Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 19:36
  Il nous avait prévenus qu'on serait surpris. Et mal à notre aise. Mais il ne voulait pas nous dire où il nous emmenait. Il voulait voir nos regards au moment où on franchirait la porte, et revivre le choc dans nos yeux. Il nous avait simplement dit qu’il avait fait connaissance d’un homme, un veilleur de nuit, qui travaillait dans un entrepôt pas comme les autres...

 

 

à suivre dans Police Mon Amour

 

Partager cet article

commentaires

Virginie 29/05/2008 11:18

C'est vrai que le pilon c'est le côté triste de l'édition. Mais il ne faut pas oublier que beaucoup de livres pilonnés ont assez peu d'intérêt : des livres scolaires dépassées, des méthodes de régime des années 70, l'intégrale des Harlequin, etc. Ce n'est pas toujous Mozart qu'on assassine.
Pour avoir bossé dans une maison d'édition, où il y a toujours moyen de récupérer plein de livres, je sais qu'il en reste que personnes ne veut, faute de place, d'intérêt ou juste de temps (et oui, on ne peut pas tout lire).
En tout cas merci pour cet article !

Maggy 16/04/2008 16:03

Vous devriez vous lancer dans le roman ...policier ...
Je suis beaucoup plus "terre à terre" et j'aimerai récupérer ces tas de papiers car c'est mon gagne pain , et croyez moi il est très très difficile d'accéder à ces centres de stockage
Comment puis je faire des offres?
Comment puis je récupérer les papiers?
Bravo encore pour votre article

le flic 16/04/2008 17:12



Merci Maggy ! Mais oui, je sais qu'il est difficile d'accéder à cette partie souterraine du monde de l'édition. Je meurs d'envie (ambigue) de revoir le pilon, mais c'est tabou, je ne sais pas où
il est. En revanche, je sais qu'il y a des associations qui récupèrent les livres avant pilonage pour les redistribuer ou les envoyer dans des pays francophones, là où il n'y a pas trop de sous
pour les acquérir au prix fort. Il faudrait demander à google.



clopain 30/03/2008 12:47

vous mettez "petits vieux" à la place de "livres" et nous voilà tous, avec nos vies saccagées dans les hospices......

le flic 30/03/2008 16:06



Tristement mais bien vu.



Albocicade 20/03/2008 19:56

Recycler du papier plutôt que stocker des tas d'invendus... pourquoi pas. On est tout de même loin de Farenheit 451. Enfin, espérons que ce ne sera pas la destinée du livre de Miss Pas Touche...
Et puis, avec les bibliothèques numériques (google books, entre autres) de sublimes "vieilleries" reviennent à la lumière...

le flic 20/03/2008 21:16



Désencrer et recycler du papier pourquoi pas, c'est un point de vue et de toute façon c'est la pratique... Le symptôme Fahrenheit se passe aussi avant le pilon, mais c'est plus ambigü.
Vieillerie, oui je prends (sublime aussi) mais Miss Pas Touche est bien plus jeune que moi et prend plutôt la voie de la tête de gondole que du pilon. De toute façon elle est pas encore
imprimée la petiote :D



Dom 18/03/2008 16:18

C'est quoi cette pomme ??????????

Tu deviens Geek ?
toi aussi ??

le flic 18/03/2008 17:32

Cette pomme est un test de ce que je peux faire (et réussir aha !) entre le CSS et le code source, et sert accessoirement à ce QUE TU ARRETES DE COLPORTER PARTOUT QUE JE SUIS UNE GROSSE QUICHE EN INFORMATIQUE noudoudjiou !C'est quoi un geek ? On dit guic ou jik ?:D

"Sans la police,
tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre."

Henri Jeanson, pataphysicien

« Le Flic de Bénédicte Desforges séduit avant tout par sa sensibilité à fleur de peau, sa révolte et sa tendresse. »
Lire
« La révélation du printemps »
Le Nouvel Observateur
« Avec sa fougue guerrière, sa rectitude et sa grande gueule, on irait bien au feu avec elle. »
Les Inrockuptibles

Police Mon Amour

« B.Desforges [...] récidive avec Police Mon Amour, dévoilant le quotidien des flics de base. Au fait, qu'en pense son ministre de tutelle, Brice Hortefeux ? »
France-Soir février 2010
chronique du livre [lire]
par Philippe Sage
« B.Desforges a osé écrire tout ce qu'on n'ose pas dire dans la police... »
France inter
« Chroniques poignantes. Une femme flic qui raconte magnifiquement, et dans un style époustouflant, son quotidien. On est happé. »  Biba

FLIC-BD

Mis en images par Séra, Flic est une adaptation en bande dessinée du livre éponyme de Bénédicte Desforges, publié en 2007 et immédiatement devenu un succès de librairie. Dans cette série de récits courts directement inspirés de son expérience et de son parcours de policier, elle brosse un saisissant portrait de ce métier complexe, en prise directe avec toutes les expressions, souvent contradictoires, de la condition humaine... note de Casterman [lire]

France info  Le livre du jour :

rechercher

 

 

 

undefined

banner Banksy ©