Cité des Pâquerettes

26 Juin 2006

  La chasse à la voiture volée nous emmène au cœur de la cité, entre les barres d'immeubles. Le jeune homme pile brusquement au milieu de l'allée et descend de voiture. Arrogant, souriant, il pose nonchalamment le coude sur le toit en nous dévisageant. À quelques mètres, silencieux, une trentaine de jeunes observent la scène.
Un jeune collègue perd son sang-froid, dégaine son arme, et la pointe sur l'homme en criant : « Mets tes mains sur le capot et ne bouge pas ! »
Les jeunes nous entourent, toujours sans rien dire.
L'homme décroise doucement les jambes, et d'un mouvement lent lève les deux mains au-dessus de sa tête. Puis, il fait face à sa voiture et nous présente son dos. Il reste immobile quelques secondes dans cette position, et tourne simplement son regard vers le jeune flic. « Eh bien, tire maintenant... »
Nous sommes remontés en voiture, et nous avons quitté la cité.
Le brigadier s'est retourné vers le collègue, et lui a mis une baffe.
 

texte extrait de Flic, chroniques de la police ordinaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article