Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 18:43

 



Vidéo dédiée aux saisonniers de la bien-pensance, à ceux qui pensent que c’est fashion d’être bouddhiste, et aux amis d’«Ingrid» parce que si elle s’appelait Maria-Dolores, et qu’elle n’avait pas fait Sciences Po, il y aurait moins de bobos sur la Place des Droits de l’Homme.

 

Partager cet article

Published by le flic - dans trucs en vrac
commenter cet article

commentaires

Salvatore 10/06/2008 17:19

Mais si, vous en déplaise, vous flirtez gentiment avec la Loi de Goldwin. Parce qu'au fond, quelle est votre approche ? Vous voyez un type qui attaque un penseur religieux mais aussi un penseur politique et aussi un communicant avec sa flopée de Spin Doctors en tong. Donc cette personne est forcément laïcarde et un laïcard est forcément un crypto-gauchiste, un infâme bolchevique avec le couteau entre les dents ayant comme ultime objectif que de se faire un pauvre croyant. Je ne traitais pas frontalement vos détracteurs de nazis mais vous flirtez avec la ligne. Ayez au moins le courage de l'admettre.

D'ailleurs, au bout du compte, vous n'en avez rien à foutre de ce que je pense réellement. Vous avez déjà votre opinion sur moi. Je suis probablement un bobo laïcard, avec le coeur à gauche et le porte-feuille à droite. Je suis forcément athée intégriste, de ceux qui font croâ croâ quand il voit un catho passer. J'ai même été de cette France outrée de l'annulation de ce mariage dont tout le monde parle en ce moment... N'est-ce pas ? A vos yeux, je suis bien cela.

Avez vous imaginé un instant, juste un seul instant, que derrière ce pique, il y avait un soupçon d'humour noir ? De cet humour (probablement mauvais) qui entre deux vérités (celui que le Dalaï Lama est un leader plus temporel que spirituel et qu'il est d'un rigorisme que Richard Gere ne soupçonne pas), n'avait comme prétention que de sortir une boutade.
Croyez bien que je suis assez humain pour compatir de la souffrance réelle des gens qui tombent sous les coups de l'APL. Je compatis également pour la souffrance d'une famille qui se voit sans leur mère.
Mais ce qui me désole est toute cette immense hypocrisie, cette compassion superficielle, cette posture de principe qui ne mène nulle part, qui ne gratte que la surface des choses. Devant tant de ridicule sur des choses si sérieuses permettez moi de jouer la carte de l'absurde devant ces pantins.
J'en plaisante pour ne pas en pleurer.

Alors que vous partiez dans vos délires, que vous preniez une de mes phrases que vous la découpiez comme il vous arrange pour la sortir du contexte, que bien vous fasse. Défoulez vous. Mais vous avez cru probablement pouvoir vous faire un laïcard, c'est malheureusement raté.
En fait, vous vous acharnez pour rien... Si vous connaissiez mon éducation, mes amis, mes proches et mes opinions, je parierais même que vous vous sentiriez un peu con (avec tout le respect de façade qui vous tient si à coeur).

Au risque de vous décevoir, je suis un libertaire. Je suis pour une libre expression totale et je vous rejoins sur l'opposition à la Loi Gayssot. Je crois en l'intelligence des gens quand on essaie de s'y attarder un peu. Mais je crois également que la position d'homme de Foi ne doit pas vous protéger de la critique et que toute religion comme toute opinion politique est attaquable sur le fond, sur les propos de leurs leaders. Et j'irais plus loin en disant que je suis un anti-relativiste. Je ne crois pas que toutes les idées et a fortiori toutes les opinions se valent. Et quand un Dalaï Lama fait dans l'esbroufe médiatique, adapte son discours aux Européens et tient un autre discours devant ses ouailles, la liberté d'expression absolue me donne le droit de le dire. Et je ne vois pas où est le manque de respect. Devant une telle malhonnêteté intellectuelle, mes propos aussi sarcastiques soient-ils ne sont en rien un manque de respect mais l'engagement d'un débat au pire.

Quant à Montaigne, effectivement mea culpa. Au vu de l'heure et ma fatigue du moment, j'ai fait un lapsus des plus révélateurs. Je ne voulais pas parler de libéralisme mais d'humanisme.
Je suis avant tout un humaniste. Mais le libéralisme politique comme l'humanisme est une éthique, du moins devrait l'être.

Sinon je ne porte aucun étendard. En général, ceux qui portent les étendards le font pour planter le drapeau en haut d'une colline, en ayant pris soin d'écarter tout obstacle entre le drapeau et le haut de la colline.

Sinon soufflez un peu monsieur Harald, l'aigritude vous guette. Je trouve que vous vous emballez un peu vite et vous jugez rapidement à la mode des tribunaux d'exception... Rappelez vous que vous comme moi, tout ceci n'est que futilité.

Sur ce, je m'en vais faire mes courses en vélib' au marché bio et équitable avec mes amis du DAL ;)

le flic 10/06/2008 17:34



Attends-moi s'il te plait, je te suis avec mon panier en chanvre et mon keffieh autour du cou.
Merci pour le mot de la fin.
Je t'embrasse cher collègue.



