Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 12:51

le début

 

  Le débat prend de la hauteur, c’est magnifique.

  Hier, j’ai (on a) balancé un pavé dans la mare des us et coutumes des blogs.
  Je me suis insurgée contre l’utilisation de mots foireux dans un blog, mots susceptibles de drainer un public plus que foireux via les requêtes Google.
  Le blog collectif en question (puisque c’est comme ça qu’il se définit) qui colle donc le mot "nu" dans chaque titre d’article, a malencontreusement dérapé, comme vous avez pu le lire dans ce qui précède. Ce n’était pas intentionnel de la part de l’auteur, ce que je veux bien croire, SAUF QUE : avec une telle maîtrise des mots-clés générateurs de trafic, ET en étant plusieurs à se servir de cette manipulation - qui équivaut, ni plus ni moins, à truquer les urnes des sites de classements - personne ne s’est rendu compte de la gaffe. Ça, c’est tout de même révélateur du fait que certaines priorités dans la pratique des blogs font perdre tout sens commun.
  Je n’accuse personne de pédophilie, ne me faites pas dire ce qui n’a pas été dit, je dénonce une pratique débile, déviante et casse-gueule.

  Parce qu’au finish, retournement de situation : ce sont les ignobles dénonciatrices qui voient le mal partout, et font des procès en sorcellerie, qui sont copieusement insultées, et qualifiées de perverses. Salopes qu’on est, va…
La perversité étant l’art, pour celui qui la provoque, de faire basculer une situation, et de prendre le statut de victime (toujours plus confortable pour accuser son chien de la rage) c’était bien tenté, mais ça ne prend pas.

  Donc, toute une partie de la blogosphère outragée se met à défendre bec et ongles, l’existence de ce blog si drolatique et nu à chaque page. Voilà donc les options qui sont offertes à ceux qui n’ont vraiment rien compris aux blogs :

- Un blog utilisant le mot "nu" dans chaque titre est en fait une entreprise d’utilité publique destinée à détourner le lectorat médiocre et voyeur vers des sites à haute teneur qualitative, et lui délivrer un message.
- Un blog utilisant le mot "nu" dans chaque titre est une stratégie de la gauche pour déstabiliser la droite et lui piquer son potentiel électoral.
- Un blog utilisant le mot "nu" dans chaque titre n’est qu’un jeu, une parodie de buzz. Chacun use de son temps comme il lui plait, là-dessus il n’y a rien à dire.
- Un blog utilisant le mot "nu" dans chaque titre ne génère pas plus de trafic pour autant, c’est un jeu combien de fois faudra-t-il le répéter.
- "enfnats" + "nsu" n’a aucune connotation pédophile, puisqu’on naît nu, et je me suis même laissée dire que certains enfnats se mettaient nsu avant d’aller au bain. C’est dingue.
- On peut mettre "nu" dans chaque titre, monter dans les classements de blogs grâce à ça, mais se foutre des classements en même temps. C’est ce qu’on appelle faire la part des choses.
- On peut également s’inscrire sur tous les sites de référencement, cloner ses productions bloguesques un peu partout, et rester indifférent à la visibilité que ça procure. Ça s’appelle de la modestie. Ou de l’humilité.
- La dénonciation de l’utilisation délibérée des mots "enfatns" + "nsu" n’est que la manifestation de l’explosion préméditée d’un abcès de jalousie de deux blogueuses qui écrivent comme des merdasses à l’encontre de futurs prix Nobel de littérature.

Dernières précisions :
- Je me fous des classements, je suis d’ailleurs mal classée sur Wikio et Technorati, et je ne fais rien pour améliorer mon score.
- Les gens qui viennent lire ce blog sont pour une bonne partie des non-blogueurs, et c’est pourquoi j’espère ne plus être tentée de rédiger des articles tels que celui-ci, parce que franchement ils doivent trouver ça totalement surréaliste.
- Si je modère les commentaires, ce n’est pas pour brider la liberté d’expression, mais pour protéger mon blog de propos qui pourraient entraîner sa fermeture. Je rappelle que je suis encore fonctionnaire de police. Pour info, la plupart des blogs de flics sont modérés. S’il y en a qui ne pigent pas pourquoi, tant pis.
Et comme ce blog n’a pas non plus vocation (c’est mon choix) d’être un forum ou un tchat, ce n’est pas plus mal. Donc, excusez-moi de ne pas valider les commentaires et y répondre (ou pas) en temps réel.
- On me fait la remarque qu’au lieu de remuer la merde, je ferai mieux d’avoir une action concrète. Là je réponds que j’ai probablement été utile à plus de mineurs que la plupart des militants du virtuel ne le serait en toute une vie. Mais comme je ne répands pas mes bonnes actions sur ce blog, on ne pouvait pas savoir. Un café ?
- Pour répondre à je ne sais plus qui, oui peut-être qu’on s’ennuie ici. Moi pas en tout cas. Ce blog est exactement ce que je veux qu’il soit. Pour les lecteurs de passage, libre à eux de passer au blog suivant, je n’oblige personne à la fidélité. Pour ceux que mes histoires ne gavent pas, ils sont environ 800 par jour et lisent une moyenne de 4000 pages par jour, voilà comme ça vous savez tout. Je sais, ce n’est pas énorme mais ça aussi ça m’est égal. (900 hier, qui dois-je remercier ?)
- Renseignement pris auprès d’un officier de l’OCLCTIC (Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l’Information et de la Communication) une prochaine utilisation de ce genre des mots "enfnats nsu" ou quelque chose d’approchant fera l’objet d’un signalement sur ce site : http://www.internet-mineurs.gouv.fr/

