Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 00:15

 

 

  Il était aux écoutes, il s’ennuyait. Ça faisait des heures qu’il ne se passait rien, sinon des coups de fil insignifiants. Un rendez-vous de dentiste, un allo-comment-ça-va de la vieille mère en province, le gamin qui appelle pour dire qu’il rentrera un peu plus tard.
  La commission rogatoire avait été délivrée dans le cadre de la surveillance de deux braqueurs et leur entourage. Des beaux mecs, comme il me l’avait dit, des costauds, des sévères, de ceux qui défouraillent facilement...

 

 

à suivre dans Police Mon Amour

 

Partager cet article

commentaires

Shlomo Vince 28/03/2009 10:22

Nan Béné, j'viens avec du matos local, de fabrication nationale, fais en de même : viens avec des pierres. Niark niark ...

Salvatore, roux is bioutifoul 27/03/2009 14:58

Shalom Bénédicte, moi aussi je suis prêt ! J'ai mon Shemagh... L'anglais, celui des troupes en Irak, il va super bien avec mon t-shirt de la Sayeret Maktkal.. Sinon pour ma part, je voyagerai léger avec un Jericho 941 dans son étui Fobus :D 

Ptiga 27/03/2009 12:53

Hello….Aaahh….patience et longueur de temps….tout vient à point à qui sait attendre (m’ouai je sais elle est pas jeune celle-là). Je pense que le collègue à l’habitude des conversations sans interêt dans les écoutes, mais en y croyant sur le fond car chacun d’entre nous (ou presque) sait que la patience paie dans ce genre d’investigation. Bon…voyons euh…je ne dis pas que je pourrais me mettre à sa place sauf si après cette écoute je me disais – «Ah bin j’en ai marre, puisque c’est comme ça, je vais becter tiens… !-na ! voilà !» -- @++

Gurki 27/03/2009 07:53





Lectrice de ton blog depuis peu, je me suis précipitée sur ton livre il y a une semaine. Alors non, je ne te dirai pas à quel point tu écris bien parce qu’à force de pommade, tu risquerais de nous faire une allergie. En tout cas, moi y en avoir adoré qu’est-ce qui a page 93 (édition poche). Moi y en avoir ‘igolé trop beaucoup. Toi petit humain super marrant dès fois.
Mais plus sérieusement, comme faire entrer un chat dans une boite à œufs ? Y a plein de trous et de petits compartiments minuscules… Z’étaient pas super malins les truands sur ce coup là. La boite à chaussure aurait été plus pratique.  

Vince 27/03/2009 06:37

Puis penses donc à m'virer ce lien du Brigadier qui fait du rap. C'est bon, comme dirait nos amis y s'est fait rodave, il est pas keuf alors du balai.En plus se faire lever par les boeufs ... même pas un bon voyou ... la honte.Allez, les rappeurs avec les chats, dans un mixer !!Au fait, j'ai mon tee shirt, on peut aller au resto. Si j'peux, j'trouve un galil ou un uzi pour faire bonne mesure.

le flic 27/03/2009 07:39



Merde, tu fais bien de me le dire, j'avais pas suivi l'arnaque.
Qu'il aille se faire foutre, s'il n'est pas flic, ça n'a aucun intérêt, que du banal avec 20 mots de vocabulaire.
Je resterai sur mes standards du rap :P

Pour le resto, j'ai un faible pour l'AK47 en apéro.
Maintenant il faut envoyer une convoc au rouquin.



"Sans la police,
tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre."

Henri Jeanson, pataphysicien

« Le Flic de Bénédicte Desforges séduit avant tout par sa sensibilité à fleur de peau, sa révolte et sa tendresse. »
Lire
« La révélation du printemps »
Le Nouvel Observateur
« Avec sa fougue guerrière, sa rectitude et sa grande gueule, on irait bien au feu avec elle. »
Les Inrockuptibles

Police Mon Amour

« B.Desforges [...] récidive avec Police Mon Amour, dévoilant le quotidien des flics de base. Au fait, qu'en pense son ministre de tutelle, Brice Hortefeux ? »
France-Soir février 2010
chronique du livre [lire]
par Philippe Sage
« B.Desforges a osé écrire tout ce qu'on n'ose pas dire dans la police... »
France inter
« Chroniques poignantes. Une femme flic qui raconte magnifiquement, et dans un style époustouflant, son quotidien. On est happé. »  Biba

FLIC-BD

Mis en images par Séra, Flic est une adaptation en bande dessinée du livre éponyme de Bénédicte Desforges, publié en 2007 et immédiatement devenu un succès de librairie. Dans cette série de récits courts directement inspirés de son expérience et de son parcours de policier, elle brosse un saisissant portrait de ce métier complexe, en prise directe avec toutes les expressions, souvent contradictoires, de la condition humaine... note de Casterman [lire]

France info  Le livre du jour :

rechercher

 

 

 

undefined

banner Banksy ©