Mon livre s'appelle FLiC

10 Février 2007

Les jeux sont faits.
Il n’est plus complètement à moi.
Il est parti vers son destin de livre. Imprimerie.
« Lâche ton bébé, m’a dit Gilles, il en a besoin maintenant. Et toi aussi… »
Et il l’a emporté. Pour l’habiller, lui donner son nom, et annoncer son existence.
Il va mener sa vie de livre…
Il va emmener dans ses pages une tranche de ma vie.
Une tranche de ma vie envoûtée ou écorchée par les vies des autres.
Eux, elles, j’espère qu’ils se sentiraient bien dans ces pages. Sans trahison. Ils n’ont plus de nom, plus de date, ils sont de partout ou de nulle part, mais ce sont bien eux.
Nous, toi, toi qui t’es reconnu et je t’ai retrouvé. Oui, c’est vrai, on était comme deux cons inutiles, assis sur cet escalier à se demander où était passé le manche du couteau. Dans sa poche sûrement. Ou dans l’égout. Et la lame dans son cœur à elle. Et le commissaire de permanence qui nous filait ses cigarettes, on avait grillé les notres jusqu’à la dernière.
Toi que j’ai prévenu pour te faire rire. L’histoire, on l’a partagée. La cour d’assises. Le braqueur expert en métaux précieux… Et comment il s’appelait déjà ce brigadier ? Fou rire à se souvenir de sa trogne de faux méchant… Vous n’avez rien à foutre avec les gendaaaaarmes ! Et tu te rappelles quand on est sortis tous les trois après le délibéré, et qu’on a failli se retrouver en garde à vue ? J’ai rien vu, j’ai rien fait. Quand on a du le mettre par écrit... Là aussi on avait l’air con.
Toi, non vous, le chef, que j’aimerais que vous lisiez le souvenir que j’ai de vous. Mais je ne sais pas où vous êtes.
Mais je vous ai enchaîné à moi dans ces pages. Avec eux, elles, toi et toi. Avec nous.

À vous qui êtes passés par ici et qui avez aimé lire, encore merci.
Merci pour cette reconnaissance. Je ne sais pas y répondre, je n’ai pas reçu l’apprentissage pour ça. Je suis née là où on flingue l’ego à bout portant. Là où on dévalorise pour se sentir puissant. Là où il faut mieux se taire.
Là où on dit « On ne dit pas "moi-je" »…
Je ne sais pas parler de moi, je ne sais pas ce que je vais faire de ce blog.
Personne n’est venu dans ces lignes pour lire ça.
Je vais essayer.
Un exercice…
J’aime pas ça.
J’en sais rien…

Je souhaite bonne chance à mon livre.
Je lui dois déjà d’être capable de tourner une page.
Enfin.

Bénédicte Desforges

#vies de livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

riddick 03/06/2007 13:50

Non tu n'as pas tourné ta derniere page...et tu le sais! on a besoin d officier comme toi, des officier qui viennent de la plebe et non de la cuisse de JUPITER. Tes choix t appartiennent c est vrai ! mais toi qui aime construire, toi qui aime créer, toi qui a tellement de qualité, toi qui est à la fois forte, fragile et si humaine. Je pense trés honnetement que tu pourrais apporter à tous ces nouveaux collegues qui affluent dans nos services mois aprés mois, ces notions que tu porte jusque dans ton ame... transmet ce que tu sais, transmet les qualités que tu as et qu'elles se propagent aussi vite qu un rume. Je te l ai toujours dit "le don de soi" est ce qu il y a de plus noble et tes lettres de noblesses tu les as acquises pour moi.
Je suis content de te connaitre, tu es sacré bout de femme à bientot.
Ton ami RIDDICK

machin-chose 14/03/2007 12:59

j'ai entendu parler de ce blog en lisant un article paru dans le magazine "Jasmin" de cette semaine, alors jsuis venue faire un tour...et j'ai lu.Lu les derniers articles. Le regad d'une femme sur son métier, métier plutôt masculin. Un regard humain sur un métier qui ne doit pas être facile tous les jours, un regard de femme aussi, qui laisse transparaitre une sensibilité à fleur de peau et qui évite les détails sordides. Bravo

Roland 14/03/2007 08:37

Ma copine marithé ne m'avait pas mentie sur ton compte ! Super ton passage chez Fogiel hier au soir, au cours du quel j'ai découvert une femme responsable et une femme de coeur.Bon vent pour ton livre. Amicalement, Roland

bockler 08/03/2007 20:38

Enfin un "flic" qui ose écrire!!!
Et oui c'est le quotidien. il y a des bons comme des mauvais moments vécus dans ce dur métier.et je sais de quoi je parle...
Pour etre flic aujourd'hui il faut avoir le moral.
Alors a tous les jeunes qui débutent dans ce formidable métier de policier, croyez-y mais protégez vous.

merci a toi de nous faire revivre ou vivre toutes ces histoires. bonne chance pour la suite.