   [edit 13 juin]
   Conclusion :
  Je n’accuse personne de pédophilie, ne me faites pas dire ce qui n’a pas été dit, je dénonce une pratique débile, déviante et casse-gueule : celle de l’utilisation et de l’association de mots-clés susceptibles d’attirer un public internaute pédophile.
  Et qu’à défaut d’être intentionnel, ce procédé n’en reste pas moins blâmable, au même titre que l’imprudence ou la négligence le sont.
  L’intention est même accessoire dans le résultat de l’emploi (à défaut de finalité de l’emploi) parce que si j’écris Untel attend des enfnats nsu, les moteurs de recherche - qui ne font pas d’analyse qualitative des sites qu’ils parcourent - ne s’arrêtent que sur les deux derniers mots, ceux de la requête.
  Qu’il s’agisse d’un fait délibéré ou d’une maladresse, je parle de vigilance et de responsabilité.



Affaire suivante.

 

 

Partager cet article

commentaires

Dom 11/06/2008 21:56

Dorham

Je n'ai fermé les commentaires que pour éviter à la cohorte des aboyeurs dont vous faites partie de venir continuer une discussion qui me parait close, j'ai donné mon point de vue, vous avez donné le vôtre, vous voulez quoi de plus ? A part jouer à qui à le plus de copains, qu'on s'assoie et qu'on fasse tourner le joint ?
Je ne sais pas si je dois me "reprendre", ou "grandir", en tout cas, je n'ai certainement pas de leçon de courage, ou de quoi que ce soit d'autre d'ailleurs, à recevoir de vous.

Didier Goux est une personne que je respecte, ne le mêlez donc pas à cela, merci.

Pour le bonjour à Madame dans ma réponse, il me semble dans la mesure où celle ci écrit un article sur moi, que c'était bien le moins que je pouvais faire. La saluer.

Ah, et pour finir, je ne maîtrise pas l'art de la discussion comme vous semblez si bien le faire, que voulez vous, je ne suis qu'une simple décérébrée, grognasse et vendue à la délation, en plus, je manque de temps. Donc, je ne vous répondrai plus, à vous qui semblez si terriblement concerné par cette histoire que vous écriviez sur toute la blogobulle pour dénoncer notre vilenie.

le flic 12/06/2008 02:09



Ne te justifie pas Dom.
Tu as tout dit, on a tout dit, ils ont tout dit, et maintenant ils pérorent en rond.
Il y a même le Bobby qui a détecté du fascisme larvé :D
(je voulais d'ailleurs te demander si tu avais vendu du beurre aux Allemands dans les années quarante, parce que je veux savoir avec qui je pars en croisade toudmême...)
Vu de l'extérieur, c'est outrageant je t'assure. Le monde des blogs marche sur la tête.
Pour mémoire Dom, à Romans on a fait "rien que de parler de gens célèbres" parait-il. Et tu sais de quelles célébrités on a parlé ? Ron l'infirmier et Brad-Pitt Deuchfalh ! CQFD (et ptdr)

COMMENTAiRES FERMéS



Bernard 11/06/2008 21:18

Je ne sais pas si FLiC est le bon endroit pour régler ses comptes entre blogueurs. Du bitume on est passé au far west.
Je dois être un des rares non-bloggueurs à vous suivre dans votre déchirement, mais j'imagine que l'immense majorité de tes lecteurs n'a ni l'envie, ni les connaissances techniques pour vous comprendre.

Ne saborde pas ton blog BéNé.

le flic 12/06/2008 00:31



Tu as raison Bernard.
Je coupe les commentaires sur ce sujet.
La discussion et l'auto-absolution pourront continuer ailleurs entre gens en osmose de pensée.
Je t'embrasse :o)
Merci.



