Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 02:52

 

  La blogosphère vient d’être secouée – une fois de plus – par un fait d’une importance capitale, la publication dans le magazine Challenges de blogs champions dans leurs catégories, selon l’appréciation d’un jury. La belle affaire… Passons sur qui ils sont, et de quoi ils parlent, ça on s’en fout, et ce n’est pas ce qui m’amène. Le magazine a déterminé cette sélection sur la base d’une liste et d’un classement établi par le site Wikio.
  Quoi ? Comment ça petit non-initié, tu ne connais pas Wikio ? Clic donc ici va, et rentre dans le monde merveilleux du classement des blogs.
  Wikio classe donc les blogs à l’aide d’un algorithme qu’il a cuisiné pour en faire un outil de comptage et de mesure des citations de blogs sur d’autres blogs. Ce qui est supposé établir l’autorité d’un blog en sa matière (et bien oui, plus on en parle, plus il est intéressant hein). Comme ce n’est qu’un algorithme et pas un vrai cerveau qui fait ça, il arrive que des blogs sans matière, ou faits de matière fécaloïde, soient classés, mais bon, on ne peut pas demander l’impossible à un logiciel.
  Mais le fait est que, suite à ces nominations, certains se sont employés à expliquer ce que serait l’algorithme idéal. Celui qui les propulserait en tête de classement, bien sûr.
  Wikio parle d’influence des blogs.
  Alors là aussi, c’est un sujet maintes fois abordé, qu’est-ce qu’un blog influent, that iz ze question. Mais là encore beaucoup de bruit pour pas grand-chose, parce que l’influence d’un blog dans la, ou plutôt dans une blogosphère, il faut dire que ça pète pas bien loin quand même. Demandez à l’homme de la rue ce qu’il en pense.
  Alors un blog influent finalement c’est quoi ? D’après moi c’est surtout un mauvais choix de mot. Probablement une auto proclamation du premier influent... Alors certes flatteur pour ceux qui s’en prétendent, mais une erreur de vocabulaire. Je préfère parler de popularité. On peut très bien être populaire sur son palier, et même champion de blog des numéros impairs de sa rue.
  Wikio est un sujet récurrent sur un très grand nombre de blogs.
  D’ailleurs, énormément de blogs ne parlent que de blogs, c’est absolument passionnant. Un peu comme une réunion d’artisans qui ne parleraient que de leurs outils, et très peu de leur usage. Certains contenus de blogs ne parlent plus d’un sujet particulier, mais de ceux des autres, la concurrence tiens, de visibilité et de moyens à employer pour augmenter celle-ci.
Mais visibilité de quoi au juste ?
Et visibilité pourquoi ? pour quoi en faire ?
Pour que soient les plus en vue les blogs qui parlent de blogs et de visibilité des blogs ? Marrant, non ?
  Au départ c’est un jeu de penser à Wikio tous les jours, parler de Wikio, et de se dire qu’on va niquer untel et machin au classement. Et puis à force de durer, de se prendre au "jeu", ça finit par ne plus ressembler à un jeu mais à une obsession. Même les simulacres de conversation de bistro perdent en intensité au profit de cette préoccupation, qui d’après la rumeur aurait été susceptible de déclencher d’authentiques duels du temps des courtisans.
  Les egos jouent des coudes, les egos ne reculent devant rien puisqu’il ne faut surtout pas reculer dans le classement de Wikio.
  Et Wikio, c’est comme le dopage, qui a toujours une longueur d’avance sur les tests anti-dopage. 
La faille, c’était l’extrême facilité de créer des liens. Des liens bidons. 
Et de créer de l’audience. De l’audience bidon. À base de polémiques auto entretenues, de titres racoleurs à drainer tout ce qu’internet comporte de voyeurs et de débiles. Et de malades, on y vient…
  Alors comment faut-il faire ?
Il faut donc des liens, un maximum de liens. On peut avoir plusieurs blogs et se citer soi-même, et on peut avoir des blogopotes qui le font à votre place, à charge de revanche bien sûr. On peut mettre plusieurs liens dans un mot, et dix liens par phrase. Etc.
  Des copines blogueuses et moi avons fait le test le mois dernier. Une fois suffisait. Chacune a rédigé un article comportant des liens vers les blogs des autres. On a pris un minimum de 30 points chacune de façon complètement stérile et artificielle. En revanche, on n’a fait aucun effort putassier sur le titre, on a encore un reste de scrupules et d’amour propre.
  Tout ça pour en venir où ?
À un dérapage dont Wikio n’a eu que faire le jour où ils en ont eu vent.
Un de ces blogs factices, un blog-outil ne servant qu’à générer du lien entre blogueurs, un blog qui se voulait être une démonstration, un jeu, mais qui n’en finit pas de durer, à bout d’idées de titres et de tags sans rapport avec son non-contenu, a expérimenté la géniale association des mots "enfnats" et "nsu" en titre. Et je vous passe le détail des tags qui allaient avec… Quoi de mieux pour une audience clean et intéressée ? Vous avez dit pédophile ? Mon dieu non, ce n’est qu’un jeu anodin nous dit-on chez Wikio. Mais ce blog n’existe que pour alimenter les classements en points et est lui-même classé. Blacklist pour ces cons qui se plient à un "jeu" sans aucune limite éthique ? Non, ce n’est pas bien méchant tout ça. Un jeu entre copains…
  Wikio ne récusait donc pas la méthode et admettait de fait que le classement pouvait être faussé par ce genre de manipulation, mais pire, ne se choquait pas plus que ça de voir "enfnats nsu" figurer dans ses pages. Dont acte.
  La visibilité d’un blog, c’est aussi ça… Des blogueur avec une conscience civique, politique, avec des mômes, ça peut aussi jouer avec ça. Avec le public des sites pédophiles pour servir l’addiction à sa propre cote de popularité.
  À propos, vous avez déjà vu un site pédophile ? Ce n’est pas forcément des nmyphettes, c’est aussi des petits de cinq ou six ans en train de se faire encuelr, ça vous parle ça ?  
  Le même article avec ce même titre inadmissible a finalement atterri ailleurs, pour la cause de la visibilité de blogueurs dont l’ambition est aussi grotesque que honteuse.
  Tout ça pour un classement de blogs…
  Bande de connards, pas un de vous, petits joueurs que vous êtes avec ce qu’internet draine de plus odieux, la pédophilie, n’a réagi.
  Vous et vos blogs à ramasser toute la merde du web, pour un faire-valoir illusoire qui ne dupe personne, vous me faites horreur.

