Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 18:00

J’ai été invitée par LCI, ainsi qu’un permanent syndical d’Alliance, à venir parler du sujet qui ces temps-ci nous occupe tous, et aujourd’hui en particulier puisqu’a eu lieu la manifestation de protestation contre les violences anti-flics initiée par Alliance, et autres joyeusetés qui immanquablement sont venues parasiter cet évènement.
Et puis, en fin de matinée aujourd’hui, le journaliste m’a appelée pour m’informer que nous dégagions du casting, pour faire place au chef du Service d'information et communication de la Police nationale.
Ça ne s’invente pas…
Mais ça se passe comme ça, c’est même prévisible.
Ce n’est de loin pas la première fois que ça m’arrive, tout comme c’est arrivé à d’autres flics défroqués.


J’avais accepté car c’est une émission en direct. Pas de mauvaise surprise au montage donc, et c’est précieux quand les occasions sont rares de s’exprimer publiquement sur des sujets d’actualité importants, et de mon point de vue, déterminants pour la police et l’impact de son image sur la population.


Je voulais dire à quel point c’est difficile d’être dépositaire de la violence d’État, et à quel point aussi cette violence est incontournable, comme l’est la violence de certains contextes. Je voulais aussi dire qu’il faut faire la différence entre la violence dans le travail quotidien, et celle qui s’exprime dans le contexte du MO. Parler évidemment de la violence, des violences dont les policiers sont l’objet, de plus en plus souvent et durement. Je voulais dire le maximum de choses possibles. Sans haine, sans corporatisme excessif, dire tout ce que j’entends, tout ce qu’on me dit, tout qu’on m’écrit, et que vous ne pouvez pas dire car vous êtes soumis à l’obligation de réserve, et ça, ma démission m’en a définitivement soulagée.


J’ai tenté tout à l’heure d’écouter "la voix de son maitre", j’ai coupé très vite. Un bel exercice de langue de bois comme on pouvait s’y attendre.
Je suis désolée de n’avoir pas pu ajouter ma pierre à l’édifice fragile de la défense de ce métier que je continue d'aimer… malgré tout.


Bon courage pour la suite à vous tous.

Merci LCI et bonjour à l'éthique médiatique

Partager cet article

Published by bénédicte desforges - dans police - médias - intox
commenter cet article

commentaires

Nocif 26/05/2016 01:35

Valait mieux comme cela. T'aurais quand même pas osé lâché le gros du morceau (l'origine du problème). Et je peux comprendre.

Denis 24/07/2016 23:13

Coucou Béné...

Ben parait que le Ministre est pas au top en ce moment, niveau communication.... Sautera t il?...
Je l' ai vu, entendu au 20 h 00 de France 2.... et avant lui la "fliquette" de la PM de NIce... Rejouerait-on David VS Goliath...?..

Biz et merci de ce que tu as fait pour nous,

Denis.

Nocif 16/06/2016 23:41

J'espère que tu te portes bien. Pour le reste, tu vois l'évolution du (l'école des) cadavre (s)... ;)
Bien reçu, t'embrasse aussi.

benedicte desforges 26/05/2016 01:43

C'est sympa de te lire, dis donc :)
J'espère que tout va pour toi.
LCI ? bah... de "l'information"...
Je t'embrasse amigo.

"Sans la police,
tout le monde tuerait tout le monde et il n'y aurait plus de guerre."

Henri Jeanson, pataphysicien

« Le Flic de Bénédicte Desforges séduit avant tout par sa sensibilité à fleur de peau, sa révolte et sa tendresse. »
Lire
« La révélation du printemps »
Le Nouvel Observateur
« Avec sa fougue guerrière, sa rectitude et sa grande gueule, on irait bien au feu avec elle. »
Les Inrockuptibles

Police Mon Amour

« B.Desforges [...] récidive avec Police Mon Amour, dévoilant le quotidien des flics de base. Au fait, qu'en pense son ministre de tutelle, Brice Hortefeux ? »
France-Soir février 2010
chronique du livre [lire]
par Philippe Sage
« B.Desforges a osé écrire tout ce qu'on n'ose pas dire dans la police... »
France inter
« Chroniques poignantes. Une femme flic qui raconte magnifiquement, et dans un style époustouflant, son quotidien. On est happé. »  Biba

FLIC-BD

Mis en images par Séra, Flic est une adaptation en bande dessinée du livre éponyme de Bénédicte Desforges, publié en 2007 et immédiatement devenu un succès de librairie. Dans cette série de récits courts directement inspirés de son expérience et de son parcours de policier, elle brosse un saisissant portrait de ce métier complexe, en prise directe avec toutes les expressions, souvent contradictoires, de la condition humaine... note de Casterman [lire]

France info  Le livre du jour :

rechercher

 

 

 

undefined

banner Banksy ©