Manou 11/06/2008 21:12

Oui, mais à deux vous arrivez peut-être à réunir deux hémisphères cérébraux ??

Oui c'est ce que je pensais jusqu'à hier !!!
Sauf que je suis (indirectement certes) au coeur de la vindicte.
Puisqu'un billet signé Dom et des commentaires de ma part exacerbée par l'effet vengeur du fan club de Balmeyer ont fait l'objet de billets injurieux à notre égard !
Par conséquent je persiste et signe, Dom et moi même semblons être unicérébrales !!
Les prises de position de l'une étant associées de fait à l'autre !

Si ces gens voyaient nos bulletins de vite ils seraient profondément déçus... mais ceci est une autre histoire ;o))

le flic 12/06/2008 00:26



Quand on écrit trop vite, on écrit "vite" au lieu de "vote".
Fasciste, va...
:D



Al 11/06/2008 20:12

Je n’avais pas, absolument pas, l’intention d’entamer la moindre polémique. Je ne te connais pas assez, et je ne comprends pas ta démarche. Point.
Mais je suis fidèle en amitié. Qu’elles soient de longue date, envers des gens que j’apprécie et respecte, ou qu’elle ne soit que sympathie récente : sinon, je n’écrirais pas ici.
Mais tu ne veux écouter personne. Sauf ceux qui tirent dans le même sens que toi.

Mais me traiter de suiveur ! Alors là !!
C’est sûr, ceux qui me connaissent savent que je n’ai aucune personnalité !

Maintenant en réponse à tes douces petites vacheries.
Non, je ne fais aucun amalgame. J’ose. La morale pudibonde a aujourd’hui trouvé le créneau de la pédophilie. Le pied ! Les pédophiles sont des malades. Ou des pervers. Ou les deux. Mais ce n’est pas la morale qui éradiquera le phénomène. Mais un travail beaucoup plus sérieux.
Et ce ne sont pas des mots clés qui attirent les malades et les pervers. Mais ces derniers qui sont là, toujours, et dont les requêtes puantes polluent les blogs les plus sérieux. Faire semblant de croire le contraire, c’est leur laisser le champ libre.
L’histoire de mon IP ? Tu me prends pour qui ? Ancien informaticien, à titre d’info. (Mais ma découverte de l’univers bloguesque est récente…)
Mes deux blogs ? Je croyais t’avoir expliqué. Justement, je me refuse, tant que je peux, à faire le lien entre les deux. Tu es dans l’environnement « AL ». J’essaye de ne pas mélanger. Innocemment. Gentiment. Je joue à écrire. Je ne fais pas la guerre.
Pas merci d’avoir mis le doigt dessus.
Mais la gentillesse… Tu sais ce que c’est ? Le respect. Ça existe.

le flic 12/06/2008 01:55



J'adore l'adéquation de l'expression "morale pudibonde" avec le sujet.
Si si, c'est très fort.
ET TRES VICELARD de nous faire passer pour des coincées du fion sous prétexte qu'on s'insurge qu'un tag attrappe-pédo traîne quelque part sur internet !!!
Non mais vous êtes tous tarés ou quoi ?? Il n'a pas fait gaffe, ok ! il se référence trop partout pour penser à tout effacer, ok !
Vous pensez "blogs", vous vivez "blogs", vous bouffez "blogs", c'est parfait. Mais l'internaute pourri qui traque de la photo dégueulasse, et bien il s'en bat les couilles que ce soit un bon
père de famille qui perde son temps à lâcher des titres foireux sur un blog pour le fun ! Il surfe lui, il bouffe de la bande passante lui, pour son plaisir. Et baliser sa route, qui que ce soit,
quelque soit l'intention, je trouve ça tellement, mais tellement débile, nuisible...
Et c'est ça que tu ne piges pas ? tu préfères me parler de toi ? mais je m'en fous du pourquoi du comment tu blogues, je te parle d'autre chose.
Alors tu sais quoi ? après être déjà venu me faire chier sans crier gare parce que j'avais lu ta prose sans commenter (mon pov' quel drame) tu vas ramasser tes leçons de "morale", de
gentillesse et de respect, et retourner au roman de ta vie.



Dorham 11/06/2008 19:59

Mais comprends bien, je m'en fous de te "secouer" ou pas. Je relève juste que tu joues un personnage et que ça ne fonctionne pas, ça sonne faux. Maintenant, il est clair que je ne cherche même pas à faire de comparaisons de blogs, je suis pas à 60 millions de consommateurs.

A un moment donné, tu pourrais baisser ton masque, virer tes expressions à la manque d'ados en manque de reconnaissance et admettre que ton jugement est hâtif. Ce serait de l'intelligence et du bon sens.