Sur le même sujet : ici.

 

la suite...

 

Partager cet article

commentaires

Bôôh 11/06/2008 15:35

Ca me fait penser aux histoires de mecs qui répondent "une bombe" à la douane d'un aéroport quand on leur demande s'ils ont quelque-chose à déclarer. Ca ne porte pas à conséquences, ça ne met personne à danger (tant que ça reste marginal, sinon ça couvre les vrais "méchants", comme dans Pierre et le loup), et ça prend des dimensions phénoménales ! Je ne sais pas si cette association foireuse était volontaire ou maladroitement fortuite, et pour tout dire je m'en moque éperdumment, d'ailleurs si vous ne l'aviez pas relayé je n'en saurais rien. Ce qui est triste avec cet incident c'est que vous ne vous êtes pas posé de question, selon vous c'était forcément volontaire, le hasard malheureux ne peut pas exister. J'ai peur d'y voir la possibilité d'une déformation professionnelle, le fait de croiser des histoires noires tout au long de votre journée faisant oublier que parfois on est innocent, même s' "ils disent tous ça". C'est terrible et j'espère que ce n'est pas le cas, que vous gardez une certaine propension à considérer l'innocence comme possible. Peut-être que je suis ingénu (ingé pour ingénieur et nu pour nu, je ne suis pas très fier de ce jeu de mot, j'avoue ;-) ), peut-être est-ce parce que je n'ai pas l'habitude de croiser la bassesse humaine, mais j'aurais tendance à laisser le bénéfice du doute à cette personne, alors que je ne la connaissais pas contrairement à POLiCE que je lis depuis un moment déjà.

ellie 11/06/2008 14:57

Oui, les blogs sont le reflet de la société : vanité, incompréhension dans une société gagnée par la paranoïa et l'étroitesse de vue.

Je me réjouis d'aimer mon vrai métier de la vie réelle, même s'il est difficile.

Je ne sais pas pourquoi je prends le temps d'écrire ces quelques lignes, peut-être parce que l'injustice m'émeut.

Quoi ? parce qu'on écrit le mot "enfant" et le mot "nu" dans la même phrase, on est mis au pilori ?