Florian 25/02/2007 09:37

Voila, moi je suis son frère à Coco.ok?
Les présentations étant faites,j'ai à ma mesure contribué à faire connaitre blog et livre.
Je t'avais dit un jour bravo et ne te laisse pas transformer par le succés, même si et c'est évident il est mérité.
Oui garde ta fraicheur et ton humanité, oui raconte nous que chez les flics il y a autant de cons qu'ailleurs mais pas plus si pas moins.
Raconte nous encore que trop souvent nous les "petits fonctionnaires, territoriaux", yo see, je t'assimile(comme dirait coco c une question de méthode)on sent bien que la réponse que l'administration nous convie à porter à ses administrés, n'est certainement pas celle dont ils ont le plus besoin à cet instant........
Moi comme je dis à mon toubib, j'assure votre SAV.(Conservateur de cimetières)mais quand je reçois les famille" a fin d'enregistrement et de bonne gestion..."évidamment que quand ils repartent, j'essaie qu'ils aient reçu une part d'humanité".
D'une part j'en ai en stock, d'autre part quand mon directeur(en même temp DRH) me dit que ce n'est pas ma mission, je me dis que dans un an ou deux sa mission et surtout sa "carrière l'entraineront plus loin alors...
Alors garde ta fraicheur continue de nous faire dresser les poils sur les bras(la bratitude...pardon), continue on a besoin de toi nous on t'aime, y a même des jours ou il faut des gens comme toi pour faire la différence entre la police de papon/pasqua et l'autre la vrai la nôtre.
Pour finir justement une suggestion: pourriez pas changer vos klaxon parce quand même papon, papon........bon!
Sans tomber dans Sarko, Sarko, ni Sego, Sego je ne sais si pour faire plaisir à mon frère Bayrou Bayrou serait plus classe

Artno : Les primeurs d un primate... 24/02/2007 22:47

tu peu commencer par changer le titre de ton blog avec 'le blog d'une flic', non ?

un flic 28/02/2007 00:48

non :o)

Pastelle 17/02/2007 17:51

Ces lignes sont très émouvantes.... Et maintenant, pour nous, tu as un prénom, un nom, une identité et on t'aime encore plus pour ça! Argh, j'ai pas de mots pour te dire comme je suis heureuse de cette aventure que tu vis!

littlemousea 13/02/2007 12:03

Félicitations, cool que ton livre soit sorti ! je débute... p't'être ça t'interesse de voir ... mon blog. C'est une autre approche, mais le besoin d'écrire est là...

régis 10/02/2007 21:40

Tout d'abord bonsoir,
j'ai été très touché par ces pages, pleines de vie, la vie comme elle est, la vraie. Je suis ambulancier, et je vois un autre aspect des gens, mais tout aussi sombre..

Je voulais exprimer aussi, ma reconnaissance pour le boulot que vous faites, la patience dont vous faites preuves, et le dont de vous, de votre ame.. Je ne comprend pas la haine des gens envers la police, celle que l'on accuse de tous les maux de la société.

Vous n'allez pas me croire mais je passe mon temps à dire aux autres "ne critique pas ce que tu ne serait pas capable de faire et de supporter".

En bref, je vous admire, vous tous, merci encore de ce que vous faites pour nous, de votre dévotion, ne baissez pas les bras, nous avons besoin de vous.....

olivier 10/02/2007 17:37

Ca prend forme, ces mots transformés en pages vont enfin pouvoir se répandre dans toutes les bonnes librairies, vivement que je trouve mon exemplaire et que j'entame cette lecture.

un flic 10/02/2007 19:12

>> Pokou : Sincérement, je ne sais pas. En ce moment je ne sais pas quoi en penser. Je cogite :o)>> Olivier : Salut collègue ! Je pense que certains chapitres devraient te plaire ! ;o) Bizoux.

Pokou 10/02/2007 16:20

Rassurez-nous, vous allez quand même continuer à écrire ici, non?