Encore, une fois, ton billet du dessus n'est guère qu'une justification de la légitimité de ton blog. Quant aux blogueurs qui passent leur temps à crâcher sur les classements, j'ai compris d'expérience que c'est précisément ceux qui ont un problème avec le leur.

J'en connais des blogueurs qui s'en battent. Ils n'en parlent tout simplement jamais. Ni en mal ni en bien. Ils s'en foutent. Point.

Et si en effet un blogueur s'était consciemment laissé aller à ce que vous prétendez (là j'inclue ta cop's), le simple bon sens eut été d'ignorer ce genre de comportements finalement plus stupide que réellement dangereux. Car qui est dangereux dans l'affaire ? Un mec qui rédige des titres scabreux ? Ou le pédophile derrière son écran ?

Donc, j'en conclue fatalement que votre attaque n'est pas honnête, tout comme cela n'est pas honnête de ne relever parmi vos contradicteurs que celui (je ne sais même pas qui ni où) qui vous a toutes les deux traitées de "grognasses"...

Beaucoup de commentaires ici ou ailleurs tentent de vous appeler à un peu plus de raison. Votre seul argument, c'est la présomption. C'est tout, et vous persistez. Ailleurs, ta copine est moins courageuse et endurante, elle a fermé ses commentaires. Vous déclenchez une polémique et vous fermez le ban. En plus d'être malhonnête, bornée, vous êtes en plus un peu couardes...

Et elle finit sa réponse par "on a les commentateurs qu'on mérite. Bonjour à ta femme"... C'est presque surnaturel de bêtise et de méchanceté.

Didier Goux a dit "reprenez vous". Moi, je dirai plutôt : "il est temps de grandir maintenant"...

Allez, je vous laisse dans votre petit polar imaginaire dont vous êtes la reine.

le flic 12/06/2008 01:20



Tes longueurs argumentaires et tes pirouettes entre mauvaise foi et supputations m’ennuient, et je n’ai pas envie de paraphraser ce que j’ai déjà dit.
Tu fais celui qui ne comprend pas, s’offusque de tant de brutalité, d’injustice, de haine (!). Tu mélanges tout, tu débarques et tu parles de masque et de personnage, c’est de la pure mise en
scène.
Je parle de déviance des blogs dans leur course à la visibilité (cas général et pas particulier du blog visé), et tu réponds, sur le principe de c’est-çui-qui-dit-qui-y’est, que c’est moi qui ai
un problème avec le classement. Et la reconnaissance.
Réfléchis deux secondes, ou essaye de deviner pourquoi, et rentre dans ton crâne que je suis peut-être bien la seule ici qui n’a de problème, ni de reconnaissance, ni de classement de blogs. Plus
clairement, je n’ai même pas besoin de m’en préoccuper. Encore plus clairement, le seul classement qui ait pu m’intéresser a été celui des chiffres de vente de mon livre, et je n’ai pas été
déçue, loin de là.
Le seul argument est la présomption ? NON, c’est le constat d’un titre qui traînait encore sur internet jusqu’à hier. Sans quoi, ça faisait deux semaines qu’on avait oublié ce truc-là puisque
pour nous il n’existait plus.



"Sans la police,
tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre."

Henri Jeanson, pataphysicien

« Le Flic de Bénédicte Desforges séduit avant tout par sa sensibilité à fleur de peau, sa révolte et sa tendresse. »
Lire
« La révélation du printemps »
Le Nouvel Observateur
« Avec sa fougue guerrière, sa rectitude et sa grande gueule, on irait bien au feu avec elle. »
Les Inrockuptibles

Police Mon Amour

« B.Desforges [...] récidive avec Police Mon Amour, dévoilant le quotidien des flics de base. Au fait, qu'en pense son ministre de tutelle, Brice Hortefeux ? »
France-Soir février 2010
chronique du livre [lire]
par Philippe Sage
« B.Desforges a osé écrire tout ce qu'on n'ose pas dire dans la police... »
France inter
« Chroniques poignantes. Une femme flic qui raconte magnifiquement, et dans un style époustouflant, son quotidien. On est happé. »  Biba

FLIC-BD

Mis en images par Séra, Flic est une adaptation en bande dessinée du livre éponyme de Bénédicte Desforges, publié en 2007 et immédiatement devenu un succès de librairie. Dans cette série de récits courts directement inspirés de son expérience et de son parcours de policier, elle brosse un saisissant portrait de ce métier complexe, en prise directe avec toutes les expressions, souvent contradictoires, de la condition humaine... note de Casterman [lire]

France info  Le livre du jour :

rechercher

 

 

 

undefined

banner Banksy ©