Mais dans quel monde vit-on, ma bonne dame ...
Toute cette histoire m'écoeure, heureusement, la vie est ailleurs.

ant. 11/06/2008 14:01

Vous me semblez bien placé(e?) pour parler de méthodes de merde.
l'auteur du blog que vous clouez au pilori a reconnu sa bourde (qu'i n'avait pas choqué grand monde, moi le premier tellement c'était gros, évident et dans le ton de déconade habituel). il a retiré son article.
Vous attendez deux semaines après le retrait de l'article pour l'attaquer par une attaque conjointe avec votre copine de moins de 50 ans, sans même lui laisser la place de s'expliquer.
Ce serait risible si ce n'en était aps franchement dégueulasse. Evidemment, vous présentez l'affaire (si tant est qu'il y a une affaire) sous un angle bien particulier, faisant ainsi croire à vos gentils lecteurs qui ne voient aps plus loin que le bout de leur souris que des agrégateurs comme Wikio sont des sites de merde (je cite "wikio ? inconnu jusqu'ici et je crains de ne pas avoir tout compris au fonctionnement de ce truc.
ce que tu en dis ne me donne pas envie d'aller y voir"). Minable.
Enfin, je suis heureux de constater que les derniers commentateurs semblent partager des avis assez proche. Manitenant, il vous reste à faire amende honorable, au moins aussi honorable que l'a fait notre ami (même si je ne le connais pas perso, oui, ami) Balmeyer. Reconaissez que vous avez voulu vous taper votre petit quart d'heure de gloire en vous érigeant en chevalier blanc de la lutte anti-pédophile à bon compte, en vous cognant à quelqu'un qui ne le méritait pas.
Mais en aurez-vous le courage et/ou l'honnêteté? J'attends de voir, même si j'ai déjà un petit avis sur la question.

Anne (Papilles et Pupilles) 11/06/2008 12:05

Ca me révulse ! Je n'ai pas du tout vu les billets dont tu parles mais heureusement. C à vomir.

Martin P. 11/06/2008 11:42

voilà un article parlant au trois quarts de classements pour les dénoncer et se vantant d'avoir auparavant "joué" à ce qu'il dénonce aujourd'hui.

étant complètement hors "jeu", j'en suis d'autant plus libre pour... ne pas faire de commentaires.

pas là-dessus.

En revanche, il y en a à faire sur le reste: sans discussion, sans précaution, sans renseignement pris, on balance ici des bombes atomiques.

Si la légèreté n'est pas permise, sur le sujet en question, c'est dans les deux sens. L'infâmie est aisée à marquer, beaucoup moins à effacer, et un maniement inconsidéré, par surcroit sur la base d'un article depuis longtemps supprimé, est au moins aussi coupable que ceux qu'on dénonce.

l'article a été dupliqué quelque part? il faut le faire effacer.

Ce qui ressort de cette affaire, c'est que la préméditation reste douteuse pour le premier, et que l'intention de nuire l'est moins pour le deuxième qui le dénonce. Vous avez dit perversité?

"Sans la police,
tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre."

Henri Jeanson, pataphysicien

« Le Flic de Bénédicte Desforges séduit avant tout par sa sensibilité à fleur de peau, sa révolte et sa tendresse. »
Lire
« La révélation du printemps »
Le Nouvel Observateur
« Avec sa fougue guerrière, sa rectitude et sa grande gueule, on irait bien au feu avec elle. »
Les Inrockuptibles

Police Mon Amour

« B.Desforges [...] récidive avec Police Mon Amour, dévoilant le quotidien des flics de base. Au fait, qu'en pense son ministre de tutelle, Brice Hortefeux ? »
France-Soir février 2010
chronique du livre [lire]
par Philippe Sage
« B.Desforges a osé écrire tout ce qu'on n'ose pas dire dans la police... »
France inter
« Chroniques poignantes. Une femme flic qui raconte magnifiquement, et dans un style époustouflant, son quotidien. On est happé. »  Biba

FLIC-BD

Mis en images par Séra, Flic est une adaptation en bande dessinée du livre éponyme de Bénédicte Desforges, publié en 2007 et immédiatement devenu un succès de librairie. Dans cette série de récits courts directement inspirés de son expérience et de son parcours de policier, elle brosse un saisissant portrait de ce métier complexe, en prise directe avec toutes les expressions, souvent contradictoires, de la condition humaine... note de Casterman [lire]

France info  Le livre du jour :

rechercher

 

 

 

undefined

banner Banksy ©