À la mémoire de Reynald Caron

9 Avril 2016

il y a neuf ans...

lundi 9 avril 2007

Reynald Caron

Reynald Caron, gardien de la Paix, notre collègue, est mort.
Mort en service, sous l’uniforme… Sous une mauvaise étoile ce soir là…
Il est mort vite, trop vite, trop tôt, trop inutilement.
Mort pour rien.
Ni pour un pays, ni pour une vie, ni pour la Paix, pour rien.
On en a vite parlé, trop vite, vite écrit tout et n’importe quoi, et vite conclu la culpabilité d’un mauvais hasard. Un concours de circonstances pour notre collègue, lui qui ne passera plus de concours puisque son nouveau galon il l’a reçu sur un coussin… Vêtu des trois couleurs…
La France reconnaissante ? Même pas.

Et tout le monde est vite reparti vers les vivants, vers les débats du moment, vers tout ce qui semble plus important que la mort d’un jeune homme dont le métier était de protéger, mais que rien ni personne n’aurait jamais protégé.
On appelle ça les risques du métier. Affaire classée.
Un matricule rayé des cadres.
Un vestiaire à vider en silence.
Un nom qui manquera à l’appel.

Et tout le monde oubliera vite ce gardien de la paix qui ne faisait la guerre à personne.

Sauf nous, les flics.

Aujourd’hui nous sommes en deuil.
Reynald Caron, c’était un collègue. Il est un peu de chacun d’entre nous.
Il est le risque, il est l’incertitude pour chacun de garder la vie.
Il est l’heure de la fin de service qui n’arrive jamais, il est ce putain de message à passer sur les ondes…
Il est aussi ceux qui sont déjà partis comme lui, avant lui, pour rien, pour l’oubli, pour une liste qui s’allonge sur un monument aux morts figé loin des regards et des consciences citoyennes…
Il est la formalité des honneurs posthumes, des mots récités sans y croire…
Il est une pension de reversion.
Il est une famille qui ne comprendra jamais comment on peut mourir comme « ça »… 
Mais il est aussi de cette famille mutilée qui sait qu’on peut mourir comme « ça ».
Il était policier, de ceux que l’on dit coupables, responsables, comptables de tant de maux, mais qui ne seront jamais que les victimes de leur choix de vie… 
De ceux qui sont bons à tout, et ne comptent pour rien,
Outils qui passent de main en main, d’ambitions en idéaux mort-nés, salis et usés de mépris,
A qui on confisque l’humanité pour mieux en faire une meute de chiens à jeter contre la meute sociale.
Et quand l’un d’eux est tué, on ne parle pas de sacrifice…

Il ne fera pas les gros titres.
Il n’y aura pas d’émeutes, que ceux qui ne nous aiment pas mais veulent nous voir partout soient rassurés…
Pas de mouvement de foule pour Reynald Caron, c’est déjà fait, puisque c’est bien cette salope anonyme qui l’a tué.
Pas de commémorations, ni de banderoles « plus jamais ça »…
Non, rien de tout ça, mais nos cœurs et nos mémoires de flics.

Parce que pour nous, « plus jamais ça », ça n’existe pas…

Condoléances à la famille de Reynald Caron, et à ses collègues.
 

  • mercredi 9 avril 2008

Aujourd'hui est le premier anniversaire de la mort de Reynald Caron.
Une commémoration est organisée sur le lieu du drame ce soir.

à lire

Reynald Caron

 

  • 16 janvier 2009 : Six mois ferme pour le mineur, colère de la famille


Un mineur de 16 ans mis en cause dans le décès d'un policier percuté par la nacelle d'un manège à la Foire du Trône, en avril 2007, a été condamné par le tribunal pour enfants de Paris à cinq ans d'emprisonnement dont quatre ans et demi avec un sursis mise à l'épreuve, ce qui a provoqué vendredi soir la colère et l'incompréhension de la famille et des collègues de la victime.

Le parquet avait requis cinq ans d'emprisonnement dont quatre avec sursis contre Kevin, âgé de 15 ans à l'époque des faits, qu'il a "reconnus et assumés complètement", selon son avocat, Me Jean-Christophe Tymoczko. A la fin de son procès, qui s'est tenu à huis clos, le jeune homme, qui vit aujourd'hui en foyer et prépare un CAP pâtisserie, a présenté des excuses à la famille de Reynald Caron, décédé à l'âge de 31 ans, a précisé l'avocat.

