Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 03:21

 

le parc

 

  Si on ne l’avait pas vue, on n’aurait rien su.
  Une petite fille sur une bicyclette, qui pédalait à perdre haleine sur le chemin qui longeait le parc. Elle devait avoir une dizaine d’années...

 

 

à suivre dans Police Mon Amour

 

Partager cet article

commentaires

Marie Poppins 16/09/2008 22:22

Evidemment, c'est vous. Désolée pour cette question, j'avais d'abord pensé que votre livre était présenté sur ce site comme un coup de coeur pour un auteur de roman policier. Un livre que je vais d'ailleurs m'empresser de découvrir.

le flic 16/09/2008 23:38



Non, ne soyez pas désolée pour cette question, c'est sympa !
Bah oui, c'est mon "oeuvre" unique, ce FLiC...
Bonne lecture, Marie Poppins !



Marie-Poppins 16/09/2008 21:13

Ce texte est super bien écrit, il tient en haleine. Ce type les méritait bien ces injures.
Est-ce vous Bénédicte Desforges ? Si oui je crois que je vais m'acheter votre livre. Merci pour ce blog.

plume 15/09/2008 14:04

L'aspect social et bien pensant du "ces hommes sont malades" est facile. Bien sûr chacun a droit à des soins, à son intégrité, au respect... Mais sérieusement, ayant travaillé longtps avec des enfants et sachant au combien ils s'abiment facilement, je ne sais pas comment humainement on peux avoir une autre réaction que la tienne...

le flic 15/09/2008 22:17



Merci Plume.
Si on peut envisager le déséquilibre mental, l'exercice est assez difficile dans l'instant du flagrant délit, ET en presence d'une victime. Le bien-pensant a parfois du mal à comprendre
ça, parce qu'en se nourrissant de littérature et de jolis mots d'intellos, il lui manque un paquet de "sensations"...
Et puis merde, chacun son taf, le mien ne me fait pas honte. :o)
Bonne journée !



ohlebeaujour 16/08/2008 17:46

@ thierry F

je viens défendre Bénédicte qui ne fait que raconter, elle est dans le témoignage, le récit avec sa vérité et des mots qui choquent OUI, mais je suis homo et ça ne m'a posé aucun, mais alors aucun problème
IL NE FAUT PAS TOUT MELANGER
soit 1/ tu t'identifies et tu as subi ce genre d'insultes mais tu devrais avoir l'intelligence de prendre de la distance par rapport à cette histoire qui n'a rien à voir avec toi
2/ tu t'insurges contre tout ce qui ressemble de près ou de loin voire de très loin à une insulte homophobe, et là... tu as du boulot devant toi

bref tout ça pour dire que l'expression existe

je vais même te dire une chose: à titre de plaisanterie, j'ai demandé à Bénédicte de me traiter de "sale pédé" sur un tchat pour voir les réactions, eh bien figure-toi que malgré mon insistance, elle a refusé

CQFD

on ne va pas en faire en fromage tout ça parce que TU es homo, moi aussi... et alors?

Carole 16/08/2008 15:55

Bonjour Bénédicte !

Je remercie le hasard : grâce à Eolas, j'ai atterri sur votre blog, il y a 10mn.

Rewind :

J'ai acheté votre bouquin il y a plusieurs mois de cela, encore par hasard (ce genre de document n'est jamais mis "en avant" chez les libraires. Faut aller les chercher dans un rayon à part...) Et j'ai beaucoup aimé ces tranches de vie. Avec cette notion aïgue de "merde, c'est pas vrai ? C'est pas possible...Elle en rajoute là..."
Je ne doute absolument pas de votre sincérité, et de la réalité (parfois bien glauque) de votre boulot.
J'ai pris une bonne baffe après cette lecture.
Y a 1/4 d'heure, une de plus. Je viens de lire l'article de cette fillette à vélo.
Je vous retrouve telle que dans votre bouquin.
Continuez à écrire. A décrire. Avec toute cette fougue et cette urgence.
Merci ;)

"Sans la police,
tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre."

Henri Jeanson, pataphysicien

« Le Flic de Bénédicte Desforges séduit avant tout par sa sensibilité à fleur de peau, sa révolte et sa tendresse. »
Lire
« La révélation du printemps »
Le Nouvel Observateur
« Avec sa fougue guerrière, sa rectitude et sa grande gueule, on irait bien au feu avec elle. »
Les Inrockuptibles

Police Mon Amour

« B.Desforges [...] récidive avec Police Mon Amour, dévoilant le quotidien des flics de base. Au fait, qu'en pense son ministre de tutelle, Brice Hortefeux ? »
France-Soir février 2010
chronique du livre [lire]
par Philippe Sage
« B.Desforges a osé écrire tout ce qu'on n'ose pas dire dans la police... »
France inter
« Chroniques poignantes. Une femme flic qui raconte magnifiquement, et dans un style époustouflant, son quotidien. On est happé. »  Biba

FLIC-BD

Mis en images par Séra, Flic est une adaptation en bande dessinée du livre éponyme de Bénédicte Desforges, publié en 2007 et immédiatement devenu un succès de librairie. Dans cette série de récits courts directement inspirés de son expérience et de son parcours de policier, elle brosse un saisissant portrait de ce métier complexe, en prise directe avec toutes les expressions, souvent contradictoires, de la condition humaine... note de Casterman [lire]

France info  Le livre du jour :

rechercher

 

 

 

undefined

banner Banksy ©