Mercredi 3 octobre 2012 3 03 /10 /Oct /2012 01:01

 

 

  Brigadier,

  Je vous dois un aveu.
  Je n’ai jamais osé vous le dire, les autres non plus d’ailleurs, mais si quelqu’un vous en avait parlé, plus rien n’aurait été pareil.
  Il fallait que vous ne le sachiez pas. Jamais. Ce qu’on faisait dans votre dos. À votre insu. En fait, il n’y avait bien que vous à ne rien savoir de notre trafic, à mi-mots et par clins d’œil, à voix basse, en rires étouffés, toujours derrière vous, mais jamais loin de vous.
  Des échanges clandestins dans les vestiaires, en fin de service, ou dans un car Police-secours tout simplement, pliés en quatre, ils passaient de main en main, de poche en poche, subtilisés, détournés, et ensuite discrètement rangés, dans le vrac ou la chronologie, avant d’être à nouveau montrés, partagés.
  Brigadier, il faut que je vous le dise, sans plus attendre.
  Que je confesse ce secret, je n'en suis pas particulièrement fière... 
  Nous avons passé des mois, des années, à photocopier vos rapports d’intervention, et à les collectionner.
  « Tu as celui du 15 avril ? Tu sais, l’incendie avec deux morts…
  - Oui je l’ai. Tu ne l’as pas ? Dommage pour toi, collègue. Un grand moment de bonheur, cet incendie.
  - Fais-moi une photocopie, déconne pas, et je te filerai les constatations d’accident du mois dernier, celui de la porte de Clignancourt.
  - Tu as réussi à l’avoir, celui-là ? Fantastique, c’est une rareté, ça fait des jours que je le cherche ! » 
  Voilà Brigadier, ça se passait comme ça. Vous écriviez, nous vous lisions, nous voulions vous relire, vous donner à lire, et nous archivions. Une véritable manie, vous dis-je. Et contagieuse à la mesure du nombre de vos lecteurs. 
 
  Et ce soir ils sont tous là, vos rapports, ici, sous mes yeux, les plus anciens sont dactylographiés. Je les avais tous conservés dans une chemise en papier, vous savez, ces dossiers jaunâtres, la couleur dominante de l’administration, ce jaune pisseux comme les murs des couloirs de la préfecture.
  Je les ai retrouvés vos rapports, Brigadier, et ils m’émeuvent.
  Je les lis, et j’en ris et j’en pleure en même temps. Je fais attention quand même, pas de larmes sur les copies carbone, ça les effacerait.
  J’en pleure parce que ces rapports de vos interventions, vos affaires sans suite, vos comptes-rendus, ils sont vieux comme mon passé de flic, et que j’y ai retrouvé bien du monde. Des noms, des mots, des heures de nos vies qui avaient dû se fossiliser dans un coin perdu de ma mémoire.
  Et puis surtout, il y a votre style, Brigadier, votre style inimitable et magistral. Votre plume de poète, celle qui s’obligeait à rendre compte de tout, d’absolument tout, et pour de vrai. De toujours trop pour un rapport administratif dont le format et les habitudes minimalistes, dans le fond et dans la forme, explosaient de la densité de vos émotions traduites, et de vos mots inattendus mais si précisément choisis, vos phrases merveilleusement tournées, sans faute et avec une maîtrise hors norme de la langue française.
  Mais dans un style… si peu policier.
 
