Qu'est-ce qu'on rigole...

15 Octobre 2008

  Il avait pour habitude de débarquer dans les postes de police par surprise. Il dédaignait de s’annoncer, et prenait tout le monde au dépourvu, c’était sa façon de faire. Une sorte de ruse, il était connu et redouté pour ça. On s’était dit qu’il aimait probablement observer in vivo les poulets en liberté dans leur habitat naturel, avant que le coq de la basse-cour n’ait pris soin de les aligner, vérifier la couleur de leurs chaussettes, les plis de chemise, et donné les recommandations d’usage.
  Il faut bien dire que ce n’était pas monsieur-tout-le-monde, et que la perspective de le voir débarquer n’importe quand, provoquait des sueurs froides à quiconque avait une responsabilité sur l’ordre, la discipline, ou du moins les apparences.
  Ce soir-là, il avait décidé de rendre visite aux effectifs du poste des G.C. Peut-être même allait-il y rester le temps de boire un café, et fumer une cigarette. Car il fumait beaucoup, on le savait aussi. Il avait donc laissé sa voiture en haut de la rue qu’il avait descendue seul, les mains dans les poches de son imperméable, et une cigarette aux lèvres.
  Le planton, qui avait aussi les mains dans les poches et qui fumait de même, l'avait d'abord regardé venir sans trop y prêter attention. L’homme était assez grand, il avait le pas de celui qui sait où il va, et une belle assurance se dégageait de lui.
  Il s’était arrêté devant la porte du poste de police.
  « Bonsoir.
  - Bonsoir monsieur. » avait répondu le gardien de la paix.
  Et puis il avait regardé cet élégant quinquagénaire aux boucles grises qui n’avait pas vraiment le style du quartier, et son visage s’était fendu d’un immense sourire. Il s’était alors retourné vers l’intérieur du poste et avait crié en direction de ses collègues.
  « Ho les gars ! Venez voir ! Il y a Darry Cowl qui vient nous rendre visite ! »
  Et se retournant vers l’homme :
  « Quelle bonne idée vous avez eue de passer cette nuit, monsieur Cowl ! J’adore votre humour, passez-moi l’expression, mais vos films me font pisser de rire ! »
  L’homme le regardait d’un air imperturbable, et restait silencieux.
  « Hé les collègues ! Il nous reste bien un fond de whisky pour trinquer avec Darry, bougez-vous, c’est pas tous les jours qu’on a la visite d’un comique ! »
  Le chef de poste était alors apparu sur le seuil, et d’une voix blanche s’était adressé à l’homme :
  « Mes respects monsieur le Ministre, si vous voulez bien vous donner la peine de rentrer... »
  Et il avait hurlé :
  « Fixe ! »
  Et monsieur Joxe, Ministre de l’Intérieur, était entré dans le poste de police.
 

Toute ressemblance ou similitude avec des faits et un ministre ayant existé, n’a rien d'une coïncidence fortuite. Messieurs Joxe et Cowl se ressemblaient pas mal. Surtout de nuit.
Récit tiré d’une histoire vraie.

extrait de Police Mon Amour

Bénédicte Desforges

#chroniques d'un flic ordinaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Henri LE GUICHOUX 11/04/2010 11:11


JOXE a fait interdire l'alcool dans les locaux de police mais pas dans son bureau le soir quand le préfet de police venait rendre compte des évènements de la journée;PASQUA était sympa...normal son
père était flicard!
Continue Béné ta prose est un ravissemnent
SIG 22


le flic 11/04/2010 14:58



Merci Henri :)
Mais grand bien leur fasse au préfet et à Joxe !
Quand à l'équation, famille avec flic = résultat sympa, ce n'est carrément pas une généralité. C'est un peu comme officier par concours interne = officier compréhensif... tu vois ce que je veux
dire...



Salvatore pas public facile 25/10/2008 10:44

@Les RG pas ripoux :
Faut dire que tu as peut-être un humour de merde, tu t'es déjà posé la question ?... Ca donne peut-être pas envie de se laisser aller à l'humour potache. :)

Les RG pas ripoux 22/10/2008 08:16

Les flics qui déboulent dans notre local associatif sont moins drôles que Darry Cowl ...

jcparis75 19/10/2008 17:56

Rétrospectivement, cela fait rire mais sur le coup "Le gpx de permanence" a surement connu un sale moment!!! :-/ Nous faisons tous des gaffes à un moment où un autre ... mais là vu le poste occupé par le personnage ...cependant, l'erreur peut se comprendre Darricau était dans le showbizz depuis plus longtemps que Joxe;-)

le flic 22/10/2008 01:49



Et bien si j'avais été l'officier de brigade, je ne sais même pas par quel bout j'aurais attaqué une audition administrative. ("Redites-moi les propos que vous avez tenus à monsieur le Ministre"
et tout le tralala, persiste et signe sans éclater de rire, le tout sous couvert de la voie hiérarchique qui transmettra... sans rigoler non plus.)



Prince des chats 19/10/2008 02:37

A l heure actuelle, fin juillet de faction devant la porte, je vois une jolie brunette arriver avec un gros sac, je la regarde la salut et voyant un tonfa sortir de son sac je luis sors Salut collegue, bienvenu a la XXX, dis toi qu ici c est comme l enfer de dante quand tu rentre tu oublie tout espoir, et je rajoute en meme temps tu verra on est tranquille pour un mois la pintade en chef est partie et la nouvelle TI SERTARIEN n est pas encore en fonction.
Bah c etait elle la nouvelle TI

le flic 22/10/2008 01:43



Ah... T'as encore marqué un point sur ce coup-là !
En fait, faudrait mieux ne jamais rien dire, avoir l'impassibilité du terminator standard sur la figure, mettre quelques coups de raquette au passage des TI et présumés TI, et basta.
Bon courage !



Marie 18/10/2008 13:51

excellent, et vraiment bien raconté !

le flic 18/10/2008 14:34



Je te salue Marie !
Merci !



XXX 17/10/2008 14:02

Heu, il y a tout de même un point qui me choque c'est l'attitude du planton.
Heureusement que c'était un ministre,
-Le type aurait pu avoir été menacé avec un couteau, en se faisant traitè de Garry 1/2 h avant et être reçu comme ça alors qu'il vient porté plainte aurait été peu agréable.
-Le type aurait pu avoir appris par sa concierge que la police à chercher à le contacté et avoir filler stressé au premier commissariat pour avoir des explications ( même si le planton de nuit se contentera de lui dire que si il a pas reçu de convocation en règle ça doit pas être bien grave) et a nouveau ce genre d'acceuil n'est pas forcément anti-stress.

Bref c'est pas forcément le meilleur acceuil face au client ordinaire d'un commissariat, j'éspère donc que cet acceuil relevait de l'exercice de l'activité syndicale et pas de l'acceuil normal aux clients

le flic 17/10/2008 20:51



Salut triple X (= anomalie génétique du génome femelle)
Non non, rien de syndical dans cette terrible affaire.
Et puis l'accueil, s'il était inapproprié, était plutôt chaleureux me semble-t-il (le planton a dit "bonjour Monsieur", tu vois) Et puis, les victimes, on ne leur proposait pas un coup
à boire, mais généralement un OPJ pour s'occuper de leur cas.
Je rappelle à mes aimables lecteurs que les flics sont des êtres parfois faillibles.
Bien à vous, peuple de donneurs de leçons.
:D



Josey Wales 16/10/2008 21:33

Mort de rire ..

Mais c'est vrai qu'à moi aussi, il me faisait penser à Darry Cowl, Joxe - qui n'est pas un rigolo, en vrai.

Tout comme Sarkozy répondant aux insultes sodomites du pêcheur breton du Guilvinec me fit penser à Jean Lefebvre et Louis De Funès réunis.

Conclusion :
Méfions-nous de ceusses qui nous rappellent des comiques.
Ils ne le sont pas.
Tel Darry Joxe ou Louis De Sarkozy.
Ou Pasqua et sa voix de Fernandel ...

A demain, ma belle ...

le flic 17/10/2008 00:04



C'est drôle, l'autre jour j'ai cru voir Muriel Robin à la télé, et en fait c'était Christine Boutin.
Fillon a la mèche de Thierry Le Luron, mais ça s'arrête là aussi...