Harald 10/06/2008 07:20

Il n'y a pas à dire on sait lire ici.

Qui a été traité de nazi ou de communiste ici ? Personne. Bien sûr si le fait de dire que la pensée athéiste, laïcarde et anti-cléricale est commune à tous les grands démocrates que la terre a porté depuis Danton jusqu'à Pol Pot revient à vous traiter de nazbol, OK, je veux bien, si ça peut vous faire plaisir et vous conforter dans votre petit confort personnel.

Par ailluers, c'est fou ce que le libéralisme devient in en ce moment. Je suppose que vous l'êtes comme peut l'être Delanoë qui vient de se découvrir des affinités avec Locke, Smith voire Hayek, soyons fous.

Chacun sa vie dites-vous ? A vous lire, je ne crois pas. A peine porte-t-on la contradiction que l'amabilité est remisée au vestiaire. Là je parle de la propriétaire des lieux qui vous autorise aimablement à répondre. Au passage, je ne vous ai rien interdit, pensez donc, moi qui suis opposé aux lois Gayssot et Taubira, qui ne désire rien tant que voir les extrémistes libres de vomir sur les ondes leur haine pour qu'enfin on sache qui ils sont véritablement. Non, je ne vous interdit rien, je demande seulement que les gens qui croient soient respectés. Est-ce encore trop demander ?

Ah oui, j'allais oublier. Que la philosophie de Montaigne puisse avoir des points de convergence avec le libéralisme, je n'irais pas vous dire le contraire. Seulement en faire un libéral c'est un peu exagéré dans le sens où le corpus libéral à son époque n'était pas encore formalisé en tant que tel. C'est un petit nonsens historique. D'ailleurs, je suis assez étonné que vous puissiez trouver quelque grâce à un auteur éminemment catholique.

le flic 10/06/2008 10:50



Ton blabla est fatigant et ne nous apprend rien hormis ton goût de la controverse.
L'amabilité n'est pas remisée, elle a été exécutée par le pouvoir en place. Le mien. Et l'amabilité payera la balle qui l'a bien eue, cette salope d'hypocrite.
Maintenant dégage, tu me gaves.



Salvatore 10/06/2008 01:05

Monsieur Harald,
Comme VOUS me citez, je vais m'autoriser un droit de réponse si Bénédicte me l'autorise.

Tout d'abord, je tiens à vous montrer mon admiration pour avoir démontré la justesse de la Loi de Goldwin en si peu de temps.

Sinon sur mes propos, vous m'avez mal compris, même si je maintiens la totalité de mes dires.
Ce qui me choque n'est en rien le fait qu'une population sous le joug d'une des pires dictatures au Monde, enfant présentable du Maoïsme totalitaire, se complaise dans l'idée qu'elle sera libérée par un théocratie conservatrice qui a maintenu volontairement le peuple dans sa merde avant l'arrivée des Chinois.
Ben oui, le Dalaï Lama n'est pas le maître Yoda débonnaire qu'on nous montre quand il fait un concours de tongs avec Richard Gere. Le bouddhisme tibétain est un bouddhisme rigoriste qui plonge la population dans une soumission patiente puisqu'ils sont déterminés à rester dans leur condition dans l'attente d'un meilleur karma.
Mais à la limite, je m'en fous. Chacun vit sa vie.
Mais qu'on ne vienne pas en France m'interdire de ne pas compatir au sort de cet autocrate de la Foi. Et qu'on ne vienne pas me cataloguer d'horrible laïcard, hussard noir voire d'horrible nazi rouge parce que je ne participe pas à l'hystérie compassionnelle vis-à-vis de ce pauuuvre homme de foi, cet Abbé Pierre made in Karma. Laissez moi au moins le luxe d'avoir un peu de recul sur la situation, surtout qu'elle n'aura aucun impact sur le sort du monde.
Loin des passions des intéressés, je peux au moins m'amuser à me poser la question de la pertinence de choisir un tel homme comme représentant légitime des Tibétains, surtout quand il vient en France pour défendre une cause qui ne nous concerne pas plus que toutes les autres. Dans votre salon, vous aimez vous dire que vous respectez pour sa différence idéologique monsieur Kadafi ? Tout ne se vaut pas, il faut arrêter le relativisme absolu.
Et monsieur Harald, comme vous semblez de la veine des libéraux politiques fondamentalistes (au sens strict et pas péjoratif bien sûr), je ne vous apprendrai pas que la liberté d'expression est une liberté inaliénable. Et donc ici, je trouve le Dalaï Lama politiquement liberticide et dangereux. Je le dis et l'assume. Certes j'aime y mettre du piquant en tapant dans les dogmes bien établis de votre "bien pensance" à vous (tout le monde aime voir l'autre en bien pensant, c'est intéressant non ?).
Mais qu'un bouddhiste tibétain demain dise qu'il aimerait me voir chez les FARC pour ne plus m'entendre et je serai plus amusé qu'outré comme vous l'êtes.