Kevin a déjà effectué les six mois ferme en détention provisoire. La mise à l'épreuve de trois ans oblige désormais le jeune garçon à se soigner, à établir sa résidence jusqu'à sa majorité dans un foyer d'action éducative, à indemniser la famille de la victime et à ne plus entrer en contact avec son entourage de la cité des Pyramides à Evry, et à ne pas s'y installer, a encore précisé son avocat.

Cette décision "nous ne la comprenons pas, mais pas du tout", a déclaré le frère de la victime, Sylvain Caron, entouré de ses parents, de la jeune veuve et de plusieurs proches en larmes. "Je suis là, ce soir, avec le reste de force pour saluer les collègues de Reynald, les policiers en général, tous les gens qui nous sauvent la vie chaque jour et les autorités qui se reconnaîtront qui nous donnent la force et la dignité d'être là ce soir".

Les policiers présents pour attendre la décision, une petite vingtaine, n'ont pas fait de déclaration, mais ont quitté le Palais de justice en claquant les portes, visiblement très en colère.

Le père de Kevin a salué pour sa part "une décision juste" qui représente "un soulagement" pour la famille. "On s'est battu jusqu'à la fin", a-t-il déclaré. Son fils, accusé de "violences volontaires sur agent de la force publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner", encourait vingt ans de réclusion. Le parquet et la partie civile peuvent faire appel.

L'autre mineur, poursuivi pour des violences sur le forain, a été relaxé. Le parquet avait requis trois mois ferme à son encontre alors qu'il n'avait pas été formellement identifié par les témoins de la scène. "Ce soir, c'est la victoire du droit contre la lourdeur de la cité et les rumeurs colportées sur lui", s'est félicité son avocat, Me Florent Loyseau de Grandmaison.

A l'origine de ce drame survenu le 9 avril 2007 vers 21h00, une altercation entre des jeunes gens et les responsables du "Maxximum" après qu'un adolescent eut effectué un tour sans payer. Repéré par les forains, le resquilleur était allé chercher ses copains. Cinq policiers seraient intervenus dans la bagarre. Deux étaient tombés dans l'espace où la nacelle effectue son va-et-vient. L'un, Reynald Caron, 31 ans, avait été mortellement écrasé; son collègue avait pu sortir indemne.

A l'époque, le parquet avait indiqué que Kevin, mêlé à la bagarre, avait vraisemblablement poussé le policier pour éviter d'être interpellé. Il avait été décrit comme "extrêmement violent dans les situations qui présentent une menace pour lui". Il avait été arrêté quelques jours après les faits à Blois, dans sa famille. Lors de sa mise en examen, il avait nié avoir poussé le policier. Sa position a depuis évolué.

Le 20 avril 2007, près de 700 policiers avaient manifesté à Paris pour rendre hommage à leur collègue décédé. Une marche à l'initiative de la famille s'était déroulée en mai, après l'élection présidentielle.


© Pierre-Hervé Verant
 

  • 17 janvier 2009 : Le parquet de Paris fait appel du jugement

Le parquet de Paris a annoncé aujourd'hui samedi 17 janvier qu'il allait faire appel du jugement du tribunal pour enfant de Paris qui a condamné un adolescent de 16 ans à cinq ans de prison dont six mois ferme pour avoir causé la mort d'un policier en le poussant sous un manège, à la Foire du Trône en 2007.

  • 3 décembre 2009 : Les réquisitions du procès en appel

5 ans dont 2 ferme, et mise en délibéré au 21 janvier 2010...

  • 21 janvier 2010 : Procès en appel

5 ans dont 4 avec sursis...
Un an ferme pour la mort du policier à la Foire du Trône [Libération]

Bénédicte Desforges

#actu police

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Dominique Lambert 16/04/2012 13:56

Oui, une soit-disante démocratie qui n'est pas foutue de défendre ses représentants est d'une lâcheté sans nom.
Avec toute ma sympathie et ma reconnaissance.