À demain, Toi !
(si l'airbus ne fait pas comme les bourses...)



dret 16/10/2008 19:33

A mon sens, cet éminent collègue était un grand naïf; à l'évidence, de notoriété publique, ce pauvre Joxe n'a jamais fait rire personne !!!
Devant l'énormité d'un telle confusion, il serait de bon aloi que le gardien de la paix en question exprime à l'intention de Darry Cowl des excuses publiques......
Et, comme une anecdote en amène logiquement une autre : " il y a fort longtemps de cela, dans les locaux sanitaires du Central 8ème, à l'occasion d'un important service d'ordre, de nombreux fonctionnaires faisaient un passage en ces lieux odorants, et l'un d'eux, avisant un collègue se lavant les mains, l'apostrophe ainsi : " qu'est ce que tu fous là, le musicien ?" Le "musicien" en question en fut très contrarié......... le gardien de la paix en question, qui avait apparemment rarement vu de hauts gradés en tenue d'uniforme, avait un tantinet confondu les pattes d'épaules, et venait de s'adresser au Commissaire Contrôleur Général, Chef du 1er District...
En d'autres termes, il s'était rendu coupable du crime de lèse-CCG.

le flic 16/10/2008 23:50



Et bien, il faut dire qu'il a une circonstance atténuante, les directeurs de district sont (ou étaient, maintenant j'en sais rien) rarement en tenue. À part le 14 juillet, et le 19 août
juste avant le champagne à la PP, c'est plutôt rare. Et puis c'est vrai aussi que plus on monte en grade, et plus les épaulettes ressemblent à celles d'un monsieur loyal de chez Pinder.
(pourvu qu'il n'y en ait pas un qui vienne lire par ici...)



Krugger 15/10/2008 23:16

Je me souviens moi aussi d'anecdotes dans un style tout à fait différent ;
C'est "lui" aussi (mégalomane, insomniaque) qui planta un collègue dans un couloir du ministère à 4 h du mat parce que pris de fatigue il avait osé s'adosser au mur (véridique ! j'y étais) - Et c'est également lui, qui rentrant pédestrement au ministère, vexé de ne pas comprendre ce que se disaient deux collègues originaires de nos belles iles (lesquels conversaient en créole) donna comme instruction qu'il ne voulait plus les voir ensemble devant la grille Beauvau - bel esprit de tolérance n'est-ce pas ? (là aussi, c'est du vécu)........ Je le détestais ce con (désolé !!)

le flic 15/10/2008 23:35



Ah oui, c'est du lourd ça aussi.
Ça doit être la mise en pratique de l'humanisme maçonnique...
Et puis si les collègues antillais ne peuvent même plus parler créole, quelle misère... mais peut-être qu'ils causaient de leurs congés bonnifiés ? hé hé...



namour 15/10/2008 18:03

Qu'est ce que j'aurai donné pour être là... superbe !
AU fait ! La crise boursière fait baisser les écrits de namour de par sa lente reprise enfin, tu auras compris.
Ne change pas, tu es si jolie avec ton 38.... Xbizzzzz

le flic 15/10/2008 22:48



Namour, je comprends que namour écrive moins, surtout si les bourses ont craché, tu vois. L'essentiel est que tu surveilles nos actions chez namour de près, namour. Parce que je ne
peux pas être partout si les bourses se barrent en couille, namour. Et si ça doit provoquer une crise de nerfs chez namour, et bien tu me bip, namour, et je rapplique et on lui colle 50000 volts
à crédit pour que son encéphalo redevienne plat comme à Wall Street.
On fait comme ça, namour ?
Allez, mets ton pare-balles et va bosser :o)

PS : je chausse en effet du 38.



Jayos 15/10/2008 13:11

C'est une histoire on ne peut plus authentique qui a fait le tour de la France. Au moment des faits, j'avais 12 ans mais on me l'a raconté plusieurs fois depuis que je suis dans la boite.
Par contre Joxe... Je n'ai pas connu le gaillaird ni son administration. J'ai vu des ministres impopulaires auprès des collègues. Mais je n'ai jamais vu une telle hostilité de la part des anciens pour un ministre.
"Joxo le Proxo" qu'ils disaient et ça n'avait rien d'amical.

le flic 15/10/2008 22:36



Alors, même justification qu'au commentaire n°2.
Si l'histoire a fait le tour de la France, et j'en savais rien, elle a bien commencé son périple à l'adresse indiquée plus haut, et m'a été rapportée en temps réel. Ou le lendemain.