Mais bon, je concluerais ici en souriant non sans espièglerie en voyant que le bien pensant nazi rouge que je suis, vous a fait chier au point que vous me traitiez de nazi pour me clouer le bec, tout ça pour défendre votre vision dogmatique et surtout un brin fanatique du libéralisme politique... Vous vous entendriez bien avec les Jacksoniens US vous.

Mais désolé que cela vous déplaise mais moi aussi je me revendique du libéralisme politique. Mais celui de Montaigne qui voit le libéralisme comme une éthique personnelle bien avant de le voir comme une idéologie idéale typique et donc aussi figée et dangereuse que peut être n'importe quelle idéologie universaliste (marxisme, nazisme, intégrisme religieux, etc.).
Et oui même dans le liberalisme politique il y a les ferments totalisants au au mieux autocratiques.

Heil Herr Harald ! (faut bien que je vous conforte dans ma position d'horrible nazi non ?)

Harald 10/06/2008 00:21

Je ne me prends simplement pour une personne qui s'adressait à vous courtoisement et force est de constater qu'il n'en va pas de même pour vous. Question d'éducation sans doute. A propos de l'uniforme, je porte le même que vous à la différence près que je ne suis pas officier. Différence qui certainement vous autorise à méconnaître ce qui est de mise entre gens de bonne compagnie et un tant soi peu civilisés.

Si je suis venu ici, c'est suite au conseil d'un ami qui trouve votre blog intéressant. Pour ma part, si je trouve votre prose plutôt bien tournée, vos convictions et la manière que vous avez de les asséner me déplaisent souverainement. Elles ne dépassent guère le koinos topos habituel des gens de votre espèce.

Je vous laisse donc confire dans vos petites certitudes.

le flic 10/06/2008 00:43



C'est vrai que le commentaire n°11 est d'une courtoisie extrème :D
Et tu as la rhétorique formatée et les propos débilisants du forumeur type. Parle d'éducation, parle des gens de mon espèce, c'est bien. Et c'est très facile. A additionner
au point Godwin du commentaire précédent. Mais ça ne me secoue pas vraiment, t'as pas la carrure, t'as pas les arguments et ça pourrait devenir un plaisir de te déplaire.
En plus PM, tu n'es pas vraiment un collègue ;o)
Allez, lâche un peu les combats stériles d'idéologie internaute, et va chercher bonheur sur les sites appropriés.



Harald 09/06/2008 23:40

"Et je doute qu'à parler de "culte", tu parles de "tous" les cultes..."

Bien essayé, mais loupé. En tant que libéral-conservateur, je suis farouchement opposé à la loi contre le port du voile. La liberté, ça ne se découpe pas comme de la rayonne à un étalage du marché Saint-Pierre. De même j'estime que l'Etat n'a rien à foutre dans la célébration du mariage. C'est un sacrement dont l'Etat républicain s'est emparé pour accaparer une légitimité dont il était dépourvu. Mais je gage que ce sont là des considérations qui ne peuvent que choquer une idolâtre de l'Etat comme vous.

le flic 10/06/2008 00:23



C'est un sacrement dont l'Etat républicain s'est emparé pour accaparer une légitimité dont il était dépourvu...Négatif. C'est un acte juridique dont l'Etat s'est chargé
pour prendre en charge la totalité de l'état-civil.
Je n'idolâtre pas l'Etat, tu es stupide. Et je ne suis pas opposée au port du voile non plus, mauvaise pioche. Alors va exposer tes opinions affligeantes d'aveuglement et tes procès d'intention
plus loin, parce que là tu m'emmerdes.
Ah.. tu t'es fait virer des forums de flics ou quoi ? :D



"Sans la police,
tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre."

Henri Jeanson, pataphysicien

« Le Flic de Bénédicte Desforges séduit avant tout par sa sensibilité à fleur de peau, sa révolte et sa tendresse. »
Lire
« La révélation du printemps »
Le Nouvel Observateur
« Avec sa fougue guerrière, sa rectitude et sa grande gueule, on irait bien au feu avec elle. »
Les Inrockuptibles

Police Mon Amour

« B.Desforges [...] récidive avec Police Mon Amour, dévoilant le quotidien des flics de base. Au fait, qu'en pense son ministre de tutelle, Brice Hortefeux ? »
France-Soir février 2010
chronique du livre [lire]
par Philippe Sage
« B.Desforges a osé écrire tout ce qu'on n'ose pas dire dans la police... »
France inter
« Chroniques poignantes. Une femme flic qui raconte magnifiquement, et dans un style époustouflant, son quotidien. On est happé. »  Biba

FLIC-BD

Mis en images par Séra, Flic est une adaptation en bande dessinée du livre éponyme de Bénédicte Desforges, publié en 2007 et immédiatement devenu un succès de librairie. Dans cette série de récits courts directement inspirés de son expérience et de son parcours de policier, elle brosse un saisissant portrait de ce métier complexe, en prise directe avec toutes les expressions, souvent contradictoires, de la condition humaine... note de Casterman [lire]

France info  Le livre du jour :

rechercher

 

 

 

undefined

banner Banksy ©