Photo de famille

29 Septembre 2011

  Penchés au dessus de la photo, on regarde notre alignement aléatoire et nos jeunes sourires. On se cherche, on se retrouve, on se reconnaît. On est tous là.
  On est serrés les uns contre les autres, nos épaules se touchent, il y a des bras dessus, des bras dessous, et des amitiés enlacées.
  Nos uniformes sont neufs et fiers. Nous aussi.
  C'était il y a des années.

  « Lui, qu’est-ce qu’il est devenu ?
  - Lui ? Il n’est pas resté longtemps chez nous. Il a passé le concours, et il est devenu juge d'instruction.
  - Et lui ?
  - Concours aussi. Il est commissaire. Dans une brigade centrale.
  - Et lui ?
  - Au moins commandant aujourd’hui.
  - Et elle ?
  - Brigadier-chef à l’école de police. Un retour aux sources.
  - Et lui ?
  - Lui, il s’est marié avec elle, que tu vois là. Et ils travaillent ensemble.
  - Et lui ?
  - Muté chez lui dans le sud.
  - Je m’en souviens maintenant, il ne parlait que de ça, de sa jolie maison dans une petite ville tranquille près de la mer.
  - Il a fait plus de dix ans en Seine-Saint-Denis. Et le premier soir de sa première vacation là-bas, sous le soleil, dans le chant des cigales, il se rend sur un différend familial et il se prend un coup de couteau dans le ventre. Il a failli y rester.
  - Et lui ?
  - Permanent syndical, franc-maçon et engagé politiquement.
  - Une vraie carrière de flic, quoi... Et lui ?
  - Ah lui, il va très bien. Enfin, beaucoup mieux. Il s’est plutôt bien remis de la balle qu’il a pris dans la tête sur un braquage.
  - Et lui ?
  - Il a démissionné. Je ne sais pas ce qu’il est devenu.
  - Et lui ?
  - Révoqué. Il a collé une baffe à un type qui venait d’agresser une vieille.
  - Révoqué ?
  - Oui. L’agresseur était mineur. Un mètre quatre-vingt-cinq, quatre-vingt kilos de muscles, mais mineur. Et mâchoire cassée.
  - Et elle ?
  - Révoquée aussi. Film de boules. En uniforme. L’IGS n’a pas trouvé ça excitant.
  - Et lui ?
  - Alors lui, je ne sais pas ce qu’il a fait, mais il est sous-brigadier au long cours dans un placard. Et dépressif parait-il.
  - Et lui ?
  - Mort dans un accident de voiture.
  - Et lui ?
  - Suicidé.
  - Et lui ?
  - Il a flingué sa femme, et il s’est suicidé.
  - Et toi ?
  - Moi, ça va bien ! Et toi ?
  - Je ne sais plus. »

récit extrait de Police Mon Amour

Bénédicte Desforges

#chroniques d'un flic ordinaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

UMPSphobie 03/11/2011 21:25


La vie banale d'une flic ordinaire... tout est dit dans ces lignes.


râleuse chronique 30/09/2011 13:18


Le rapport entre mes capitaines d'industrie et les flics, c'est que les gros bonnets peuvent faire toutes les erreurs qu'ils veulent, non seulement ils ne sont sanctionnés que par une mise à la
retraite mais en plus cette mise à la retraite s'effectue avec un confortable magot qui leur est attribué alors qu'un flic qui commet une erreur est limogé ou sanctionné avec des blâmes pour tout
pactole.


bénédicte desforges 30/09/2011 13:47



Je ne vois toujours pas le rapport.



boet 30/09/2011 08:57


Bonjour Bénédicte,
Ca fait plaisir de retrouver ces histoires après cette absence (presque 1 mois !), au plaisir de te relire.
Patrick


bénédicte desforges 30/09/2011 10:01



Bonjour. En fait c'est une rediffusion d'histoire.



râleuse chronique 29/09/2011 17:10


Les grands capitaines d'industrie quand, à force d'erreurs et de mauvaise gestion, ils font perdre trop d'argent aux actionnaires, ils sont remerciés et se voient offrir un parachute doré pour
leurs mauvais et déloyaux services.
À chacun son destin.


bénédicte desforges 29/09/2011 17:59



???
Je ne vois pas le rapport...



Isabelle 29/09/2011 15:56


et que dire du numéro 2 de la PJ de lyon, interpellé ce matin avec son épouse à leur domicile pour corruption et trafic de stups...
l'HP de lyon est dans tous ses états...


bénédicte desforges 29/09/2011 16:02



Hors sujet.



Jean 29/09/2011 10:20


c'est vrai que de bon matin c'est un peu hard au réveil mais ca à l'air si vrai...