  Brigadier, peut-être vous rappelez-vous qu’un jour, vous avez rendu compte d’une escarmouche de mots ubuesque entre agents hospitaliers et fonctionnaires de police à propos d’une clocharde qui ne pouvait rentrer seule chez elle parce qu’elle était pieds nus. Vous aviez indiqué en objet du rapport des jeux de massacre sur le compte de l’humanité pour une fin inavouable de rentabilité hospitalière. Tout était dit. 
  Une autre fois, ailleurs, vous dites au passé simple avoir été accueilli par des gestes inélégants sinon rustres, et vous choquez de l’allure d’adjudant plastronnant devant ses ouailles d’une femme qui vous avait demandé votre matricule et menacé de tracasseries.
  Vos mots désuets étaient un régal, une leçon, même. Vous ne disiez pas avoir été insulté, mais avoir eu affaire à quelqu’un de fort mauvaise volonté, qui déclamait à l’aide d’une terminologie particulière aux bas-quartiers. Sous votre plume, le banc de la Police-secours devenait une molesquine. Une finesse d’action et d’effet de scène étaient une tentative de rébellion. Savoureux aussi quand vous interpelliez :
« En l’abordant avec les reflexes de gens rompus à ce genre d’exercice, ce personnage au comportement sujet à équivoques nous a apostrophés en ces termes : Qu’est-ce que vous venez me faire chier, etc… »
  Comprenez-nous Brigadier, il nous fallait garder des échantillons de votre prose. C’était trop rare, c’était trop beau.
  Et ce spectacle d’un autre monde, cette vieille aux ongles en deuil, seule dans sa pestilence, vêtue de haillons, hirsute, fagotée d’un reste de dignité… avec vous, elle redevenait splendide.
  Vous aimiez l’humain avec un grand H, Brigadier, je l’ai vite compris, et vous étiez un tendre, déclinant le respect aux temps rares de la conjugaison, et attentif au bien-être de vos effectifs. Et là encore, vous n’hésitiez pas à prendre la plume. Vous usiez de mots forts, imparables, de ceux qui faisaient réfléchir après l’étonnement, vous parliez d’humanité, de service public et d’intérêt commun pour oui ou pour un non, vous en appeliez à la responsabilité de la hiérarchie, vous mettiez toujours des majuscules à Gardien de la Paix à propos desquels vous écriviez qu’ils portaient l’héritage d’une situation hybride, et que leurs missions n’étaient pas une sinécure.
  Brigadier, votre plus belle conclusion de rapport, contresigné par moi sans aucune hésitation, fut certainement celle-ci :
  Si telle est la volonté (que la nave va), ne nous demandons pas ensuite pourquoi le Torre Canyon s’écrase sur les côtes bretonnes.
  Le peu d’intérêt que nous portons aux nôtres se mesure à l’aune de ce détail.

  J’ai moi aussi, tenté un mode expérimental de rédaction de rapports administratifs, et j’ai bien pensé à vous.
  J’ai raccourci les formules coutumières et supprimé les révérences, et j’ai soigné le contenu jusqu’à l’enflure rhétorique comme pour en faire une sorte d’assommoir à chefs.
  Un jour, alors que j’appelais au secours, que plus rien n’allait droit autour de moi, j’ai écrit qu’en regard du service où j'étais affectée, Police Academy faisait figure de tragédie grecque. Et j’ai transmis la chose au préfet de police.
  J’ai été mutée sans ménagement dans la semaine qui a suivi.
  « Dans l’intérêt du service » qu’ils ont écrit sur l’arrêté…

  Brigadier, nous avons eu en commun l’amour des mots, et la facétie de la métamorphose des formules et formulaires. Nous avons connu le pouvoir plus ou moins heureux des mots.
Et on n’a pas toujours eu l’honneur de
  Les paroles s’envolent souvent, c’est leur lot, mais vos écrits sont restés, solides et définitifs sur du vrai papier.
  Et j’ai été fière et comblée d’être votre officier.

 

TO18H

 

 

récit extrait de Police Mon Amour 2010

Publié dans : chroniques d'un flic ordinaire
0 réactions
Retour à l'accueil

"Sans la police,
tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre."

Henri Jeanson, pataphysicien

« Le Flic de Bénédicte Desforges séduit avant tout par sa sensibilité à fleur de peau, sa révolte et sa tendresse. »
Lire
« La révélation du printemps »
Le Nouvel Observateur
« Avec sa fougue guerrière, sa rectitude et sa grande gueule, on irait bien au feu avec elle. »
Les Inrockuptibles

Police Mon Amour

« B.Desforges [...] récidive avec Police Mon Amour, dévoilant le quotidien des flics de base. Au fait, qu'en pense son ministre de tutelle, Brice Hortefeux ? »
France-Soir février 2010
chronique du livre [lire]
par Philippe Sage
« B.Desforges a osé écrire tout ce qu'on n'ose pas dire dans la police... »
France inter
« Chroniques poignantes. Une femme flic qui raconte magnifiquement, et dans un style époustouflant, son quotidien. On est happé. »  Biba

FLIC-BD

Mis en images par Séra, Flic est une adaptation en bande dessinée du livre éponyme de Bénédicte Desforges, publié en 2007 et immédiatement devenu un succès de librairie. Dans cette série de récits courts directement inspirés de son expérience et de son parcours de policier, elle brosse un saisissant portrait de ce métier complexe, en prise directe avec toutes les expressions, souvent contradictoires, de la condition humaine... note de Casterman [lire]

France info  Le livre du jour :

c'est vous qui le dites

rechercher

 

 

 

 

 

undefined

 

banner Banksy ©

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés