012 17:11

Félicitations à toi et Séra, c'est toujours agréable de voir le talent récompensé.

bénédicte desforges 20/10/2012 17:15



Merci Alain !