Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2007 7 09 /12 /décembre /2007 01:43

Partager cet article

Published by le flic - dans trucs en vrac
commenter cet article

commentaires

alex 30/05/2008 16:07

Desolé je ressort un vieil article mais je n'avais pas eu l'occasion de voir ton blog en entier...Là, y'a gros coup de coeur!!!!!! Pas forcement par rapport à la videosurveillance paske bon perso, ça m'importe peu, je continue à vivre malgré tout... Mais je suis juste fan de la video...notamment "Gaston, a dénoncé des juifs en 42, Huguette, a perdu sa mère en 42"...Bref j'ai adoré!!! Voilà, Juste pour dire ça...

Don Salvador de la patata 15/12/2007 21:04

Un repas de brigade, perso, je suis toujours partant contrairement à mon foie :D
Surtout que rencontrer un Zapatista de la Chiapas de Francia est toujours un honneur :D
La joute sera, comme on dit dans mon pays, de toute manière virile mais correcte ! ;)

Et puis j'ai l'impression qu'avec Subcommandante Zapata de la patata, nous ne sommes pas forcément très éloignés sur le constat... Surtout si des bouteilles de pifs s'en mêlent ! :D

Sous-Commandant C 13/12/2007 22:30

Salvatore, tu as raison, les dérives n'ont pas besoin des moyens technologiques. Un peuple soumis, les intérêts personnels exacerbés, la haine du voisin suffisent ( tiens , ça me rappelle une époque, je cherche laquelle...). La bonne lettre de dénonciation existera toujours.
Mais les moyens techniques, s'ils ne sont ni la fin, ni les moyens, n'en demeurent pas moins de puissants appuis. Je peux te le dire, car en 20 ans de PJ , j'ai constaté combien ça aide, pour les recoupements par exemple . La différence entre l'artisanat et l'industrie, en quelque sorte.
Mais, détail important, c'était jusqu'alors aux mains de peu de gens, et donc très contrôlé, ou au moins à amplitude restreinte, ce qui d'ailleurs va souvent de pair. La dernière décennie a été plus rapide que tout ce qui s'est fait avant en la matière. De quoi s'inquiéter non ? Je ne suis pas Mathusalem, et j'ai connu le fichier local aux mains des seuls investigateurs, puis l'ordinateur pour le service, avec la recherche à trois paramètres. Aujourd'hui, tout est aux mains de tous, sans contrôle réel.

Là où tu as raison à 100 %, c'est que je n'ai jamais fait de gardes hosto ni de gardes tout court, la fusion des corps n'avait pas encore eu lieu, et je n'ai jamais vu un uniforme que sur les autres ( sauf quand j'étais militaire bien entendu :-) et que je suis passé sans transition d'inspecteur principal en civil à capitaine en civil, avant de passer à civil en civil ....

le flic 13/12/2007 23:08

@ Subcommandante Zappapata et Don Salvatore de la Patata : je vais vous mettre en présence à notre prochain repas de brigade dans un coin de Paris tenu secret jusqu'à la dernière minute, parce que je trouve que vous aimez trop vous chatouiller par commentaires interposés pour éviter encore longtemps l'ultimate fighting autour d'un repas de famille poulaga :o)

Salvatore 13/12/2007 00:56

Tout d'abord, je comprends parfaitement Bénédicte sur sa première intention parce que j'ai eu exactement la même. Je suis tombé sur cette video après avoir vu une autre video de ce réalisateur (celle titrée "J'ai vomi mes cornflakes"). Et j'ai adoré cette juxtaposition de petites annotations sur ces passants... J'y voyais une multitude d'implications : sommes nous que ces annotations ? Les opposés se croisent mais se rencontrent-ils ? etc.

Et puis, pour répondre à notre Subcommandante de las Chiapas francesas ( :D ), je n'ai jamais cru au délire technopunk... Pour être plus précis, je n'ai jamais cru que les dérives sécuritaires trouvaient leurs moyens et leurs fins dans la perte de contrôle des outils technologiques.
La France sous l'occupation nazi a compté pas moins de trois millions de lettres de délation, toutes envoyées à la Gestapo ou la Milice. Quel Balkani peut rêver de plus de 3 millions de paires d'yeux électroniques ?
La tyranie n'a jamais eu besoin de la technologie pour s'imposer. Actuellement les Etats les plus autoritaires ne sont pas les Etats où il y a le plus de caméras. Rien ne remplacera un homme qui a peur, un homme plein d'envies ou zélé envers son maître !

