Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 03:06

 

Non, le fatal de l’arme plutôt...


  Collègue gendarme,

  Toi l’auteur malgré toi de cette œuvre d’art post-contemporain, de cette destruction ô combien involontaire de matériel administratif, de cette atteinte définitive à l'intégrité physique de ton pétard,
  Toi qui voulais bien faire et qui t’es laissé distraire, homme insouciant que tu es,
  Toi qui as vraiment un putain de four de compétition à flinguer les flingues, et qui ne dois pas cuisiner bien souvent pour à ce point ignorer le temps de cuisson des choses simples de tous les jours,
  Toi gendarme, dont l’existence vient de rentrer dans l’histoire des forces de sécurité intérieure (comme ils disent) de ce pays, toi dont le numéro de série de feue ton arme est marqué en rouge dans ton dossier administratif, 
  Sache que tu as mon soutien dans l'épreuve, et toute ma fraternelle sympathie.
  Parce que quand même, c'est drôle, quoi.
  Et moi, je ne trouve pas ça si grave que ça.

  Mes sincères condoléances au Sig.
  (même s'il n'a pas dû souffrir longtemps)

 

 

Merci à Philippe Sage pour cette très jolie photo.

 

Partager cet article

commentaires

merdeuse 10/01/2009 23:29

Perso j'ai jamais vu mon père (ancien flic) mettre son arme au four et pour ce qui est de la mettre hors de portée elle restait dans sa malette fermée à double tour, la vieille école ça a du bon des fois !

Lledelwin 26/12/2008 10:49

Moi je dis : cépasafot' !!! Nul part dans le mode d'emploi d'un four il n'est précisé qu'il ne faut pas y mettre d'arme à feu, même pour les faire sécher après leur bain rituel. Les chats, les chiens, les enfants, oui, c'est écrit, faut pas les mettre au four. Les armes à feu, non. 'Pouvait pas savoir.

Ceci dit, pourquoi imaginer tout de suite la grosse connerie ? Ce pauvre bonhomme a peut-être aussi, dans un moment de grosse fatigue, rien trouvé d'autre comme cachette pour coller son arme à l'abri des véléhités fouinardes des marmots, surtout en cette période de fête ?

Marc Louboutin 25/12/2008 09:42

@Philippe Sage
"La dinde au four".
Vu les confusions possible dans l'esprit de ce gendarme, il y a peut être une enquête criminelle en cours chez lui depuis hier soir, dès fois qu'il y ait collé sa femme...

le flic 25/12/2008 12:54



Private joke :
Faut-il qu'on soit de la basse police pour nous moquer ainsi de ce gendarme...
Comme dirait l'autre, il faut prendre de la hauteur.
Ce terminator de Sig est-il le symptome d'une société à la dérive ?



Philippe Sage 24/12/2008 20:35

Quel désarmant épisode ce "Coltus interruptus" ....

Je m'inquiète, cela dit, pour ce bon gendarme .. Ce soir, c'est Noël .. On met la Dinde au four .. J'espère qu'il ne commettra pas une regrettable erreur ..

le flic 25/12/2008 12:50



Et si la dinde est accompagnée de marrons, ce n'est plus une regrettable erreur, mais un acte manqué..
Have a nice day, anyway Xmas is only a date. Or an update ? :o)




kranzler 24/12/2008 18:00

La question qui flingue et qui me démange : et avec une machine à laver, vous feriez quoi de beau, m'sieur dames ? Et sur ce, bon noël, un tas de bises, et je retourne illico flamber mes gambas au whisky. Je suis pas flic, ni cruchot, mais dans une cuisine, je sais faire. Fopadék.

ai 25/12/2008 12:34



Avec une machine à laver, on fait de la haute-couture.
Un jour, j'ai mis mon blouson d'uniforme à tourner, et j'ai récupéré un blouson propre, mais en taille 12 ans, et une espèce de prototype de nuisette en satin bleu nuit, c'était la
doublure du blouson.
O_o



"Sans la police,
tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre."

Henri Jeanson, pataphysicien

« Le Flic de Bénédicte Desforges séduit avant tout par sa sensibilité à fleur de peau, sa révolte et sa tendresse. »
Lire
« La révélation du printemps »
Le Nouvel Observateur
« Avec sa fougue guerrière, sa rectitude et sa grande gueule, on irait bien au feu avec elle. »
Les Inrockuptibles

Police Mon Amour

« B.Desforges [...] récidive avec Police Mon Amour, dévoilant le quotidien des flics de base. Au fait, qu'en pense son ministre de tutelle, Brice Hortefeux ? »
France-Soir février 2010
chronique du livre [lire]
par Philippe Sage
« B.Desforges a osé écrire tout ce qu'on n'ose pas dire dans la police... »
France inter
« Chroniques poignantes. Une femme flic qui raconte magnifiquement, et dans un style époustouflant, son quotidien. On est happé. »  Biba

FLIC-BD

Mis en images par Séra, Flic est une adaptation en bande dessinée du livre éponyme de Bénédicte Desforges, publié en 2007 et immédiatement devenu un succès de librairie. Dans cette série de récits courts directement inspirés de son expérience et de son parcours de policier, elle brosse un saisissant portrait de ce métier complexe, en prise directe avec toutes les expressions, souvent contradictoires, de la condition humaine... note de Casterman [lire]

France info  Le livre du jour :

rechercher

 

 

 

undefined

banner Banksy ©