* Autre petite précision pour tout le monde : si je n'indique ni date, ni lieu, ni nom, et c'est pour des raisons évidentes, je n'invente rien. Je ne m'attribue pas d'histoires qui ne me sont pas
arrivées, je les raconte à la 3ème personne, et ce sont celles de collègues très proches.
Les histoires qui sont les miennes, l'idée de les enjoliver ou de mentir ne me viendrait pas à l'esprit. Mes anciens collègues, UMS 92 ou CP 18 qui lisent ce blog, et ont lu mon livre pourraient
en témoigner, et je n'aurais pas le culot de me faire passer à leurs yeux pour une héroïne, ou je ne sais qui, sur des faits qu'on a vécus ensemble.
Si tout ça est davantage un exercice d'écriture qu'une mission de "témoignage", ce n'est pas non plus du roman.
Et je rappelle que j'écris sous ma vraie identité.
Alors quand il me prend l'envie de raconter un truc dont j'apprends que c'est devenu une légende, et bien tant pis. Les salades et autres histoires récurrentes qui n'ont pas le moindre rapport
avec mes collègues, ou les endroits où j'ai bossé, je laisse à d'autres le soin de les accommoder à leur sauce.
Jayos, ce n'est pas pour toi, je profite juste de ton comm pour mettre les points sur les i.
Quant à la cote d'impopularité de Joxe, je confirme.
Quand je suis rentrée à la boite, c'était Pasqua. Un type charmant, n'en déplaise aux psychorigides.
Bon courage au taf :o)



cathyF 15/10/2008 13:02

Excellent ! J'aurais aimé être une petite souris pour assister à la scène.

GreG 15/10/2008 12:25

Hé hé :))

Je me souviens l'avoir vu lorsqu'il était venu visiter le nouveau commissariat de Meaux. Il était assez grand en effet, et il avait aussi des gros sourcils à la Muppet Show.

le flic 15/10/2008 14:02



    



le coucou 15/10/2008 12:14

Encore un billet agréable! J'aurais bien vu Joxe tenir le rôle de Cowl dans "Touche pas à la femme blanche", et vice-versa. Austère et sans doute bon serviteur de l'état, M. Joxe, mais héritier politique, ce qui m'indispose toujours…

Gilsoub 15/10/2008 12:00

Mais l'histoire ne dit pas ce qu'il advint du jeune planton ;? Je suppose que son matricule à du chauffé quelque peu ;-) Bah aujourd'hui cela doit lui faire une histoire à raconter à ses petits enfant :-)

le flic 15/10/2008 14:27



Non, l'histoire ne le dit pas, parce que l'histoire n'est pas un rapport circonstancié mais un instantané sur une gaffe, un flic et un ministre.
Tout le reste se joue à huis clos.



rafale 15/10/2008 10:02

bonjour

juste un mot en passant pour dire combien j'apprécie vos chroniques.
signé : un fana de polar dans sa période suédoise

F@bF@b 15/10/2008 09:07

C'est vrai qu'ils avaient un air de famille les 2 la ! (je viens d'aller verifier chez gougueule !).
Dis-moi Bene, la cigarette et le wisky, c'est autorise pendant le service ? ;-)

signe : "Jeune scarabée du chat-bite"

le flic 15/10/2008 11:10



Non Fabienne, ce n'est plus du tout autorisé.
Mais en 1988, on pouvait fumer même dans les commissariats de police, et il y avait une forme de tolérance pour les apéros en certaines circonstances, et hors service bien sûr. Ce qui pouvait
expliquer la présence de reliquats de bouteilles dans les locaux de police ! C'est d'ailleurs le même monsieur Joxe qui a mis fin à ce "flou reglementaire".



Altaïr - Cécile 15/10/2008 09:01

Avait il de l'humour Dary Cowl, heu Pierre Joxe je veux dire ? :D
Le planton a survécu ? ca a du le suivre longtemps cette historie

le flic 15/10/2008 11:16



S'il y a un degré zéro de l'humour, Joxe devait être à -142, limite en-deçà de laquelle il y a cryogénisation de l'interlocuteur.



marocau 15/10/2008 08:48

Excellent!!! Merci pour cette belle anecdote.

J'ose à peine imaginer la tête du gardien de la paix qui a proposé de trinquer lorsqu'il s'est apperçu de son erreur... Il ne devait plus savoir ou se mettre et se planquer sous son képi.

Par contre, j'espère que Monsieur Joxe a quand même eu le droit à son verre de whisky, parce que ce n'est peut- être pas tous les jours que l'on reçoit un comique, mais un ministre non plus...