Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 02:36
  Ils sont deux, ils sont jeunes, et ils patrouillent rue Réaumur.
  La police, ils l’ont rêvée depuis l’âge des revolvers à amorces qui sentent l’allumette. Ils le trouvaient impressionnant le flic qui les faisait traverser devant l’école, avec son arme au ceinturon et sa casquette. Il avait l’air tellement grand, serein et invincible. Et aujourd’hui, ils viennent de faire la même chose, devant une école comme la leur il y a longtemps, et ils ont croisé le regard des tout petits qui les détaillent de la tête aux pieds...

 

 

à suivre dans Police Mon Amour

 

Partager cet article

commentaires

Romain 11/12/2007 21:45

Mais quand est-ce qu'un producteur de cinéma va se pencher sur ton vécu? Ou le vécu de vrais flics, histoire de faire un vrai film sur la police! ;-)

le flic 11/12/2007 22:56

Hi Romain :o) Mon vécu est tout ce qu'il y de plus banal. Vécu de flic en tenue quoi. C'est ça la force. Et il y a du projet dans l'air ;o) Bizoux

Don Salvador de la Vega 22/11/2007 00:31

A ceux qui sont tentés de juger ces collègues selon le dernier cri de la Stratégie julie-lescautienne des techniques d'intervention policière, j'aurais envie de rappeler quelques réalités du terrain. Il y a quelque chose de fondamental qui différencie le flic du fonctionnaire de police. Le flic, qu'on appelle tour à tour cowboy, zorro, barbouze, starsky, rambo, c'est le fonctionnaire de police qui a ce petit quelque chose en plus qu'on pourrait appeler l'envie, parfois la passion du job et souvent le professionnalisme. La différence notoire entre le flic et le fonctionnaire de police est que le flic peut se tromper, le fonctionnaire beaucoup moins... Pourquoi ? Ben tout simplement parce que le flic veut bosser, a signé pour attraper les méchants, sauver les innocents enfin toutes ces conneries qui font le mythe du métier de flic et qui sont tellement peu notre quotidien. Le fonctionnaire de police lui, il ne cherche qu'à faire sa place tranquillement dans une administration aveugle. Il exploite les règles, il obéit même à l'absurde parce que réfléchir c'est déjà désobéir. Ce fonctionnaire n'a jamais rêvé de flagrant délit, de courses poursuites et de sauvetage de faibles et d'innocents. Ce fonctionnaire a surtout hésité entre la SNCF et Poulaga. Alors quand le flic a l'occasion de faire du "flag' ", de sauver une princesse, un manant ou une caisse enregistreuse et bien le flic, il prend ses patins, saute sans filet et fonce... Malheureusement, souvent avec son organe génital et son couteau ! Alors quand il fait le flag', il rentre au poste avec la banane sur la gueule, le poitrail haut et les oursins sous les bras. Les autres collègues se disent qu'il est un bon collègue et sa hiérarchie lui filera peut-être une image parce que c'est un bon élève. Mais s'il y a une couille, il y aura toujours des fonctionnaires de police pour lui dire qu'il y avait une note de service qui stipulait qu'il va l'avoir dans le cul. Il aura même droit à des reproches de sa hiérarchie qui, pour bien lui faire comprendre, félicitera devant lui le fonctionnaire de police champion toute catégorie de PV de contravention de stationnements gênants. Donc peut-être auraient-ils pu faire autrement, peut-être n'avaient-ils pas d'autres solutions, peut-être fallait-il appeler le RAID et entamer des négociations et dépêcher un hélico en position stationnaire au dessus du magasin pour couvrir une quelconque fuite... En gros, peut-être que dans un monde parfait où on a 10 heures pour réfléchir le cul au chaud sur une chaise avec un budget illimité, ces jeunes collègues couillus auraient pu faire autre chose que des zorros, des cowboys et j'en passe... Maintenant il y a une réalité policière vérifiée. Les Yaka Fokons ne ramènent jamais de belles affaires. Les zorros, parfois quand ils ont de la chance. En tout cas, des stagiaires qui partent au charbon comme ça, j'espère qu'une chose, c'est qu'ils sont toujours chez Poulaga

le flic 22/11/2007 00:41

¿ sɐƃǝʌ sɐl à ǝıɹɐɯ ǝs uo,nb ʇsǝ,ɔ puɐnb ¡ ʍoʍ

Mélina LOUPIA 21/11/2007 17:35

Abattez-moi, abattez-moi!!!
Des bizettes, allez double.

Mélina LOUPIA 21/11/2007 13:00

Bon, je la refais.
Je disais donc en substance que j'ai hâte de toucher le papier.
des bizettes, c'est bien re faire le plein de l'engin de temps en temps, un peu comme donner à manger au tamagoshi.

le flic 21/11/2007 13:05

Toi, t'as pas eu ton compte de sommeil !(t'as pas mis ta bizette à la fin du msg, Tamagomélizette ! avapa ?):o)

cassandra 21/11/2007 08:45

courageux mais pas prudents, il aurait pu y avoir du grabuge!

le flic 21/11/2007 12:29

Alala mais c'que c'est crétin un poulet tout d'même !Et c'est pour ce genre de service public que le contribuable se saigne ?Pffff.... allez zou >> voir réponse deux comm avant.

"Sans la police,
tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre."

Henri Jeanson, pataphysicien

« Le Flic de Bénédicte Desforges séduit avant tout par sa sensibilité à fleur de peau, sa révolte et sa tendresse. »
Lire
« La révélation du printemps »
Le Nouvel Observateur
« Avec sa fougue guerrière, sa rectitude et sa grande gueule, on irait bien au feu avec elle. »
Les Inrockuptibles

Police Mon Amour

« B.Desforges [...] récidive avec Police Mon Amour, dévoilant le quotidien des flics de base. Au fait, qu'en pense son ministre de tutelle, Brice Hortefeux ? »
France-Soir février 2010
chronique du livre [lire]
par Philippe Sage
« B.Desforges a osé écrire tout ce qu'on n'ose pas dire dans la police... »
France inter
« Chroniques poignantes. Une femme flic qui raconte magnifiquement, et dans un style époustouflant, son quotidien. On est happé. »  Biba

FLIC-BD

Mis en images par Séra, Flic est une adaptation en bande dessinée du livre éponyme de Bénédicte Desforges, publié en 2007 et immédiatement devenu un succès de librairie. Dans cette série de récits courts directement inspirés de son expérience et de son parcours de policier, elle brosse un saisissant portrait de ce métier complexe, en prise directe avec toutes les expressions, souvent contradictoires, de la condition humaine... note de Casterman [lire]

France info  Le livre du jour :

rechercher

 

 

 

undefined

banner Banksy ©