Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2008 3 27 /08 /août /2008 02:55

 

 

 

Écrit en hommage affectueux au Gardien de la Paix L.
qui doit se la couler douce quelque part...

 


  Nonchalant, paresseux, il l’était. Et sans aucun complexe.
  Il avait émargé une sale note, de ma part. La note minimale pour laquelle je n’aurai pas de rapport à fournir, une note mauvaise mais discrète, je ne pouvais pas mieux faire pour lui. Il ne m’en avait même pas voulu. Tout lui semblait cohérent entre sa note, le travail qu’il rechignait à fournir, son activité, ses absences et ses retards...

 

 

à suivre dans Police Mon Amour

 

Partager cet article

commentaires

Sam 10/06/2010 18:47


On en connaît tous un je pense. A la fois insupportable et attachant. Et ce ne sont pas forcément des anciens. L'ennui c'est qu'ils ont l'air tellement peu concernés par leur travail qu'ils en
deviennent des boulets à traîner. Et ça finit par déteindre sur les autres. J'ai souvent une furieuse envie de les attraper par le col et de les secouer mais bon, il y a des gradés pour leur faire
des remarques. Et puis j'avoue, certains moments moi non plus j'ai envie de rien faire.

Pour en revenir à ce que vous disiez Bénédicte, sur le fait que vous ne supportiez pas les suce-boules, c'est plutôt compliqué ça non ? Parce qu'au moment où on parle et qu'on a l'air de bien
s'entendre avec un officier, on passe forcément pour un suce-boule aux yeux des collègues. Alors il faut faire quoi ? Faire semblant de snober les officiers même si on les trouve sympathiques ? Un
suce-boule attend obligatoirement un retour de ses "attentions", je pense que ça doit être la différence entre le suce-coucougnettes et le gardien qui est tout simplement tranquille avec tout le
monde.

Personnellement, ce ne sont pas deux ou trois barettes qui vont m'empêcher de leur dire ce que je pense ni même leur offrir un café et ce même si mes collègues sont à côté. Après tout, si on
commence à se méfier du quand dira-t-on, alors on perd un peu de sa liberté et faire un geste en le calculant ça a un nom : l'hypocrisie.


Marie Poppins 16/09/2008 22:32

J'aime beaucoup cette histoire. Il me semble bien sympathique ce gardien de la paix. Comme quoi sa paresse aura eu du bon.
Et c'est vrai que ça coule tout seul.

le flic 16/09/2008 23:45



Merci Marie Poppins :o)
C'est vrai qu'il était sympa comme tout, ce flicard.
Et comme j'avais aussi quelques foudres de guerre dans la brigade que je commandais, j'avais tendance à faire abstraction de sa presque inactivité !



juliette03 01/09/2008 23:47

Merci pour vos renseignements..J'essaierai d'être vigilante à l'avenir..Mon ordi se bloque parce qu'il est pourri..Non, je ne surfe pas sur internet avec mon petit fils et c'est bien dommage...Je ne les vois pas assez...

J'ai oublié de commenter l'article..Comme quoi, faut se méfier même des flics endormis...J'aimerais bien voir le visage de la femme maintenant..

ps : je viens de lire à mon mari mon com..Il est outré par mes propos et veut me montrer à l'instant ce qu'est une brouette retournée...Nomého, il va me montrer ce que c'est un vrai homme...Ha, haaaaaaaaaaaaa.

le flic 01/09/2008 23:58



Et bien, il me reste à vous souhaiter une très bonne nuit.
(et un peu de repos demain pour atténuer les courbatures)



GreG 01/09/2008 20:05

Quelle anecdote dis donc, mais comme le chantait si bien David Bowie :

"Oh we can be Heroes
Just for one day"

le flic 01/09/2008 21:15



Dans la police, nous on dit que les héros, il y en a plein les cimetières.



alex 01/09/2008 15:22

coucou je fais mon inculte et te demande juste ce que c est que le 3 1/2 4 stp...pour ma culture perso...merki bisous. Alex qui est dans le train pour rennes et s emmerde...oisiveté terminée bientôt la rentrée :p

le flic 01/09/2008 15:28



Coucou Alex chou,
J'peux pas te dire, t'es trop jeune.
:D



"Sans la police,
tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre."

Henri Jeanson, pataphysicien

« Le Flic de Bénédicte Desforges séduit avant tout par sa sensibilité à fleur de peau, sa révolte et sa tendresse. »
Lire
« La révélation du printemps »
Le Nouvel Observateur
« Avec sa fougue guerrière, sa rectitude et sa grande gueule, on irait bien au feu avec elle. »
Les Inrockuptibles

Police Mon Amour

« B.Desforges [...] récidive avec Police Mon Amour, dévoilant le quotidien des flics de base. Au fait, qu'en pense son ministre de tutelle, Brice Hortefeux ? »
France-Soir février 2010
chronique du livre [lire]
par Philippe Sage
« B.Desforges a osé écrire tout ce qu'on n'ose pas dire dans la police... »
France inter
« Chroniques poignantes. Une femme flic qui raconte magnifiquement, et dans un style époustouflant, son quotidien. On est happé. »  Biba

FLIC-BD

Mis en images par Séra, Flic est une adaptation en bande dessinée du livre éponyme de Bénédicte Desforges, publié en 2007 et immédiatement devenu un succès de librairie. Dans cette série de récits courts directement inspirés de son expérience et de son parcours de policier, elle brosse un saisissant portrait de ce métier complexe, en prise directe avec toutes les expressions, souvent contradictoires, de la condition humaine... note de Casterman [lire]

France info  Le livre du jour :

rechercher

 

 

 

undefined

banner Banksy ©