Marc Louboutin 14/03/2009 15:04

Petit billet très vrai.Suis de retour.Pour l'histoire précedente d'Alex, j'ai peut être une solution.Comme j'ai rendu la mienne, elle doit traîner quelque part à Nélaton.Il peut peut-être la demander ?Mais elle est un peu vielle et poussièreuse et il faudra sans doute payer les frais de port.;-)

Chrys 09/03/2009 17:40

Celle-là j'aurai dû m'y attendre !

le flic 09/03/2009 17:52



C'était pour te faire sourire ! :P



Chrys 09/03/2009 17:26

Quel gâchis

le flic 09/03/2009 17:36



Ah oui.
Un bon flic qui devient magistrat... quelle pitié... c'est affreux O_o



etnik 07/03/2009 22:37

bon allez, un peu de place, je vins pour un coup de matraque moi non mais, heu je disais quoi là, non, un bisou , je suis distrait rhaaaa

Alain 07/03/2009 17:36

Scène de vie bien écrite, tragédie et fatalisme....La vie, quoi.Alain

papa 06/03/2009 23:19

Et lui alors ? Ah lui,  il doit être un des seuls sous baloches*  de sa promo, il trouve que l'avancement des ânes lui va bien, et plus il y trouve son compte, il peut se permettre de dire merde à tous ces incompétents qui prétendent diriger le service en obeissant aveuglément , vu qu'ils savent qu'il n'y a rien à en tirer.  Et c'est surement ça so baton de maréchal, le petit rien de liberté et de libre arbitre qu'il a pu garder.*sous baloche : à l attention des non policiers qui viennent lire ce blog, cette appellation au prime abord vulgaire, péjorative et anatomiquement dans une position peu enviable est un dérivé de "sous brigdier", qui est en fait un gardien de la paix avec de l'expérience, une espece de grade qui sanctionne l'obtention du 6è échelon de Gardien de la paix, soit une dizaine d'années d ancienneté. Aujourd'hui, peu de gardiens de la paix deviennent sous baloche, en effet si on enlève ceux qui passent et réusissent des concours (n'est ce pas Béné)ou des examens, ceux qui démissionnent, se suicident, meurent en service ou se font virer, bon, ben voilà quoi, le compte est vite fait. Voilà pour la minute didactique.    

etnik 06/03/2009 21:08

je le savais t'es une gentille toi mais si tu viens m'injurier je réachète ton livre  et je le relis (mouarf), bon t'as le choix de la langue hein, heu du langage(j'ai dit une connerie moi, mais non enfin, jamais)

etnik 05/03/2009 23:56

tiens te vla dans les zinzins du oueb chez Etnik, bon là tu vas devoir rééditer niveau mondial vu on trafic de quelques millions de zinzins, mdrrrrheuuuuu zut j'aurais du lui demander une dédicace mais où elle est passée, encore en vad heu patrouille O_o

etnik 05/03/2009 22:42

tiens je croyais avoir vu passer ma fliquette préférée, bon je dérange pas, je continue mon post aux tartines, haaa non ça c'est la chanson, intello pas vrai mdrrrrrbizz 

petitsecouriste 05/03/2009 11:52

Ca pourrait s'intituler: "Grandeurs et misère de la police nationale"

le flic 05/03/2009 23:48



ah oui, c'est un peu ça...



fromage 05/03/2009 11:29

arf, dur...bravo pour ton blog qui aide à dépasser les préjugés...

le flic 05/03/2009 23:32



Merci, si j'arrive à joindre l'utile à l'agréable :)



Patrick C. 04/03/2009 20:24

"L’agresseur était mineur. Un mètre quatre-vingt-cinq, quatre-vingt kilos de muscles, mais mineur. Et mâchoire cassée."Juste une question, en quoi le poid et la taille changent le fait d'être mineur? La minorité c'est pour ce qu'il y a dans la tête, pas pour l'extérieur, non? 

le flic 05/03/2009 00:36



Bien sûr, c'est d'ailleurs ce que la justice a retenu.
La victime, elle, n'a rien retenu du tout de cette agression à part l'énergie cinétique dégagée par un coup de poing dans la figure.



etnik 03/03/2009 23:30

purée les pauvres, bon ceci dit , ch'est chur y a pas que des flics pas sympas vindjou, heureusement, va falloir que je mette une fliquette dans ma blogroll mouaaaa

bonne soirée toi^^

le flic 04/03/2009 00:24



Merciiiii !



maazz 03/03/2009 18:19

La mafia... ouai dans mon quartier on m'appelait "la marraine..."
Non sans rire j'ai vécu les mois de calvaire d'une collègue qui était en face de moi, proche de la retraite et dont la fille a été assassinée à la veille des ses 30 ans dans un parking souterrain à Paris.
Le tueur était junkie et cherchait du fric.
Ensuite il y a eu le procès dont le père n'a pas vu la fin parce qu'il est mort d'un cancer entre temps.
Le gars a été condamné à 10 ans.
Il est sorti avant, pour bonne conduite...
J'ai vu cette famille s'écrouler de l'intérieur.
Je n'ai pas ton talent d'écriture et je ne saurai jamais raconter toute cette douleur.
Si t'es sage le prochain coup je te raconterai l'histoire de ce pote que sa femme a retrouvé pendu aux poutres du grenier.
Vie de merde. Souvenirs de merde. |-(

le flic 03/03/2009 19:35



Waaaaa...
Mais tu plombes l'ambiance qui était à la franche rigolade !

PS : On peut raconter d'autres choses que la misère humaine. La comédie humaine a son charme aussi :o)