Plutoo

Dominique Lambert 16/04/2012 13:49

Merci pour tous vos billets. Je passe par ici de temps en temps et c'est toujours avec plaisir!

bénédicte desforges 17/04/2012 20:20



Merci beaucoup :)



Anthony 01/03/2012 19:30

Salut les gars. Juste un petit message d'un anonyme pour vous dire que la France, ( c'est à dire NOUS, le peuple ) est reconnaissante. L'ordre étatique ne nous permet simplement pas de le crier
haut et fort. Mon on sait, et on s'en rappellera. Mes condoléances.

naguima 06/09/2011 15:16


Paix à votre âme, cher Reynald Caron. Votre disparition brutale due à la stupidité d'un jeune ne s'oublie pas, je pense souvent à vous et à votre famille à laquelle je présente mes sincères
condoléances. Comme je pense à chaque flic mort en service, et leurs agresseurs ont eu le minimum honteux, voilà le prix de vie d'un flic. Merci les fliquettes et les flics de faire, malgré tout,
votre travail, je vous admire sincèrement.


Francis 25/11/2010 09:38


Bonjour
je ne suis pas un collegue, les flics me font chiez certes pour des bannalités mais ils font leur job et je respect tant la fonction que les hommes,ils ramassent la merde .... nous citoyen nous
devont en avoir conscience et le faire savoir ....je m associe à vous et à la famille de ce jeune homme.
la justice est trop indulgente pour LA MORT D UN HUMAIN....
si je suis un proche le mec sort je le tue


Ydel 22/01/2010 14:02


1 an de prison pour la mort d'un honnête homme, honte à la justice !!!
je suis dégouté !!!


Alex 21/01/2010 16:02


Ecoeurant....

D'autant que les mathématiques judiciaires en matière de détention font que l'auteur ne retournera pas en prison.

Je suis de tout coeur avec la famille, repose en Paix Reynald.


Bernard 21/01/2010 13:16


Voilà... http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jrm_8jBI-0vygpy6ztzooYeseRPQ

5 ans dont 4 avec sursis. Les autres relaxés.


WarPit 19/03/2009 02:36

6 mois ... Là normalement au mieu il aurait du prendre 50 ans, au pire la peine de mort ...La France tourne à l'envers, t'irai raconter sa ailleurs  dans un autre pays on ne te croirai même pas, c'est tellement incompréhensible ...

BAXTER 04/02/2009 20:25

Mort trop vite, jugé trop vite : exact. Sans parler en plus de la famille endeuillée, et qui l'était encore plus quand ils ont appris le verdict car ce jour là, elle a fait le deuil de la justice envers laquelle elle croyait . Mais ça s'oubliera pas de si tôt ça.

jérémie 20/01/2009 20:31

le comentaire 71 me révolte tout autan...
la justice, comme ce mec ne comprennent donc rien, ce minable aurait du poussé Rénald dans le vide, pour que vous compreniez qu'il l'est tuer ?
Il sera toujour dans nos pensées et je ne serais plus jamais le flic que j'étais.
Si une action est faite je la soutiendrais...

RIP a toi ...

Pépon 19/01/2009 18:50

Et oui, j'ai entendu le verdict et j'ai la haine... la haine................................ la haine!!!!!!!!!!!!!
Voilà ce que c'est que la vie d'un "flic" aux yeux de l'institution judiciaire, 6 mois!!!!!!!!!!!!
Je pense toujours à toi Reynald!!!
Pepon.

rigaux 19/01/2009 17:36

écoeurant, révoltant comment peut on laisser en liberté de tels fauves, je suis maman de policier et quand je vois le verdict c'est à vomir. Que signifie être POLICIER à notre époque, se faire cracher dessus, se faire insulter, se faire tuer et il faudrait pardonner à ces monstres. La France est devenu un pays fait pour les voyous.

kranzler 19/01/2009 12:03

@ "Benjamin" :

Prends un dico, cherche la définition du mot turbulent STP. T'as eu la fève et t'es le roi de l'Euphémisme. Ou alors c'est qu'on cause pas la même langue.

Laurence 18/01/2009 22:41

Enorme, 6 mois contre une vie !
Depuis quand poursser un homme sous un manège en marche est un accident ? ou un jeu stupide ?
Ah mais oui, c'est vrai, c'est devenu une normalité avec tous ces jeux vidéos, tous ces dessins animés qui programmment dès leur plus jeune âges les enfants de cette société si belle, snas oublier les films, le net, cette porte ouverte sur l'impensable !
La colère ne me quitte pas depuis hier, pour ce verdict, pour ces réactions autour de moi qui vont dans le sens du pardon pour un accident !
Non ce n'est pas un accident !
Je n'y étais pas, mais les collègues de Reynald, si ! Et ce sont eux que je crois ! Pas le verdict !

tetard 18/01/2009 15:01

bonjour! je suis plus que boulversé pas ses temoignage!!! je tiens a crié ma colere pour le verdict !!!!: C'EST UNE HONTE!!!! 6 mois ferme!!!
courage a sa famille!!! et toutes mes sincerres condoleance , respect a ce hero!!! courage a sa famille!

Benjamin 18/01/2009 13:25

Bonjour,

Je ne sais pas si mon commentaire sera publié, parce qu'il pourrait être mal pris, parce qu'il va assez à contre courant de ce que disent les autres commentaires...

Posons un point clair en préambule: je comprends bien la tristesse de la famille, que je ne peux pas partager, n'étant pas de la famille (prétendre le contraire, c'est forcément faux cul), mais je peux la comprendre.

Le point qui fâche maintenant: je ne trouve pas que la peine soit disproportionnée. Les juges ont fait leur boulot, et leur boulot, ce n'était pas de venger. La justice et la vengeance, ce sont deux concepts qui sont quasiment opposés l'un à l'autre. Je ne dis pas que la peine est la bonne, puisque je ne connais pas le dossier. Mais il me semble que ce gamin a fait une connerie, pas un assassinat. Une connerie sérieuse et grave, et donc traitée comme telle. Mais pas un crime en bande organisée. C'est un crétin, pas un tueur à gages.

Le juge a estimé qu'il vallait mieux le laisser suivre son travail (centre, éducation, tout ça) pour en faire à la fin un citoyen normal, qui aura été puni (6 mois de prison, ce n'est pas rien non plus), et qui a de bonnes chances de rentrer et rester dans le droit chemin, plutôt que de le renvoyer à l'École des Caïds, où il aura une place star en tant que tueur de flic.

Moi, il me semble que ce n'est pas idiot, comme raisonnement. Le renvoyer un prison, même un an ou deux, c'est lui fermer toute perspective d'avenir (oui, je sais, le flic mort non plus, il n'a pas d'avenir), et lui ouvrir toutes grandes les portes d'un monde où il sera respecté pour avoir tué un flic.

Au final, la décision prise, qui permet de tranformer un gamin turbulent en pâtissier (parce que c'est un gamin turbulent, par un grand criminel, ni un assassin), plutôt qu'en bandit de grand chemin; elle ne semble pas disproportionnée. Il me semble que la justice, si tel est bien le cas, a plutôt fait le bon choix pour la société.

Alors après, oui, il reste que la stupidité et les comportements irresponsables font des morts. Régulièrement. Et pas que dans la police. Forcément, dans la police, on y est beaucoup exposé. Forcément, c'est terrible, pour la famille, pour les collègues. Forcément, l'encadrement n'est pas suffisant. Vous êtes les gens du métier, vous saurez dire ça mieux que moi.

Mais, indépendamment de tout ça, il me semble que si c'est bien une connerie réelle, qui a conduit à une situation tragique, alors la réponse apportée par le juge n'est pas délirante.

Qu'est-ce qu'on peut faire pour que ça arrive moins souvent? Envoyer les mômes délinquants en prison? Ça ne fera qu'empirer les choses. La seule chose qui peut marcher contre ça, c'est l'instruction, c'est l'éducation. C'est la seule solution. La seule chose qui peut empêcher ces comportements idiots, c'est que ces gamins grandissent dans un monde où on leur aura appris que celui qui a raison, c'est pas celui qui cogne le plus dur.

Et pour ça, ça ne sert à rien de transformer les mômes stupides en bandits. Il était fondamental qu'il soit puni, et condamné. Il l'a été. Et vite. Ça me semble bien. Ou en tous cas, pas spécialement délirant.

kranzler 18/01/2009 08:22

Seulement 6 mois ? ça me fait profondément chier. ça équivaut à dire qu'une vie de flic peut se rayer d'un simple trait de crayon parceque ça compte pour du BEURRE. Voyou, c'est plus tendance, ça se respecte, ça se protège, ça a des circonstances atténuantes. Et moi je dois être un vieux con réac, je suppose -et je veux bien, d'ailleurs. Mon pauvre pays me désole, et ça ne date pas d'hier, malheureusement.

Jayos 18/01/2009 06:05

C'est donc là tout ce que nous valons...

Florence 17/01/2009 13:26

Bonjour,
Votre texte me touche, je connaissais Reynald et cela me déchire de voir aujourd'hui que le coupable a pris mois ferme !!!! c'est comme si il n'avait rien eu ......