Et puis Subcommandante, tu n'as pas dû faire beaucoup de gardes hosto. Parce que je n'avais pas de caméra mais je ne me sentais pas moins vigile... En tout cas, pas flic !

Sous-Commandant C 12/12/2007 22:56

Ah ! Eh bien, tu aurais voulu créer un débat que tu ne t'y serais pas mieux prise :-)
primo, le spectre agité par Orwel et d'autres, non à tort, remue pas mal de citoyens ( pour combien de temps ?)
secundo, en tant que flic ( ex et ancien , certes) , cette hyper technicisation des moyens de surveillance n'est pas très sport, qui transforme le limier en vigile derrière écran :-(
M'étonne même que certains aiment tout ça : empreintes génétiques, caméras, fichier informatiques, empreintes numérisées et tutti quanti. Devenir un cerbère informatisé au lieu d'un citoyen conscient , et simple humain, au service des autres et de valeurs supposées communes, ne m'aurait pas tenté, pas plus que beaucoup de mes collègues. Comme quoi, à une petite génération d'écart, on devient des vieux c..s
O tempora ! O mores !.

le flic 13/12/2007 00:44

Certes. Mais pour tout te dire, j'ai davantage retenu le film lui-même que sa supposée démonstration. Qui n'en est d'ailleurs pas une. J'ai trouvé intéressant le principe de coller des profils fugitifs aux passants de cette façon là, dans une rue floue, et point barre. Maintenant, le principe de la "phrase-choc", je trouve ça bidon. C'est comme - il y a qlq années "la drogue c'est se faire avoir" Oui, et ? Ca veut dire quoi ? On "prend conscience" pour ceux qui ne l'ont pas encore fait ? Et après ? On se lamente ? Ou on agit ? Grosse déperdition entre les deux. La vidéosurveillance et son débat c'est pareil. Si je veux lancer un débat, je vais m'efforcer de le faire avec un avis "éclairé" c'est à dire qlqs heures de recherche sérieuse, et je ne vais pas balancer une vidéo seule, juste pour tester les réactions. Parce qu'en plus elles sont très prévisibles. Et je rajouterai même qu'il y a certaines vidéosurveillances très bienvenues. Celles qui épargnent la présence de garde-détenus à coté des garde-à-vue par exemple. Moi j'ai fait, et c'est bien chiant. Ou celles qui gardent nos véhicules de service. Bien aussi. Celles qu'on veut mettre dedans en revanche, je suis contre. Etc.Le vrai débat serait donc "Qui réagit comment à des images et qu'en retenez-vous ? Quel message l'auteur de ce petit film a-t-il voulu transmettre ? L'esthétique sert ou dessert la cause ?" Dans une heure je ramasse les copies :o))))

"Sans la police,
tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre."

Henri Jeanson, pataphysicien

« Le Flic de Bénédicte Desforges séduit avant tout par sa sensibilité à fleur de peau, sa révolte et sa tendresse. »
Lire
« La révélation du printemps »
Le Nouvel Observateur
« Avec sa fougue guerrière, sa rectitude et sa grande gueule, on irait bien au feu avec elle. »
Les Inrockuptibles

Police Mon Amour

« B.Desforges [...] récidive avec Police Mon Amour, dévoilant le quotidien des flics de base. Au fait, qu'en pense son ministre de tutelle, Brice Hortefeux ? »
France-Soir février 2010
chronique du livre [lire]
par Philippe Sage
« B.Desforges a osé écrire tout ce qu'on n'ose pas dire dans la police... »
France inter
« Chroniques poignantes. Une femme flic qui raconte magnifiquement, et dans un style époustouflant, son quotidien. On est happé. »  Biba

FLIC-BD

Mis en images par Séra, Flic est une adaptation en bande dessinée du livre éponyme de Bénédicte Desforges, publié en 2007 et immédiatement devenu un succès de librairie. Dans cette série de récits courts directement inspirés de son expérience et de son parcours de policier, elle brosse un saisissant portrait de ce métier complexe, en prise directe avec toutes les expressions, souvent contradictoires, de la condition humaine... note de Casterman [lire]

France info  Le livre du jour :

rechercher

 

 

 

undefined

banner Banksy ©