JPADPS 10/02/2007 15:09

Coucou!!!! J'ai mis un mail sur mon blog, mais je te le donne direct ici : profallemand@hotmail.fr
Passque moi j'ai voulu t'écrire, mais ça ne marche pas... :(((
Bises, et bonne chance pour le livre !

un flic 10/02/2007 19:04

>> Marithé : Merci de compatir à mon baby-blues :o/  Tu peux mettre des conneries sur mon mail aussi, j'ai rien contre et celles que j'ai déjà reçues m'ont bien fait rigoler...  Biz biz ma collègue.>> Dom : Du boulot de flic, les gens ne retiennent souvent que ce qui peut servir leur discours. Le stéréotype. Le livre, c'est le 8 mars :o) A++>> JPADPS : mail envoyé ! Bizoux happy deutsch prof !

Dom 10/02/2007 12:52

A travers tes écrits j'ai découvert un métier difficile si souvent décrié, moqué, méprisé. Facile de taper sur la têtes des keufs, hhm ?
Mais surtout, j'ai découvert une personne sensible, émouvante, attachée viscéralement à son métiers, aux visages croisés lors de ses missions et aux hommes qui le font avec elle.
J'ai hâte de lire ce livre et encore plus de le prêter. (Pas donné, hein !! Je suis pas soeur Thérésa).
Biz et encore bravo ! Pour le festival et surtout pour ce nouveau bébé.
A bientôt.

marithé :0010: ... :0010: 10/02/2007 12:50

coucou à toi

Un peu de blues pour le départ de ton enfant , car ce livre, c'est ton bébé ...qui va vivre sa vie ...

En tout cas il va monter avec tes mots l'univers de ce dur métier que je connais ..un métier tellement décrié car les gens que voeint en "flic" que celui qui met un PV sur sa voiture mal garée ..

Tout le travail de secours, d'assistanat, personne ne le connait et là c'est l'occasion de le montrer...pas comme à la télé ..mais avec tes mots de femme dans l'action ... avec tes sentiments, tes réactions...

Pas facile pour vous les "tenue" d'affronter la mort des autres, la douleur des autres ...et de rentrer seul ou pas toujours bien accompagnés..t pas toujours suivis pas la hiérarchie ..


Bon j'arrête car sinon je vais écrire un livre, Lol..

Ba ton blog, il faut le garder car où je vais mettre mes idioties..ton blog a permis de te faire connaitre et c'est super ...

Moi je mettrais des petites anecdoctes, mais sans trahir ta profession ...

gros bisous à toi et bon courage pour la suite car tu seras un futur grdé sur lequel on peut compter .. :0010:

La torch' csproubaix 10/02/2007 11:04

Bonne chance à ce livre,
je pense que parfois on cherche les mots pour être compris par le grand public, pour transformer son regard négatif en simple compréhension...sans autre prétention...
Tu les a trouvé, je pense qu'on te dit tous merci...et longue et belle vie à ton livre( on va tous l'offrir à nos proches, et le distribuer gratos dans les quartiers"sensibles" comme disent certains...)

un flic 10/02/2007 18:32

Je voulais dire qu'il faut que je trouve une idée pour recycler ce blog :o)(et je vais finir par la mettre par écrit ma vision de la blog-attitude et de la"blogosphère", etc.)>> Tom : C'est autre chose. C'est plus lourd qu'une page web cette page à tourner. Merci  pour ton message :o)>> Corine : Merci Corine ! :o) (et continue à faire gaffe aux requins...)>> Setim : Bienvenue par ici :o) Il faut que je donne toutes ses chances au livre. Ce que je mettrai maintenant sur le blog sera inédit en tous cas. Et le blog n'est qu'une partie du livre.>> La Torch' : C'est moi qui te remercie. Mais il n'y a pas que les quartiers sensibles à convaincre. Là, on nous regarde de travers. Ailleurs, on nous regarde de haut. Et le potentiel de respect n'est peut-être pas où on croit. Mais la solution nous échappe en grande partie.

setim 10/02/2007 09:10

Je viens de découvrir ton blog, tes anecdotes de flic humaniste, c'est rare de prendre un vrai plaisir de lecture sur un blog, ce serait vraiment dommage (pour moi s'entend)que tu ne l'alimentes plus.

ps: j'ai dû changer ma vraie adresse email en fausse, puisque ton blog m'assure, avec l'autorité inébranlable des machines, qu'elle "n'est pas valide"!

Corine 10/02/2007 07:21

J'espére que ton livre aura beaucoup de succés, j'ai hâte de le lire
biz corine

Tom 10/02/2007 03:44

Tourner une page, mais pas la dernière hein ? Pas celle du mot fin. Non ! Ce serait trop injuste de ne plus lire ces lignes avec la gorge nouée et le yeux qui piquent. Trop injuste. Ne nous laisse pas comme ça.