Cache-cash

26 Juin 2006

  Le talent d'un dealer d'héroïne d'envergure moyenne est avant tout de cacher efficacement sa came. C'est cher, ça dégage de la plus-value à la revente, la demande est supérieure à l'offre, et c'est illégal. Se faire saisir le stock est redoutable de conséquences pour un dealer : garde à vue, dépôt, trou, perquisition qui entraînera le dépôt de bilan de la petite entreprise, et donc des problèmes de trésorerie.
Il convient donc de déployer ruses et astuces pour mettre toute cette merde à l'abri, non seulement des flics, mais aussi des toxicos dont le dealer dira qu'ils sont peu scrupuleux et mauvais payeurs.
Pour pouvoir dire en cas d'interpellation, qu'il n'est que simple consommateur, le dealer n'a généralement sur lui qu'une à trois doses. S'il les a emballées sous forme de bonbonnes, il peut les avaler, mais ce procédé plutôt réservé à l'urgence, empêche l'immédiateté de la vente.
Mais le reste de la came n'est jamais loin. Les cachettes standard sont les compteurs collectifs EDF, les poubelles, les boîtes aux lettres, etc., bref tous les endroits qui ne sont à personne en cas d'irruption intempestive de la police, et à tout le monde en cas d'heureux hasard pour un toxico.
Si le dealer a une voiture, il dispose de plusieurs possibilités de planque. Il peut par exemple scotcher la came derrière les enjoliveurs.
Tout ça reste très classique et très ébruité. Il y a chez les dealers de véritables virtuoses de la cachette.
Dans une cité, il y avait un type craint de tous à cause de son énorme rottweiler. On ne lui connaissait pas d'activité “ stupéfiante ”. Un jour pourtant, je ne sais plus quel soupçon ou dénonciation nous a amenés vers lui, et on a découvert des dizaines de doses d'héroïne dans le collier du chien.
Un peu plus loin, il y avait un autre gars qui, lui, était plaint de tous à cause d'un handicap qui l'obligeait à marcher avec une béquille. Et un jour, je ne sais plus ni pourquoi ni comment, on a découvert une centaine de doses dans la béquille.
Etc.

texte extrait de Flic, chroniques de la police ordinaire

Bénédicte Desforges

#chroniques d'un flic ordinaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article